Tous les articles classés dans : Intuitions

Réflexions et idées

Les marques qui font du bien #ep1

Allez hop ! C’est décidé, tous les mardis je vous présente 4 ou 5 marques qui font du bien. Et si possible du bon marketing, semble-t-il cohérent et responsable, selon les principes du #MarketingZERO. Car oui c’est possible et on en parlera ensemble toute la saison à venir. C’est parti ! Pour débuter ce premier épisode, allons faire un tour du côté de chez Mamie. Mamie Mesure est installée à l’Ouest et sa co-fondatrice Maud Madic est brestoise. Son idée est de réduire les déchets à la maison, et elle a créée un réseau d’épiceries responsables, locales, en prônant le vrac, donc le zéro emballage. Bel engagement de deux femmes qui ont déjà conquis leur région et sans doute au-delà. Merci et bravo ! Si les entreprises sont les plus performantes, ce qu’affirmait au printemps dernier, Emery Jacquillat, le patron de la CAMIF, alors tout va bien pour cette coopérative d’achat ouverte puisque près de 80% des produits qu’elle vend sont d’origine française. Bientôt 100% ? En tout cas, une campagne pour le dire, ça …

Interview émotionnelle de Marion Derrider Blondel, directrice marketing et communication pour Engie BtoC

#JAgisAvecEngie est un hashtag pas comme les autres. Alors quand j’ai l’opportunité d’en parler avec Marion pendant la #MaddyKeynote cette année, je ne boude pas mon plaisir. Une femme d’énergie qui se soucie de ses clients et de la planète, voilà qui pourrait inspirer bon nombre de marketers en quête de sens. On est assis à l’intérieur et rien ne viendra perturber cette conversation. Ni micro, ni caméra, comme chaque fois, j’interview en écoutant, en regardant, en choyant la connexion pour laisser tous les biais cognitifs dans le fond de ma sacoche bleue. Patrice : « Marion vous avez trois enfants, est-ce que vous avec construit le programme J’agis avec Engie, en pensant à eux d’abord ? » Marion : « Je ne crois pas pouvoir dire ça. J’ai d’abord pensé à notre mission et à nos clients. Parce que tout le monde sait aujourd’hui que nous devons réduire notre consommation énergétique, tout le monde a envie de sauver la planète mais 90% des gens ne savent pas quoi faire. C’est notre première motivation. Nous avons envie d’aider …

La sagesse peut-elle être radicale ? #onenparle

Le coeur et la déraison. C’est le titre d’un édito, le dernier avant l’été, que publie CB News en ce lundi matin, signé par Frédéric Roy. Entre l’amour et la haine, il a choisi. Doit-on te dire Frédéric que nous aussi ? Mais le sujet du jour est ailleurs et me vient en tête (et non au coeur) en écoutant à la fois Cyndie et Pierre. Pierre qui met fin à une aventure de 30 de chef d’entreprise comme on décide de ne pas aller au bureau mais de prendre le chemin de traverse et de s’assoir sur la pelouse d’un parc ombragé. Allez au cinéma un lundi au lieu de se présenter à la réunion de la semaine pour y présenter des résultats sans saveur des campagnes emails et autres suivi des leads transmis aux équipes commerciales n’est pas simple. Pas du tout ! Il ne s’agit pas ici de minimiser la douleur inouïe d’une mort d’entreprise. Il s’agit de rendre hommage à tous ceux qui, un jour, un matin, et pourquoi pas un …

Faut-il conserver la culture des chiffres ? #KPI

Hier j’ai bavardé en terrasse. En l’installant face à David, je me suis fixé une limite de temps imaginaire : une heure de conversation ! Et puis en partageant un Perrier tranche, nous avons abordé le métier de marketer sous le double point de vue, de celui qui est tributaire d’un Comex ou d’un patron, et de celui qui parfois leur prodigue un conseil. Je dois te dire que nous n’avons pas tenu l’horaire prévu. J’en ai trop dit ! Pour le dire autrement, le sujet est vaste et nous conduit tant sur les chemins de la Lead Generation, ce terrible fardeau qui épuise et écrase le marketer d’entreprise BtoB que sur ceux des programmes de fidélité à la papa, d’un ridicule achevé. Je pourrais être plus virulent, tu le sais. Mais le Marketing ZERO est un espoir de changement. Une volonté de faire bouger les lignes de la performance. Une performance qui n’est pas dans les chiffres mais dans le coeur des clients. Des clients qui aiment qu’on prenne soin d’eux et qu’on leur …

Les amis et la fidélité #respect

Depuis longtemps je lis avec beaucoup d’intérêt tous les articles ou commentaires qui nous invitent à traiter nos clients comme nos amis. C’est du reste, l’un des conseils que je présentais dans le livre sur la fidélité, que j’ai écrit il y a déjà 4 ans (à commander ici). Et puis, comme souvent, je remets en question ce principe social de notre morale communautaire : les amis sont-ils fidèles ? Ne sont-ils pas comme les autres, parfois fidèles parfois volages, et sans aucun doute à un moment ou un autre, porté disparus ? L’humain étant un être de désir, selon Spinoza, ce désir étant une tension née du vide émotionnel entre bonheur et ennui, selon Comte-Sponville, est-il seulement possible qu’il soit un ami fidèle ? Et surtout qu’est-ce que cela signifie pour la qualité de la relation que nous entretenons au fil du temps ? Avons-nous vraiment des amis de 30 ans ? Nous sont-ils restés fidèles comme une femme à son parfum ? Seront-ils encore là demain ? Je crois finalement que la fidélité …

