Tous les articles classés dans : histoire et contenu de marque

La stratégie du conte de Noël

Pourquoi ai-je encore loupé le traineau ? Pfff ! Je m’étais pourtant promis de t’écrire un conte pour que tu passes les fêtes au chaud dans tes chaussettes tricotées par ta grand-mère. Et puis, non. La folie des agendas de publication de contenu, c’est justement de vouloir se tenir très fort au marronnier. A force, tu risques la crampe. Et comme je me suis transporté dans les rayons de soleil d’une Provence hivernale très accueillante et colorée, j’en ai oublié de te parler de ces rencontres qui donnent une autre allure au marketing des marques. Mais ce matin, c’est la reprise, et je me dis que j’aimerais bien de raconter quelques unes des expériences qui changent ma vie de client. Tiens pour commencer, tu ne peux t’en rendre compte, mais je ne pourrais pas publier ce texte sans la très précieuse airbox que me prête gentiment Orange jusqu’à ce que le réseau internet (la fibre) ne soit rétabli. Cela devait être fait en 48h, puis au plus tard le 4 janvier, puis, suite à des …

Alors on pitche ? 5 trucs pour éviter le flop…

Trois jours sur un salon qui réunit de très belles entreprises industrielles à Villepinte. Trois jours de rencontres formidables que je ne suis pas prêt d’oublier. Merci au GEPPIA (Laurent, Jean-Marc, Pierre et Alizée pour ne citer que les plus connus) et à tous celles et ceux qui auront accepté d’échanger avec moi sur leurs histoires, leur entreprise et leurs difficultés éventuelles. Alors oui on pitche ! On prend le micro et c’est parti pour 5 minutes maximum. Format apéro qui permet à l’audience de mordre dans le saucisson et de boire une coupe ou un verre de rouge, pendant que les speakers se succèdent. Garantie d’une audience. Audience difficile à captiver au fil des ravitaillements et des discours qui se ressemblent un peu… Pourquoi ça ne fonctionne pas ? Pourquoi personne n’a la moindre question à poser ? Dommage ! J’ai expliqué quelques trucs à Hervé, Alexandre, Pascal, Stéphane, Laurent, Patrice, Jonathan, Laetitia, Véronique et d’autres, alors puisque tu n’étais pas là, je les mets ici à ta disposition. C’est cadeau ! 1 – …

Le marketing sans les poils #Veet

Je me demande ce qu’il se passe dans la tête des créatifs d’agence lorsque je découvre ce genre de campagne. Pas toi ? De l’air, de la nature, de la liberté de mouvement, de la fraicheur, d’accord. Sur deux boules d’un rose saumoné pour évoquer ce qui donne aux hommes à la fois force et faiblesse, pourquoi pas… Mais les boules doivent-elles être rasées de leurs poils pour retrouver leur liberté ? Vous avez 4 heures, c’est un sujet pour le bac philo de cette année (option communication / marketing). J’ai mieux pour toi cher.e lecteur.trice. Le film de la marque Veet (qui d’habitude est associée à l’épilation féminine) s’intitule : Odyssey. Wahou ! Quel voyage intrépide ! Avoir les couilles bien lisses te reconnecte avec la nature et, cerises sous la queue, te permets de voyager d’un lieu préservé à l’autre, y compris sur le dos d’une biche (l’animal et non l’évocation pseudo romantique de celle qui voudrait les caresser). Comme c’est léger. Comme c’est merveilleux de prendre l’air, sans même y toucher. Allez, …

J’peux pas… j’écris avec Karine ! #inspiration

Tu sais que certaines rencontres vont se produire. Tu le sens. Et puis un jour tu reçois un message privé sur ce réseau que l’on souhaite réserver à des collaborations professionnelles pour simplement te partager une réaction. Une émotion. Déclenchée par un message employé par une marque. Amusement, agacement, envie de dire quelque chose pour arrêter ça. Alors Karine, que tu connais pour la lire avec attention, me propose un exercice qui me plait déjà : écrire un texte à quatre mains. Ou plutôt se compléter l’un l’autre. Une écriture singulière pour une pensée collective autour de mots que nous aimons ou que nous ne supportons plus. Rien de prétentieux, tu le verras. Un bonheur simple de partager quelques mots ensemble. Pour toi. Si tu aimes, n’hésite pas à le dire, à l’écrire, parce que nous avons probablement d’autres sujets à aborder, Karine et moi. C’est là, juste en dessous : J’peux pas, j’ai…rien de mieux à dire ? » « J’peux pas, j’ai Grand Frais ». Ai-je bien entendu ? Il s’agit pourtant d’un nouveau spot radio, …

Comment franchir la ligne en marketing ? #BougeToi

Oui il fait beau, le ciel est bleu et tu as envahi les terrasses pour bien profiter en ce mois d’avril. C’est bien. Mais ne serait-ce pas aussi le moment de faire un peu (plus) de sport ? Allez on s’y (re)met ? Tu me suis ? Je discute de sport avec Moko qui me fabrique avec constance et bonne humeur des burgers frites pas forcément allégés, car lui et moi partageons cette passion depuis longtemps. Cela nous semble naturel. Elle est en nous pour la vie. Pourtant, il faut bien te l’avouer, cher.e lectrice.teur, plus les années passent et plus la motivation nous échappe, nous laisse trouver des excuses faciles lorsqu’il s’agit de renoncer au footing matinal. Mais toi, qui est jeune, pourquoi ne trouvez-tu pas cette énergie ? Pourquoi refuses-tu de te fixer de nouveaux challenges, de t’élancer dans la performance, la satisfaction de sensations inconnues, du frisson de la sueur qui te coule dans le cou ? En questionnant des étudiantes, alors que nous évoquons ensemble le marketing comportemental, je vérifie la …

