Auteur : Patrice

Proche des clients pour les comprendre ? Une stratégie pour #monsieurbricolage

La marque est une conversation. Depuis 40 ans ? Pas si sûr lorsque certains confondent encore histoire racontée et authenticité dans la promesse de l’offre ou du produit. Difficile certainement de comprendre que le client se construit lui-même son histoire à partir des élément et de la stratégie narrative fournis par la marque. Aucune réalité là-dedans ! Une représentation que la marque doit tenter de rendre aussi conforme que possible à la présentation qu’elle donne d’elle. Un exemple ? Faites-le vous-même mais pas tout seul ! nous dit Monsieur Bricolage depuis 40 ans (et là tu peux me rétorquer que cela ne fait pas si longtemps que cette enseigne a élaboré ce message – peu importe, c’est ce qu’elle dit aujourd’hui qui construit mon histoire avec elle…)… Vidéo ! C’est exactement ça ! Bravo ! Nous ne parlons pas forcément la même langue lorsqu’il s’agit de décrire un outil, un objet, un problème rencontré à la maison. Evident ?! Le dire c’est mieux. Enfin une marque qui ne parle pas de son point de vue, …

La baromètre du social selling : un festival de bonnes nouvelles !

J’aime bien les bonnes nouvelles et je sais que vous aussi. C’est ce qui caractérise les gens optimistes et généreux comme vous, mes lecteurs.trices. Depuis 3 ans La Poste et Intuiti publient un baromètre de cette activité désormais bien connue sous le nom marketing de social selling. Des contenus publiés par une marque ou une entreprise sans objectif directement commercial, ayant pour vocation de créer de l’envie, de se faire aimer par des gens qui découvrent alors un service, une offre, des produits sans qu’on ne les sollicite de manière agressive ou intrusive. C’est l’art et la manière de se vendre sur les réseaux sociaux, dirait mon ami Loïc, trop occupé par son festival d’été. Certes ! C’est une adaptation de ce qu’on imaginait être de l’Inbound Marketing, avant que finalement l’on ne s’aperçoive que le ROI est très difficile à maitriser ou à optimiser. Bref des commerciaux qui ne prospectent pas à l’ancienne, en mode cold calling, ou envoi massif de mails, c’est tout de même mieux et surtout plus respectueux de nous et …

Il y a des mots plus grands que les autres… Interview émotionnelle de Delphine Jouenne

Quand tu commences une conversation avec Delphine, tu sais que chaque mot va compter. Mieux, tu imagines qu’un mot va en amener un autre, et que de mot en mot, la balade sera à la fois lumineuse et imprévue. Parce que les mots ont un sens, il fallait absolument que nous en parlions. Rencontre émotionnelle avec une passionnée, une littéraire engagée pour que les mots soient plus grands ! Patrice : Delphine, bravo pour ce site : un bien grand mot, d’où vient cette passion ? Delphine : « J’ai fait des études littéraires et j’ai toujours aimé les mots. Je me suis intéressé à leur histoire, à leur émergence, à leur signification profonde. Ajoutons à cela la philosophie et mon arrivée dans les métiers de la communication et dans les relations presse, et voilà pourquoi j’accorde autant d’importance aux mots. Les mots de l’actualité, les mots qui font notre actualité, nos conversations, sans même que nous sachions pourquoi parfois. Je trouve cela fascinant et lorsque je conseille des marques sur leur communication, je prends soin …

Pourquoi choisir une image qui plait est un non sens marketing ? #story

Allez tant pis pour mon image, je lance un nouveau pavé dans la mare aux canards (mes jolis canards chéris… tu les vois là dans un coin de ta tête ?). Je ne choisis pas mes images en fonction de tes goûts, cher.e lectrice.teur ! Je choisis ce qui me plait et basta ! Si tu aimes, j’en suis ravi, sinon… (termine la phrase comme tu le souhaites, je ne voudrais pas heurter ta sensibilité). Ce matin, je me retrouve dans deux conversations lancées par des gens que j’apprécie et aussitôt, j’ai envie de vous en faire part : Faudrait-il s’émerveiller de disposer d’informations sur les images que préfère notre communauté (au sens des réseaux sociaux) ? Faudrait-il être dans l’authenticité de nos actions pour en faire un récit, pour construire notre story ? Tu vois le dilemme ! Tu imagines les contorsions qui envahissent mon cerveau à l’heure de répondre avec bienveillance à ces interrogations ? Au passage, tu peux le noter, la formulation que je t’en propose, est une interprétation de la réalité… …

3 clés pour une stratégie de contenus efficace #bonus

Il n’est pas trop tard pour apprendre. Jamais ! Alors j’écoute, je lis, je découvre. Pas toi ? Je m’interroge aussi et à chaque instant, sur le sujet de l’efficacité, de l’impact d’une stratégie de contenus. Une marque doit s’exprimer, crise ou pas crise, sur un (ou plusieurs) territoire(s) qu’elle investit avec régularité et pertinence, jusqu’à devenir référence. Produire des contenus, sous toutes leurs formes, devient alors une exigence, et lorsque des gens chez un éditeur de CRM me répondent que le blog sera mis à jour en octobre, je m’étrangle dans ma soupe thaï. Ai-je bien compris la réponse ? Et que dire de Simon, qui continue d’afficher fièrement lors d’une visio-conférence son appartenance à une agence disparue il y a plus de deux ans ? La stratégie de contenus est désormais une brique importante dans la stratégie de marque. Simplement parce que c’est le moyen de créer et d’entretenir des interactions positives, tant avec les clients qu’avec tous ceux qui un jour ou l’autre auraient envie de le devenir. C’est bien beau de …

