Auteur : Patrice

Stratégie marketing des marques de l’IT #CMIT

Dans un écrin cosy et presque intimiste, nous étions bien installés pour un débat sur l’évolution souhaitable du marketing vers le respect de ses publics. David m’avait invité à présenter les concepts clés du #MarketingZERO aux membres du CMIT et j’avais hâte d’entendre leurs réactions et leurs questions. C’état hier. C’était bien. Merci. Alors avant de partir en week-end pour réfléchir aux réactions, aux suggestions, aux craintes exprimées ou aux opportunités de faire progresser le discours, je souhaite partager ici une interrogation majeure : la machine ou l’intelligence ? Tout part d’un constat sans doute teinté de pessimisme : les jeunes marketers sont engloutis par le flot permanent des nouveaux outils qu’on leur propose d’adopter. Nous qui ne sommes pas nés de la dernière pluie, nous le savons : l’outil ne fait pas le marketer. Comment vont-ils s’en sortir ? Parce que le client ne se résumera jamais à ses données personnelles, honteusement capturées et aussitôt analysées, torréfiées, moulues et filtrées avant d’être questionnées comme un bon vieux marc de café. Dis-moi l’avenir, dis-moi quand …

Alors on pitche ? 5 trucs pour éviter le flop…

Trois jours sur un salon qui réunit de très belles entreprises industrielles à Villepinte. Trois jours de rencontres formidables que je ne suis pas prêt d’oublier. Merci au GEPPIA (Laurent, Jean-Marc, Pierre et Alizée pour ne citer que les plus connus) et à tous celles et ceux qui auront accepté d’échanger avec moi sur leurs histoires, leur entreprise et leurs difficultés éventuelles. Alors oui on pitche ! On prend le micro et c’est parti pour 5 minutes maximum. Format apéro qui permet à l’audience de mordre dans le saucisson et de boire une coupe ou un verre de rouge, pendant que les speakers se succèdent. Garantie d’une audience. Audience difficile à captiver au fil des ravitaillements et des discours qui se ressemblent un peu… Pourquoi ça ne fonctionne pas ? Pourquoi personne n’a la moindre question à poser ? Dommage ! J’ai expliqué quelques trucs à Hervé, Alexandre, Pascal, Stéphane, Laurent, Patrice, Jonathan, Laetitia, Véronique et d’autres, alors puisque tu n’étais pas là, je les mets ici à ta disposition. C’est cadeau ! 1 – …

Stratégie inbound marketing : faut-il qualifier les leads ? #MQL

La question est vite répondue. Bien sûr ! Si j’en crois mon ami Yann, un lead est une « piste de travail » et même pas un prospect. Nous en parlerons ce mercredi lors d’une table presque ronde animée par Fathi, au milieu d’autres questions liées à l’inbound marketing qui semble souffrir d’une désaffection face à la montée du marketing d’influence. Par exemple nous aborderons les enjeux suivants : * Evolution du marketing BtoB et tendances des 3 dernières années* Le lead magnet est-il encore pertinent ?* Comment produire un contenu qui résonne avec son audience ?* L’email marketing et le leader scoring sont-ils indispensables ?* Faut-il toujours chasser le MQL (et là je te laisse en galère avec le « wording »…) ? Mais revenons au #lead. Cœur des débats entre marketing et commerce. Finalement, chacun en est venu à dire à l’autre que le job était mal fait. Parce que les contenus ouverts sont, par définition, accessible à tous, et ne permettent pas de « qualifier » celui ou celle qui les consulte. Attends. Relis la phrase. Si Fabrice …

Les marques qui font du bien ep#31

Oui j’ai pris mon temps pour te revenir avec de nouvelles marques fraiches et généreuses. Mais tu sais, désormais, d’autres mettent en avant ces marques qui nous font espérer un avenir meilleur et plus respectueux. C’est bien. Tu as ainsi le choix et tu fais sans doute ta propre revue de marque. Tu pourrais peut-être la partager avec moi, avec nous ?… Alors pour commencer, je voudrais rendre hommage au travail immense de fashiongreenhub.org, et à l’énergie inépuisable de Annick Jehanne. Annick si tu me lis, merci. 1 – FashionGreenHub : une organisation qui regroupe des acteurs du textile qui sont engagés pour changer et pour sauver la planète. De nombreuses entreprises sont impliquées et se retrouvent dans le tiers-lieux de Roubaix et bientôt dans celui de Paris qui ouvre très bientôt. C’est à la fois très ouvert et très orienté vers la responsabilité partagée. D’ailleurs, la semaine prochaine il y aura des Fashion Green Days, les 16 et 17 novembre et ce sera l’occasion de constater, d’avoir des preuves que les actions menées ont …

La stratégie de la consigne #pyxo

Alors que j’écrivais à Priscille pour lui faire part des limites d’un marketing peu à la hauteur de la noble ambition de son entreprise responsable, tu le sais, si tu m’as lu hier, je me suis rendu chez Eric, traiteur italien de mon quartier parisien. Pour la première fois, j’ai pris un repas de midi à emporter avec consigne de l’emballage. Un emballage habituellement en carton qui m’encombre et que je jette aussitôt terminé mon déjeuner. Comme tout le monde. Depuis trop longtemps. Alors plastique pour le couvercle, ou les couverts, plus généralement en bambou, peu importe, cela génère des déchet jetables en trop. Mais désormais c’est terminé ! Je suis enfin devenu plus responsable. Et c’est grâce à toi Eric… ou bien grâce à Pyxo qui a trouvé la solution pour à la fois réduire les points de friction et augmenter ma motivation. Parce que si tu souhaites que tes clients adoptent un comportement plus responsable, il faudra jouer sur ces deux axes (cf les conférences de Dan Ariely). Tu t’en doutes, j’ai voulu …

