Tous les articles classés dans : l’humain dans le marketing

Le marketing est-il un #bullshitjob ? #oupas #BePunk

Je reviens d’une visite chez d’anciens camarades liés de prêt ou de loin au partage des connaissances, au sens pédagogique du terme. Je me suis épuisé à tenter de leur expliquer que je ne supporte pas l’idée (capitaliste) que l’éducation ou la transmission du savoir soit un business ! En ces mots, je suis outré par l’arrogance des actionnaires des écoles privés qui pillent allègrement le système en taxant tout à la fois intervenants professionnels et étudiants en quête d’un diplôme sans saveur… Car au bout du compte, quel job vont-ils obtenir ces jeunes peu passionnés ? Qui va leur ouvrir les portes d’un monde marketing euphorisant, dédié à la diffusion des missions nobles et responsables de marques qui auront compris que l’important n’est pas la part de marché mais la conversation des clients fidèles ? Et ne risquent-ils pas d’être découragés par les phrases crues et cruelles qui se propagent comme des tweets infectés et qui martèlent nos crânes que ça doit être du marketing, cette bouse ?!… Si vous n’avez pas lu mon …

Conversations bourgeoises au #SocialSellingForum #TeamLeaders

Difficile de le croire mais nous avons passé la matinée à converser, non sans passion, autour de ce sujet inépuisable et particulièrement social qu’est l’art de la conversation. Délectation sublimée par la présence de mon ami belge et néanmoins tennisman théâtral, le barbu grisonnant et souriant Philippe. C’était la première édition de notre masterclass commune, tenue en comité réduit (je te vois sourire cher lectrice.teur, en pensant que je viens de contourner de justesse l’écueil du mot petit ! Tu as bien raison, car qualifier notre auditoire de petit aurait été maladroit  autant qu’inexact), et nous avions tant de choses à nous dire… Philippe a commencé par une brillante démonstration de l’importance du rythme et du mouvement (du déplacement sur une scène comme du changement de cadre, de style ou de format pour un texte déclamé ou écrit). Nous avons échangé nos histoires de premières fois en vidéo, en conférencier, ou en auteur, et certaines astuces, certaines techniques (si toutefois le mot est utilisable dans ce contexte) ont allumé quelques étincelles d’optimismes dans les yeux …

Le marketing des gens qui osent #AdetemFactory

En écho à mon article d’hier sur les moutons du marketing, j’étais ce matin dans la salle de conférence de l’espace Saint-Martin à l’invitation de l’Adetem ! L’ #AdetemFactory avait chois pour thème cette année, le marketing qui ose, ou comment osez un marketing différent et je dois dire que les interventions ont été très intéressantes. Merci à tous les intervenants pour la qualité de leurs présentations. Que retenir de cette très belle matinée ? Voici une sélection de mes tweets matinaux ! #enjoy #lovefirst     et enfin un tweet que j’aurais aimé faire à l’occasion de notre prochain #AfterEmotionnel si seulement Pascal Demurger avait pu se joindre à nous, tant il incarne aujourd’hui à merveille ce que seront les entreprises qui osent, celles de demain : Voilà ! Merci à tous ! C’était court mais intense ! Continuons à oeuvrer pour un marketing qui ose et qui se propose de changer en mieux la vie des clients ! #lovefirst