Le marketing qui vous fera marcher sur Mars #WalkOnAmazing

Depuis le temps que certains me font rêver avec leurs aventures spatiales, imaginées, fantasmées ou presque à portée de nos vaisseaux, il fallait bien que ça arrive. Oui j’ai ressenti cette incroyable émotion que Scott nous transmet dans cette histoire présentée par une marque portugaise : Amorim Cork Flooring. Attends une seconde, je te donne quelques infos indispensables pour la suite de l’aventure. Scott Kelly est un ancien astronaute, qui a passé près d’un an en orbite quelque part dans l’espace dans la station internationale (un peu comme notre jeune Thomas). Il n’ira pas sur Mars. Il n’a pas été non plus l’un de ceux qui ont marché sur la lune (et ce n’est pas non plus le capitaine Haddock). Mais il aurait aimé ça. Il aurait adoré découvrir des sensations uniques, inconnues, inexplicables, et revenir les raconter à sa femme et peut-être à nous. Ce que je trouve exceptionnelle dans cette histoire, c’est la facilité avec laquelle nous sommes transportés avec lui dans cet imaginaire. On oublierait presque que la démonstration se fait en …

Sauver la planète, est-ce une raison d’être ? #oupas

Le rapport du GIEC nous donne trois ans pour enclencher un véritable changement de comportements de tous pour réussir à inverser (ou à freiner suffisamment) la dégradation de notre chère terre. Alors oui, il faut y aller ! Mais non, ce n’est pas une raison d’être pour une entreprise dans l’énorme majorité des cas, et encore moins pour celles qui ont été créées au siècle dernier (et avant). Je l’affirme sans te ménager : ton entreprise n’est pas un héros. Point final. Ta marque non plus. En revanche, tes salariés, tes clients, eux, peuvent être ces héros qui sauveront le monde pour peu que tu les aides, tu les inspires ou tu les félicites pour chacune des actions, chaque impact positif qu’ils ont et auront sur le changement profond dont nous avons besoin. Ce n’est pas du tout la même chose. Je m’agite à chaque fois que j’entends un dirigeant communiquer sur la raison d’être en transfigurant son entreprise en héros au service de l’humanité. Soyons clairs : l’entreprise est une communauté d’humains. Eux seuls …

Pourquoi tu cours Marvin ? La diversité comme un engagement #Patagonia

Récemment, j’ai partagé l’un des engagements de cette marque absolument remarquable sur un réseau social et je me suis mis à suivre son compte Twitter Europe. Le début d’une relation plus serrée entre nous. Presque une rencontre défragmentée comme l’expliquerait François (#teasing). Et puis ce matin, je découvre un film produit par Patagonia qui m’emmène outre-manche, suivre le cours du fleuve que je ne connais vraiment qu’à Londres ou à Oxford, la Tamise. Je regarde, j’admire la foulée souple de Marvin Johnson et j’écoute, je suis de bout en bout son récit émouvant. D’abord fasciné par la volonté d’un athlète de dépasser ses propres limites, de se lancer un défi inique et résolument tourné vers l’inconnu, je suis rapidement pris par l’histoire. Cours Forest devient cours Marvin et à la différence du parcours héroïque et fantaisiste de Gump, celui de Johson est autrement symbolique. Il est illustré par des images d’archives qui nous rappellent que l’empire colonial britannique a accueilli de nombreuses communautés venues chercher un confort économique et matériel très loin de leurs pays …

Dis-moi Katerine, le rose est-il une couleur Bon Marché ? #oupas

Est-ce vraiment une question de marketing ? Je m’interroge en suivant les aventures de ce personnage drolatique et atypique qui porte un double prénom comme patronyme. Jouant sur l’ambiguïté ou l’égalité des sexes, Philippe Katerine est-il ou est-elle genré.e ? Certes nous l’avions vu dans l’eau du grand bain, sans artifice au milieu de mâles se prenant l’espace d’un ballet aquatique pour les sirènes de la mixité à la recherche d’une médaille du mérite et de la reconnaissance populaire. Certes, lorsqu’il chante aimez-moi, aimez-moi (de mon vivant) parce que la mort rend les gens beaux, on comprend que le type a un gros problème de moi. Et ce n’est pas la première fois ! Car lorsqu’il nous déclare j’aime être stone avec toi, on frise le délire propulsé par des substances illicites. Bref ! Le monde est rose pour Philippe et c’est tout ce qui compte. Alors le Bon Marché, s’empare du phénomène et invite Katerine à tout repeindre en rose, et pas seulement son catalogue du printemps. Pourquoi ? Pourquoi faudrait-il en parler dans …

Stratégie marketing : vers l’écologie des contenus

Tu vois arriver Jean-François et Laurent, de bon matin pour enregistrer un podcast qui sera diffusé plus tard (je te dirai), et tu te souviens qu’on est censé parler tous les trois, d’écologie des contenus. Un sujet que tu pourrais aussi découvrir mercredi 9 février à 19h dans le premier #AfterEmotionnel de la saison 6. Alors comment faire pour te narrer ici, quelques mots échangés en off, tout à fait entre nous, dans cette intimité que nous n’affichons pas ? Après tout, si je dois respecter mon lectorat et ne pas le gaver de textes qui sont davantage témoins de ma life que sources éventuelles de réflexion et, plus rare encore, d’inspiration, je peux sans doute arrêter là. Ok. A moins que. A moins que je te dise deux ou trois choses pour éclaircir le point de vue. Tu veux bien ? La voix. Laurent a une voix incroyable. Il la pose. Elle est lui, et comme le dit si bien Jean-François, on l’entend et la reconnait immédiatement. Tu peux certes jouer avec ta voix, …