Tous les articles classés dans : Intuitions

Réflexions et idées

Le bonheur est-il dans l’avion ? #happymarketing

En revenant d’un continent où le sourire est obligatoire, d’un pays culturellement dominé par la salutation accentuée par une posture de respect, les mains jointes et les yeux dans les yeux, je lis l’excellent supplément publié par Le Monde, dénonçant un bonheur mécanique. Lire cette dénonciation des excès d’une communication sur la happycratie que l’on tenterait d’imposer en France, me confirme que je suis bien sur le chemin du retour au pays. Tout ce qui fonctionne, est chez nous, immédiatement suspect, et dans la foulé, devient une manipulation diabolique des tyrans entrepreneurs et autres marchands qui nous exploitent. Incroyable comme notre élite intellectuelle autorisée à prendre une parole médiatique, se permet de cracher dans la soupe ! Pourquoi conclure une tribune au vitriol sur notre recherche du bonheur, y compris au bureau (mais oui c’est possible !) par une déclaration de Serge Gainsbourg datant de 1992 réduisant son impertinence naturelle à son refus de considérer le bonheur ? Est-ce vraiment un propos d’actualité ? Notre intelligence émotionnelle, mise à toutes les sauces dans cette tribune de Nicolas Santalaria, n’est …

La philosophie du marketing #2 #tasdisquoi ?

Le désir est-il la marque de notre imperfection ? Amusant sujet de philosophie de cette année qui insère insidieusement le mot marque entre le désir et l’imperfection ! Notre imperfection faisant ici référence à celle de l’humain, cet animal social qui reste en quête du mieux, du meilleur, dans une course perpétuelle vers une beauté absolue et hors de portée. Le désir crée chez l’Homme, une envie d’autre chose. Le désir donne du sens à nos vies, jouant sur une large gamme d’émotions en nous confrontant à l’autre, au monde extérieur, à l’inconnu. Plonger dans le désir c’est aussi fantasmer, rêver et n’est-ce pas ce que nous espérons tous lorsque nous exprimons cette banalité que le marketing nous vend du rêve ? Récemment, je déclarais lors d’une intervention que ce n’est pas une question de perfection mais seulement d’intention, en invitant mon audience à prendre la parole en direction de sa clientèle, à exprimer ce qu’elle est vraiment et sans aucune retenue. L’intention de plaire, de séduire, d’engager une conversation qui se transformera plus tard …

La stratégie de l’incertitude #SocialSellingForum

Quelle semaine ! Courir d’un atelier à l’autre, d’un débat pimenté à une keynote appaisée, voilà le résumé de ma fin de semaine dernière sous l’égide du survolté Loïc Simon et de son équipe (devrais-je écrire armée ?) de social sellers. Tout ce qui ne te tue pas te rend plus fort. Ok je valide ! A la question de fin de session : « qu’avez-vous appris des autres lors de cet événement ? », je ne sais que vous répondre… Ai-je vraiment appris quelque chose ? #oupas ! Tout me semble incertain !… J’ai appris plusieurs choses que je souhaite partager avec mes lecteurs et qui peuvent s’appliquer à tous les marketers ou pourquoi pas, tous les communicants : 1 – Il faut savoir se taire ! Le stratège connu sous le nom de Simon Sinek, s’est emparé de ce conseil de leader et en a fait le titre d’un livre : « leaders eat last ». Il faut écouter les autres dire ce qu’ils ont à dire et avec une patience infinie, attendre que leur source se …

La philosophie du marketing ? #tasdisquoi ? #episode1

Et si nous parlions un peu de philosophie sur ce blog ? En lisant les sujets du Bac Philo de cette année, via un article posté par Les Inrockuptibles, je me suis laissé prendre au jeu. Et si les soucis du marketing se résumaient à ce constat : les marketers manquent de repères philosophiques ? L’expérience peut-elle être trompeuse ?… Comme souvent il y a bien des manières de répondre à une question aussi large si nous prenons en compte le caractère culturel de toute expérience humaine. Il me semble que nous devrions sans doute débuter cette réflexion par une distinction de départ entre deux voies qui s’ouvrent devant nous. L’expérience en question est-elle la mienne ou est-elle celle que je propose à l’autre ou que vivent les autres ensemble ?  Autrement s’agit-il de considérer que je peux être trompé par une expérience que je vis ou bien que nos ressentis simultanés d’une même expérience s’expriment différemment et peuvent ainsi constituer une sorte de tromperie (fusse-t-elle volontaire ou involontaire) ? Au passage on pourrait d’autre part disserter …