Interview émotionnelle de Elias Ohayon #sailendra

Tout a commencé comme d’habitude, par un arrête sur un stand. Quelque part dans une allée du salon E-Marketing et Stratégie Client 2019, je jette un oeil sceptique sur un logo souligné par une base-line que mon radar détecte immédiatement : prédictive marketing. Houlala ! Je ne peux m’empêcher de répondre à celui qui voudrait me renseigner sur sa boite que cela n’existe pas. Non, je ne crois pas que l’on puisse prédire le comportement ou les achats d’un client. Je n’y arrive pas ! Je veux que l’homme reste imprévisible. Alors Elias (@Elias_Ohayon), le directeur des opérations de Sailendra, prend le relai de son collaborateur (sans doute légèrement agacé) et tente d’expliquer et de répondre à ce visiteur impertinent que je suis. Ma première question, est d’ailleurs inspirée d’une conversation avec Stéphane Amarsy (relaté dans un post précédent : https://wp.me/p3ja7f-3dN ), et consiste à souligner le paradoxe entre « algorithme prédictif » nourri avec des masses de données et décision individuelle d’un client potentiel : que pensez-vous de cette contradiction ? Elias : « Nous ne sommes …

Alerte ! Des algorithmes prétendent lire mes émotions sur mon visage ! #ausecours #AI

Mon ami Jean-Philippe (@jcunniet ) me signale un excellent  article (merci !) paru dans The Guardian, a propos des développements de la reconnaissance faciale, et du traitement par des algorithmes des expressions sur notre visage. Sans surprise, nous avons là, la confirmation qu’à force de scruter des millions de visages dans le monde, une machine pourrait reconnaître, voire détecter les humeurs basiques de passants ou de clients. La peur, la colère, peut-être aussi le dégout ou la tristesse seraient bien lisibles quant nous les ressentons. Des chercheurs, une entreprise spécialisée (Affectiva), publient de nombreux messages pour promouvoir leurs avancées et clament une amélioration décisive de la pertinence des machines, après un long apprentissage. Or, le médicament britannique nous prévient, il n’en est rien, ou presque ! En effet, les biais cognitifs sont encore énormes, les différences culturelles également et au final, appliqué à un individu unique, la performance de la machine reste très aléatoire. De mon côté, je m’étonne que l’on ne puisse analyser les deux émotions positives basiques que sont la joie et la surprise. …

Plaisirs fermiers vs E.Leclerc : le grand #MEL au bord du KO ! #Ahahah

Dimanche soir, j’ai regardé la télé ! Oui je sais,, c’est mal… Et j’ai découvert dans un reportage « diffusé à une heure de grande écoute » que les producteurs sont en train de reprendre le pouvoir. Et les consommateurs s’en réjouissent ! La bonne nouvelle c’est que la plaisir l’emporte sur le prix. Alors Michel-Edouard, s’empresse d’envahir les espaces médiatiques pour nous expliquer que lui aussi respecte les producteurs et que les méchants au gouvernement ou ailleurs, tentent de l’abattre tandis qu’il défend le pouvoir d’achat. #Ahahah ! Sérieusement, lorsque Jean-Philippe explique qu’il vendait sa production de cochons à perte à la grande distribution, on est tout de même un peu plus dans la sincérité non ? Le problème de Leclerc est justement qu’il n’a jamais eu d’autre combat que le prix et que la nouvelle réglementation va lui interdire de jouer avec les promos et d’étrangler les producteurs simplement pour apparaitre comme le moins cher dans les classements. Fini le seul argument concurrentiel de celui qui croit encore que seul le prix nous intéresse… Ouf …

Quand la distribution ouvre la chasse aux pigeons… #Castorama #Leclerc

Tu arrives à la caisse de ce magasin tellement grand que tu te demandes pourquoi il n’y en a seulement 2 d’ouvertes et tu te rends comptes que tu as oublié d’acheter des piles ! Un classique de trou de mémoire que ton inconscient répare aussitôt en allumant discrètement l’alarme  dans ton cerveau lorsqu’il capte un visuel de piles habilement situé ! Ouf te dis-tu, pour une fois que j’y pense avant d’arriver à l’emplacement de B26 du parking où t’attends sagement ta voiture ! Il faut dire aussi que faire la queue et penser à la suite, te mets généralement en situation de stress (qu’est-ce que j’ai bien pu oublier cette fois ? étant la question que tous tes voisins d’infortune perdus dans leurs parcours du samedi se posent au même instant). Maios le distributeur est là, et, fort de sa science du merchandising et de son sens de l’observation des comportements des consommateurs, il a tout prévu. Aurait-il besoin d’une intelligence artificielle pour affiner la prédiction ? Du tout ! Il a mis …