Comment rétablir la confiance dans le retail ? #CX #SafePlaceToShop

On en parlait hier avec un panel exceptionnel de directrices de la communication et du marketing (merci Sandra, Virginie et Patricia), et c’est aussi souligné par l’étude Cision France sur l’avenir des métiers de la communication, la confiance est un enjeu majeur en pleine crise. Et Thierry Wellhoff le rappelait à nous tous, sans communication dans les deux sens, il ne peut y avoir de confiance. Bien entendu, les marques comme les institutions, peuvent proclamer à l’infini que nous pouvons leur faire confiance, rien ne vaudra jamais l’expérience vécue et racontée par un tiers (serait-il de confiance, justement ?). On imagine que nos comportements de consommateurs, de clients des magasins a été profondément impacté par le virus Covid-19. Serons-nous à nouveau attirés par la salle bondée d’un restaurant, signal fort que la cuisine et l’ambiance doivent être bonnes ? Irons-nous encore trainer dans les allées d’un centre commercial, comme on se promène dans un parc naturel ? Je te laisse m’apporter ta réponse, cher.e lectrice.teur, mais je t’avoue que j’en doute un peu. Enfin, il …

La stratégie du premier cercle #inboundmarketing

Aujourd’hui mon ami Aurélien a publié une très belle et pertinente tribune dans Culture RP, et je l’en ai aussitôt félicité. C’est mérité. Dans le classement des compliments d’objet direct, sa place n’est plus à prendre. D’ailleurs, au moment même où je découvrais son texte sur la curation, cette folie du like et du partage de contenus qui nous a pris tant de temps sur nos vies sociales (au sens de l’échange humain dénué de cet intérêt maladif pour l’auto promotion), je lui adressais un message l’encourageant à la prudence dans ses apparitions médiatiques. Ah zut ! Mais le reverse mentoring, c’est aussi cela : apprendre de ceux qui vous apprécient et sont plus vifs, plus habiles, probablement plus talentueux et surtout moins expérimentés. Car au fond, à quoi nous sert aujourd’hui d’avoir vécu et su avant eux ?… Avant c’est derrière nous, et nous en sommes déjà si loin… Quand j’étais petit, j’aimais bien faire des ronds dans l’eau ! Oui, c’est encore un de ces enseignements provenant de mon grand-père maternel, que de …

Ma commande #Carrefour via #Google : comment en est-on arrivé là ?

Bonne question non ? Quand j’ai découvert les propos de Amélie Oudéa-Castéra, directrice E-commerce, Data et Transformation Digitale du groupe Carrefour à l’occasion d’une conférence de presse virtuelle organisée ce mardi 16 septembre, j’ai cru au miracle. L’espace d’une seconde je me suis imaginé dictant mes courses à mon assistant (quel joli nom) Google, laquelle (lequel si c’était une voix masculine) s’empresserait de filer arpenter les rayons, pousser le caddie et patienter à la caisse, avec ou sans son masque (après tout c’est son problème) tandis que je resterai tranquille dans mon fauteuil de jardin. à contempler les mésanges qui y jouent comme des enfants sortant de l’école… Le bonheur est dans la technologie, me suis-je dit ! Hélas, l’idée n’est pas neuve. En 2018 déjà, l’enseigne française de grande distribution nous gratifiait d’une annonce similaire, vantant les mérites de son partenariat technologique avec le monstre américain. « Ne vous inquiétez pas, Google aime beaucoup la gastronomie à la française« , disait-on pour nous rassurer devant l’effroyable appétit du géant californien. Oups ! Un fiasco tant il est …

Miam ! la stratégie du cadeau chez #BurgerKing

Inutile de vous le dire, #Buzzman est une agence remarquable qui ose pour des marques tout aussi passionnantes à suivre dans leurs histoires. Par exemple, vous l’avez remarqué, la marque Burger King est dans beaucoup de conversations autour de sa communication « décalée ». Pourquoi ? Sans doute parce que nous aimons les burger et aussi parce que nous aimons parler de ce que nous mangeons. Culture française oblige ! Rien d’extraordinaire à ce que nous en discutions sans cesse alors ? Pas si sur ! Pourquoi une marque plus qu’en autre ? Le fast-food peut sembler peu engageant et très éloigné d’un savoir-vivre, d’une qualité de vie que nous prétendons tous rechercher avec constance. Pour autant, c’est cette légèreté avec laquelle Burger King nous raconte une histoire à chaque instant de l’expérience fait toute la différence. D’ailleurs, ce constat vaut aussi pour les marques de luxe, comme l’indique Daniel Langer dans un excellent article paru dans Jing Daily, et évoquant les risques majeurs pris par certaines marques peu soucieuses de leur storytelling : « The main mistake …

Le plaisir et le consentement : le marketing peut-il choisir ?

Le plaisir sans le consentement, est-ce tout simplement possible ? Question préliminaire qui peut vite tourner au drame en trois actes. Si je ne te demande pas ton consentement, est-ce parce que j’imagine (à tort ou à raison) que tu me l’aurais donné ou bien, si je te le demande est-ce parce qu’il est possible que tu me le refuses ? Mais est-ce bien une question obligatoire ? En marketing, la réponse est oui. Depuis le RDGP mais aussi depuis la lecture de Permission Marketing de Seth Godin (en 2004 !), nous savons qu’il est indispensable de demander une autorisation préalable pour engager, ne serait-ce que la conversation. Alors nous sommes tous confrontés aux fameux pop-in qui nous alerte sur l’utilisation de cookies sur un site e-commerce (et même d’information) car cela signifie que nos données personnelles peuvent être aspirées et analysées. On nous réclame un contentement ! Tu as remarqué comme moi, cher.e lectrice.teur, qu’il y a plusieurs formes de demande de consentement, y compris celle ou la seule case à cocher est celle …