Tous les articles classés dans : vive les marques !

La tête dans les plumes ! ou comment Dumas nous vend du rêve…

Dumas, vous connaissez ? Non ? Ni père, ni fils, aucun Alexandre à l’horizon de cette PME originaire de Tonnerre, en Bourgogne. Je découvre lors de l’Usine Extraordinaire, cette marque centenaire, symbole d’un bien vivre français que beaucoup nous envient et qui s’exporte un peu partout dans le monde, notamment celui de l’hôtellerie de luxe. Mais pourquoi diable être présent sous cette verrière immense pour quelques jours consacrée à la mise en valeur du savoir-faire industriel de notre pays ? Alors Cédric, le secrétaire général de l’entreprise Dumas, me vole dans les plumes, et se met en tête de m’expliquer comment on fabrique un oreiller digne de porter le nom de Dumas. Et cet ancien financier de formation (doit-on encore dire DAF ?) est d’une gentillesse à faire fondre le foie d’un canard ! Il me montre les différentes qualités de plume, et l’énorme différence entre le synthétique et le naturel. Je prends mon oreiller entre mes mains et pose ma tête dessus… un instant de pure bonheur ! La marque a une renommée mondiale …

Dis Google ! Comment fêter ses vingt ans ? #event

Il faut faire preuve d’imagination pour créer un événement qui ne soit pas simplement un cocktail ou un apéro dans un bar branché #oupas ! Oui, il faut chercher un peu plus loin et faire preuve d’empathie. Que voudraient vivre vos clients lors d’un rendez-vous d’exception ? Faudrait-il que cet événement reprenne vos valeurs et votre mission ? Comment raconter une histoire autour d’une rencontre avec eux ? Google a changé nos vies et pour longtemps encore, nous ne serons plus jamais perdu, nous arriverons à l’heure en voiture, nous visiterons à peu près tout ce qui se visite, des oeuvres d’art au fonds des océan, et finalement nous n’aurons plus jamais besoin d’apprendre la date de naissance de Louis XIV… Mais nous saurons aussi trouver les nouvelles  tendances, les restaurants les plus branchés, les publications les plus pertinentes sur l’intelligence artificielle ou les chaussures à talon ! Alors lorsque Google fête ses 20 ans, il nous convie au Grand Palais à Paris et non pas au café des sports du village. Alors la visite …

Amour authentique : l’exemple de Michel & Augustin

Hier je suis intervenu aux fois pour parler d’amour des clients. Une première fois à Strasbourg dans le cadre du social selling forum et une deuxième fois en fin d’après-midi à Paris pour des équipes au service recouvrement client d’Orange Business, dans le cadre hyper ludique de la Tête dans les nuages. Un peu comme si je devais courir les routes de France pour évangéliser autour d’une évidence : plus l’on aime ses clients et plus ils nous aiment, devenant ainsi fidèles par amour. Et puis naturellement lorsqu’on parle d’authenticité, de preuves d’amour que l’on pourrait prodiguer aux siens, à ses collaborateurs comme à ses clients, lorsque je dois expliquer ce qu’un engagement à long terme peut inspirer une marque, l’audience me demande des exemples. Ah ! Mais c’est un peu trop facile de décrier notre sécheresse sentimentale, notre manque de générosité, notre absence de bienveillance, s’écrie-t-on du haut de l’amphi ou du dernier rang. Certes ! Mais il existe des marques qui ont fait le choix de tout construire autour du client et elles …

Instagram et moi ! Quand Ibis Suisse lance un nouveau job pour l’expérience client… #CX

Et puis tu découvres que le monde est en plein drame existentiel : est-ce que la photo de mes vacances sur Insta sera aimée et même partagée ? Oui, je pense que tu pourrais faire un effort de gentillesse, cher lecteur.trice et t’abonner au compte Instagram du marketing émotionnel ! Non vraiment !… Alors, je lis frénétiquement les conseils des pros et j’écoute tant que bien mal ceux que me prodiguent certains et certaines (Dis Céline tu peux m’aider ?). Mais en Suisse, nos amis d’Ibis ont trouvé mieux : ils viennent de créer le job de l’année : le Social Media Sitter ! #ahahah ! Le type (ou l’élégante jeune femme) qui va prendre la meilleure photo pour toi et la poster pour toi ! Fini le selfie approximatif, ta photo sera la meilleure et tu n’auras plus besoin ni de ta perche faussement télescopique ni de te tordre le cou pour ne plus ressembler à… rien ! J’adore l’idée ! Le film est un peu dingue et même barré mais pourquoi pas ! …

Stratégie de personnalisation : une chaussure pour chaque pied ! #CX

On ne peut pas tous rêver du prince charmant (ou de la princesse charmante si toutefois elle existe…) mais nous aimerions bien trouver chaussure à notre pied. Et même si l’adage du cordonnier mal chaussé résiste au temps de la digitalisation, il est évident qu’en la matière les marques ont fait d’énormes progrès. Personnaliser ses « shoes » est une opportunité supplémentaire d’affirmer notre diversité humaine bien au-delà de la tapageuse semelle rouge chère à Christian et ses fans. Alors pourquoi pas jouer cette carte à fond ? A l’instar de Levi’s qui ouvrait il y a plusieurs années des ateliers de personnalisation de vos jeans (ou vestes, blousons en jeans), l’Atelier Notify propose cette expérience engageante et exclusive aux client.e.s du Bon Marché (@24sevres). Evidemment il en coûte quelques dizaines d’euros en plus de votre paire de chaussures. Mais quelle importance ? Combien vaudrait l’exclusivité de votre modèle ? De cette chaussure qui n’irait que sur votre pied et non pas sur tous ceux qui suivent la tendance, rassurés par l’idée sociale d’une intégration susceptible de …