La stratégie de l’emballage chez #Eclo

Comme si fabriquer des produits responsables n’étaient pas suffisant, désormais l’engagement des entreprises se porte aussi sur les emballages. Au moment, où je découvre la très sympathique Priscille, jeune cheffe d’entreprise de Eclo, lancée il y a deux ans et soutenue par la BNP Paribas, je me rends chez Eric, ce traiteur italien du coin de la rue pour un plat à emporter. Tu comprends, je n’ai pas le temps de m’asseoir à table ce midi. Bref ! Eric me répond que je vais devoir m’y habituer, il y a des jolies boites rondes et bleu pour emporter mon miam miam. C’est la consigne ! C’est facile comme un SMS et un QR code et surtout, si tu oublies ça te coûtera 12 euros. La motivation par la peur de perdre de l’argent ? Pas évident comme méthode. Admettons et comme j’ai 14 jours devant moi, je peux die faire l’effort de faire la vaisselle et de revenir chez Eric d’ici là. Fidélisation ? Mais revenons-en à Priscille qui marche au bord de la plage …

Capturer nos instants sur des photos libres

Alain chante avec Vincent. Un moment magique que je ne découvre que maintenant. Un instant de grâce qui renvoie à un texte vieux comme s’il y a 43 ans qu’il a été écrit. « Caresses photographiées sur ma peau sensibleOn peut tout jeter, les instants, les photos, c’est libreY a toujours le papier collant transparentPour remettre au carré tous ces tourments… » Et aussitôt je pars en voyage dans mes archives photographiées. Ces instants où nous étions libres ? N’est-ce pas une nostalgie évaporée qui s’exprime dans ces mots pour mieux combler les vides de nos existences actuelles ? De quelles photos te souviens-tu ? J’aime me souvenir des vieux Polaroïd pris par ma grand-mère près d’un sapin immense décoré pour Noël ou de ceux pris dans l’euphorie d’une première étoile gagné par des joueurs en bleus. Chaque fois des visages qui ont changé depuis mais qui brillent encore de l’aura du temps d’avant. Nous avons jeté tellement de photos. Nous en avons conservé quelques unes. Lesquelles ? Pourquoi celles-là ? Et puis il y a aussi …

La stratégie du Business Case #GrandPrix #Marketing

Je n’ai pas de campagne primée à vous présenter. J’en ai pourtant imaginé de belles, de folles, et certaines ont même été de réels succès pour les marques qui nous avaient fait confiance (oui une agence c’est une équipe et pas seulement un nom). Il faut que je te dise que je n’ai jamais participé à aucun concours. Jamais ! Certainement parce que je n’aime pas perdre. Et puis aussi parce que l’idée que des gens, des pairs, des experts se réunissent pour distribuer des prix hors de toute connexion avec le monde extérieur me semble, encore aujourd’hui, terriblement illusoire. Bref ! Alors quand tu regarderas la vidéo de ZAK et que dans ce diner tu écouteras un mec de la com t’explique son récent succès avec un beau business case, tu souriras… #oupas La vie nous réserve de beaux moments et peut-être un jour l’occasion de dire aux autres pourquoi nous aimons les marques, pourquoi nous imaginons que leurs clients puissent les aimer aussi. Pour celles et ceux qui aiment le marketing, qui aiment …

Faut-il fermer les yeux pour avoir une meilleure vision…marketing ? #oupas

J’ai fermé les yeux. J’ai pris le temps de me détacher de cette image de toi, Laurent. Et puis je me suis plongé dans le noir, volontairement. Alors même que la journée commençait avec un déferlement de commentaires joyeux et de likes adorables autour d’un podcast des habitués du #CafedelaCom. Et dans le noir, tu vois quoi ? Fermer les yeux sur le défilé des conseils qui s’empilent dans un ordre incertain lorsque je scrolle down sur Linkedin Fermer les yeux sur les inepties proférées par certaines marques… pourquoi des couches qui ne fuient pas ou moins que les autres ? tu crois vraiment que quelqu’un achète des couches qui fuient ?… Fermer les yeux pour éviter de lire ce que certains appellent des carrousels et qui à défaut de me faire tournoyer dans un monde féérique, me balancent des banalités du genre : « en 2023, tu achèteras des NFT pour t’inscrire à une conférence sur le web3 » Fermer les yeux pour imaginer autre chose : des gens qui rient, des gens qui se respectent …

La tendance marketing du dressing à louer #QuiLoueTout

Depuis quand sommes-nous propriétaire ? De notre habitation, de notre véhicule, de notre moyen de communication, de notre ordinateur, de nos fringues et de tout le reste. La question déclencherait une recherche sociologique ou anthropologique d’envergure, nous ramenant sans doute à la révolution française, symbole de la fin de certains privilèges. Une chose est certaine, les humains ont d’abord loué leurs corps avant d’en réclamer la propriété. A l’inverse, la longue quête vers la pleine propriété d’un maximum d’objets liée à l’hyper sédentarisation nous a plongé dans le plus grand placard, le plus vaste débarras, les plus étranges vides-greniers qui soient. Alors pourquoi continuer à empiler les vêtements dans un dressing, les sacs à main sur des arbres à sac, et les chaussures dans des meubles à chaussures ? Pourquoi tant d’avidité pour ce qui est à nous et pas aux autres ? Pourquoi lutter pour acheter encore et encore, ce qui invariablement renvoie dans le fond de l’armoire ce que nous avions déjà ? Depuis quelques temps, la sobriété s’empare de notre consommation, et …