La philosophie du marketing – saison 4 #tadikoi

Retour du bac philo dans notre actualité libérée et hop un sujet incroyable qui tombe dans mes news : sommes-nous responsable de l’avenir ? Attends un peu… Responsable ? Mais pas coupable alors ?… Et puis incidemment cela pose la question d’un éventuel avenir pour le marketing ? Or c’est exactement la ligne que nous avons tenté de suivre dans Marketing ZERO, en imaginant que le Héros que tu es peut encore tout changer. Laissons cet essai de réflexion métier de côté et revenons à la philo ! Ambition ou illusion d’une pensée profonde ? Comment commencer par l’avenir ? Il me parait agréable de se projeter ainsi en avant et, en conséquence, de se dire que la passé est derrière nous, loin, tut là-bas dans un siècle précédent dont nous nous sommes détachés aussi rapidement que nous avons tombé le masque, hier. Or tout ce qui est derrière n’existe plus en réalité, sauf à considérer les traces émotionnelles, pour certaines des blessures, des stigmates, qui nous rappellent à nos erreurs ou à ces événements …

Faut-il être fier d’être normal ? #Celio

Comment affirmer sa différence lorsqu’on est une marque qui propose plutôt des fringues « normales » ? Oser et être audacieux, est-ce vraiment un sujet aujourd’hui en marketing ? Alors que je suis en plein lancement du livre #marketingZERO, je découvre la nouvelle campagne de Celio, cette marque urbaine qui joue la proximité davantage que le lifestyle (me semble-t-il) et j’avoue que je suis dubitatif… Non par le choix d’une musique qui perce mes oreilles mais qui évoque une certaine rebelle attitude. Pas davantage par le coup de pied dans la porte pour ouvrir le champ de vision de la caméra sur le vrai monde extérieur. Alors quoi ? Je dois t’avouer cher.e lectrice.teur, que la normalité n’est pas trop mon truc. Tu vois le problème ? Etre normal, est-ce accepter la norme ? Faudrait-il un tee-shirt blanc, un pantalon qui ne ressemble qu’à tous les pantalons de la terre, ou encore se promener avec son chien pour être normal ? Je ne sais pas. Autant, les défilés de mode me laissent souvent perplexe et parfois plongé …

Les marques doivent-elles être respectueuses de la normalité ? #TallyWeijl

Le débat est (re) lancé ! Comme à chaque fois qu’une marque ose parler le langage de sa clientèle, avec une impudeur à faire rougir une prostituée suisse, les moralisateurs sortent leurs fourches et crient en enfants de choeur : au bucher ! (Note : Alexis, si tu me lis, confirme moi que l’oxymore putain helvétique est correct – #oupas) Parce que la campagne #FuckExpectations (prudemment traduite par on s’en fout de leurs attentes) est d’une justesse de ton incroyable, c’est réellement choquant. Or c’est toujours le cas, dans ces cas là ! C’est même l’objectif premier. Ne pas tenir compte des haters, de ceux qui ne supportent pas que l’on emploie un mot cru, une phrase qui pique, qui hurle sa différence aux oreilles polies et policées de la majorité normalisée, est un engagement. Tout comme j’expliquais il y a 3 ou 4 ans la force des campagnes de la marque danoise Bianco (lire l’article), je dois, à l’invitation de Philippe, préciser ce que signifie un combat pour une marque : c’est défendre un …

Pourquoi toi plutôt que nous ? #RelationClient #Ubuntu

La question revient depuis quelques semaines déjà alimenter la réflexion de l’ami Alexandre, fervent défenseur de cet adage africain qui pose le Nous au centre du jeu (et non pas du Je comme tu t’y attendais en lisant cette ligne… décidément tu devrais surveiller un peu ton cerveau et tes intuitions…). Pourquoi faudrait-il soudain se prosterner devant : Je suis car nous sommes ? Je ne suis pas philosophe (contrairement à Vincent qui a adoré le post Linkedin de Alexandre) mais il me semble que le Nous est dépassé… Exactement comme le célèbre et digital qui sommes-nous ? qui vise à rassurer les visiteurs d’un soir, perdus sur la toile, à la recherche d’un prestataire ou d’un fournisseur qu’ils ne connaissent pas. Car vois-tu, toi qui me lit, je n’ose t’inclure dans un Nous. Jamais ! Non pas que nous ne pourrions écrire une histoire ensemble, mais simplement parce que je te crois différent.e, de cette différence qui m’a toujours indiqué qu’on ne mélange pas les choux et les bananes. Tu es autre, mon choux, …

Marketing ZERO : un manifeste pour tout reprendre à zéro ! #teaser

Huit années (ou presque) séparent cet article du lancement du blog, qui lui-même annonçait la parution de mon premier livre : « Tout savoir sur la marketing émotionnel – aux éditions Kawa, que certains n’ont pas encore lu… (tu notes qu’il faudrait sans doute mettre plusieurs s à certains tant le pluriel s’apparente dans ce cas à la multitude !..). Bref ! Aujourd’hui, encore plus qu’hier, l’humain continue de croire qu’il faut faire du fric lorsqu’on parle de marketing. Et si la seule solution pour en sortir, était de tout reprendre à zéro ? Après avoir tenté d’expliquer qu’il serait intéressant d’oser le punk marketing, j’ai finalement opté pour la remise à zéro. Une sorte de punk minimaliste plutôt qu’outrancier ! Pourquoi pas ?! D’ailleurs, je n’y suis pas allé tout seul. En réalité, j’ai rejoint le projet mené dans la réflexion par un marketer actif, au sens du service dévoué à l’entreprise qui le rémunère pour diriger des actions, un plan, voire une stratégie, pour de vrai, avec de nombreux et réels clients. Philippe Guiheneuc, …