La chasse aux pigeons serait-elle déjà terminée ? #leclerc #monoprix

Je découvre avec un bonheur immense le post sur Linkedin de Régis Schultz, patron de Monoprix, qui fait état d’une décision de justice prononcée contre la campagne des pigeons des centre E.Leclerc ! Incroyable et intolérable exemple de moche marketing, cette tentative de comparer les clients des enseignes concurrentes à des pigeons, était au-delà de la blague infondée et condamnable. Merci Régis ! Oui j’en profite pour redire à mes lecteurs.trices, que la guerre de prix conduit à des horreurs comme toutes les guerres et que la seule réponse qui tienne est l’amour des clients. Rien d’autre ! N’en déplaise à ceux qui sont partisans du moins cher et du toujours moins cher, les valeurs des marques sont ailleurs et celle des français aussi. Aimer une marque pour ce qu’elle nous apporte au quotidien est tout à fait possible et si le marketing doit avoir un seul objectif, c’est celui-là : améliorer la vie des clients afin qu’ils soient plus heureux et qu’en conséquence, ils aiment leurs marques préférées… C’est une question de sens. De …

Quand la distribution ouvre la chasse aux pigeons… #Castorama #Leclerc

Tu arrives à la caisse de ce magasin tellement grand que tu te demandes pourquoi il n’y en a seulement 2 d’ouvertes et tu te rends comptes que tu as oublié d’acheter des piles ! Un classique de trou de mémoire que ton inconscient répare aussitôt en allumant discrètement l’alarme  dans ton cerveau lorsqu’il capte un visuel de piles habilement situé ! Ouf te dis-tu, pour une fois que j’y pense avant d’arriver à l’emplacement de B26 du parking où t’attends sagement ta voiture ! Il faut dire aussi que faire la queue et penser à la suite, te mets généralement en situation de stress (qu’est-ce que j’ai bien pu oublier cette fois ? étant la question que tous tes voisins d’infortune perdus dans leurs parcours du samedi se posent au même instant). Maios le distributeur est là, et, fort de sa science du merchandising et de son sens de l’observation des comportements des consommateurs, il a tout prévu. Aurait-il besoin d’une intelligence artificielle pour affiner la prédiction ? Du tout ! Il a mis …

Un pied dans le design ou la stratégie de la simplicité #tiptoe

Le pied ! Rien d’autre ! Tu n’y crois pas quand tu rencontres Matthieu et Vincent, deux entrepreneurs qui ont une histoire simple à raconter. Comment ces deux grands types ont-ils eu cette idée brillante et évidente de lancer sur le marché du meuble design une gamme de pieds en acier coloré ? Ils ont tous les deux fait une école de commerce, « de la gestion », et ne sont pas architectes d’intérieur ni designers. Et alors ? La famille de Matthieu a un passé industriel et métallurgique, tandis que Vincent a fait le tour du monde et s’en inspire. Est-ce suffisant pour créer une marque ? Invité dans leur loft, un endroit qui prend l’allure d’un havre de partage bienveillant, je me rends compte de leur réelle simplicité dans le discours et dans la posture. Aucune arrogance, aucune vantardise mal déguisée mais une vraie volonté de dire les choses comme ils les vivent et les ressentent au milieu d’une équipe de 14 personnes. Ce qui fait la différence, c’est leur obsession de rendre les autres …

Dagobear a mis le marketing à l’envers ! #storytelling

Un jour de découverte dans cet immense espace d’exposition que je ne fréquente que rarement au Nord de la capitale, et certainement un jour d’inspiration pour le décor, l’ambiance, le contexte dans lequel une marque ou des clients pourraient évoluer… Et puis boum badaboum, je tombe sur Dagobear ! Une marque française de caleçons qui m’a littéralement mise sur le cul ! Laissez-moi vous en raconter l’histoire… Comme moi, vous imaginez d’abord que Dago Bear fait référence à un ours sympathique ; et comme moi vous avez faux, quand bien même une tête d’ourson figure en lieu et place du O dans le logo de la marque. Ou alors le « bear » serait pour ce symbole masculin de ce début de siècle, renvoyant à la capillarité exhibée des hommes fashion, tel le mannequin qui pose en caleçon pourrait le laisser croire ? Faux encore, me répond un jeune homme avec patience. Non, Dagobear est bien le lointain cousin de ce roi qui a mis sa culotte à l’envers comme nous le chantions il y a des …

Histoire de marque : comment la raconter ? #branding

On se retrouve pour l’indispensable tour de table. Celui où chacun se demande comment il va bien pouvoir se présenter et présenter sa société dont il est sans doute le fier ambassadeur. Se mettre en avant, réussir le Pitch en 1 minute, et imaginer que les autres, qui écoutent sagement ou attendent leur tour avec l’assurance ou l’espoir de faire mieux, aient compris voir retenu quelque chose. Au mieux, celui dont c’est le tour ne ressent pas trop la pression des regards autour de lui, et lorsqu’il admet avoir terminé, recueille avec émotion les signaux bienveillants que lui renvoient les visages ouverts et sympathiques qu’il croit voir. Il pense alors comme chaque fois qu’il a été bon !… Pas vous ? Pourquoi donc ? La première chose qui suit ce tour de table, c’est la volonté de certains participants à vouloir en savoir plus, sur vous et sur ce que vous prétendez faire. Si personne ne vous pose la moindre question, c’est que vous n’avez intéressé personne… Bof ! Vous pensez que les gens sont …