Le bonheur est-il dans l’avion ? #happymarketing

En revenant d’un continent où le sourire est obligatoire, d’un pays culturellement dominé par la salutation accentuée par une posture de respect, les mains jointes et les yeux dans les yeux, je lis l’excellent supplément publié par Le Monde, dénonçant un bonheur mécanique. Lire cette dénonciation des excès d’une communication sur la happycratie que l’on tenterait d’imposer en France, me confirme que je suis bien sur le chemin du retour au pays. Tout ce qui fonctionne, est chez nous, immédiatement suspect, et dans la foulé, devient une manipulation diabolique des tyrans entrepreneurs et autres marchands qui nous exploitent. Incroyable comme notre élite intellectuelle autorisée à prendre une parole médiatique, se permet de cracher dans la soupe ! Pourquoi conclure une tribune au vitriol sur notre recherche du bonheur, y compris au bureau (mais oui c’est possible !) par une déclaration de Serge Gainsbourg datant de 1992 réduisant son impertinence naturelle à son refus de considérer le bonheur ? Est-ce vraiment un propos d’actualité ? Notre intelligence émotionnelle, mise à toutes les sauces dans cette tribune de Nicolas Santalaria, n’est …

Le tour spécial RSE #Vivatech avec #BNPParibasCardif

Vivatech 2018 c’était sympa mais un peu trop fréquenté et un peu trop chaud ! Evidemment il y avait beaucoup de robots et d’Intelligence Artificielle dans les allées, les stands des entreprises américaines et du CAC40. Faut-il vous expliquer encore après les nombreux articles résumant ce troisième opus organisé par Publicis et Les Echos, que les start-ups louées par notre jeune président étaient partout et sur tous les fronts : réalité augmentée, véhicules électriques et connectés, smart city, recrutement intelligent, développement économique et culturel, etc… Chez BNP Paribas, comme ailleurs, il y a un grand nombre de ces entreprises du futur qui sont présentées dans un amphi naturellement bondé. Il y a aussi des représentants de l’Atelier BNP, de l’échangeur et donc du Cardif Lab, entité qui a eu la bienveillance de m’inviter. Pourquoi faire ? Pour faire un tour ! Ah, la belle idée ! Oui, parce que circuler et s’y retrouver dans ce gigantesque aquarium de l’innovation n’est en rien facile. Trouver une start-up qui pourrait parler des humains plus que du fric …

De la place de l’IA dans la relation client ? #emotional #marketing

Mon ami Arnaud poste la semaine dernière, un article pour nous demander quelle serait la place de l’émotion dans l’Intelligence Artificielle. Il s’agit en définitive du relai d’un article paru sur The Conversation qui s’émeut d’ailleurs de ce « talon d’Achille » que serait l’émotion pour l’IA. Est-ce vraiment le cas ? Je lui ai promis d’inverser la vision et, de vous à moi, (ah ah quel robot pourrait écrire ce genre de chose totalement incompréhensible ?), je m’étonne encore que nous ayons besoin d’en débattre : l’Intelligence Artificielle ne laisse aucune part à l’émotion ! En revanche, nous devrions nous interroger sur l’éventualité que notre Intelligence Emotionnelle soit fortement impactée par la machine pseudo intelligente. En quoi est-ce que « Ok Google » va perturber mes émotions ? Comment ce monde aseptisé qui nous est promis par des réponses prédéfinies par un moteur référençant ce qu’il veut, peut-il influer sur notre capacité à imaginer la suite de notre parcours sur la planète, à la rencontre d’autres humains qui pourraient nous aimer ?… Nous avons appris depuis quelques années …