Pourquoi j’aime les canards ? #SocialSellingForum

J’en envie de répondre ici à une question qui m’a été posée en commentaire sur LinkedIn et qui crée un débat amusant avec d’autres intervenants. Pourquoi ai-je promené mes canards en bois dans la salle de cet événement à Lyon ? Faut-il y voir un retour à l’enfance, une évocation de cette joie simple et contagieuse que nous avons tous éprouvée un jour ou l’autre en lançant des morceaux de pain à ses volatiles flottants ? Et d’ailleurs ont-ils aimé ce pain rassis que nous avions soigneusement stocké pendant la semaine précédente en imaginant déjà ce rendez-vous avec eux ? Seraient-ils présents ? Auraient-ils faim ? Et que faire si un autre gamin malin s’était posté à notre endroit préféré, celui que bien entendu nos canards connaissent comme notre repère commun ? Les canards créent une émotion dans la salle lorsqu’ils me suivent en se dandinant ! C’est certain et cela génère davantage de retours (et d’interrogation) que n’importe lequel des mots que j’ai pu prononcé pendant 25 minutes face au public attentif. Est-ce là …

Le marketing est dans le fond du bus ! #FlixBus

Posons le contexte : prendre un bus à l’ère du TGV, des débats sur l’empreinte carbone de nos déplacements et du futur taxi volant est-ce bien raisonnable ? Alors Oui répondrait Oui.bus avec malice puisque la filiale de la SNF profite insidieusement des grèves à répétition que subit la même SNCF, pour remplir ces bus à des prix imbattables. Mais quel intérêt pour le voyageur que ce retour vers le futur ? Dans un reportage au ton mi accusateur mi révélateur de scoop défraîchi, les journalistes de M6 nous ont presque tout dit… sur les pratiques : du recrutement au coûts cachés de Ouibus et plus encore de son concurrent FlixBus. Rien de transcendant en réalité, il faut louer (affréter) des bus et naturellement, les remplir au maximum en jouant sur les tarifs au fil dudit remplissage et trouver in fine une rentabilité toute relative puisque Ouibus annonce des pertes chaque année depuis son lancement… Perso, @FlixBus_FR a déjà gagné le combat contre @OUIBUS ! A chaque fois que je prends un FlixBus (même à …

La Tech est-elle l’avenir de l’Afrique ? #Vivatech

J’aime l’Afrique ! C’est sans conteste le continent qui nous a tout appris en terme de culture et que nous avons encore envie de parcourir pour sa beauté et sa diversité, que nous devrions protéger (et non pas exploiter honteusement comme depuis trop longtemps)… Bref ! La bonne nouvelle, c’est que l’Afrique est aussi un territoire d’innovation et d’une énergie créatrice extraordinaire. ce n’est peut-être pas encore la start-up nation vantée par notre président, mais les projets y sont aussi inspirants et nombreux. Dans mon tour organisé par la BNP Paribas Cardif, j’ai eu le plaisir de découvrir plusieurs projets et j’en ai retenu deux qui m’ont particulièrement touché. D’une part, cette société marocaine MedTrucks, dont le responsable du développement nous explique la mission : « transporter les médecins et les médicaments dans les déserts médicaux en optimisant les parcours via des algorithmes et une bonne exploitation de la data en amont ». J’ai cru que l’idée était aussi de rendre les « camions médicaux » autonomes (et donc de ne plus avoir réellement besoin d’un conducteur, mais ce …

Quand nous ne trouvons pas les mots… @Helpicto #Vivatech

Je découvre ce matin un entrepreneur engagé dans un mission sociale forte. A ma grand surprise l’autisme touche près de 650 000 personnes en France, soit environ 1% de la population. Alors, la technologie dont on fait l’éloge à Paris pendant les 3 jours de #Vivatech, peut-elle changer la vie de gens qui sont d’abord des enfants ? La réponse de Helpicto est très positive et inspirante. On peut lier l’intelligence artificielle et la communication pour ceux qui sont en difficulté dans leur relation aux autres. En effet, la relation c’est d’abord le langage. Mais le langage pourrait-il être remplacer par des images et des symboles syntaxiques compréhensibles pour tous ? Anthony qui travaille chez Equadex, nous explique comment Arthur mais aussi sa propre fille utilise Helpicto (@helpicto) pour rester dans notre monde. Le sujet ici est l’inclusion ! Or en France seuls 20% des autistes sont correctement pris en charge vs 80% aux USA ! Ne devrait-on pas faire mieux ? C’est le challenge qu’Anthony relève en investissant une partie de son énergie dans cette start-up …

For the times they are a changin’ #68

50 ans de révolution et peu de changement ? Déjà inspirés par l’amour, nos amis nord-américains partis tout à l’Ouest, dans la baie magique de San Francisco, voulaient changer le monde au milieu des années 60. Ont-ils perdu la partie contre la pensée économique et moralisatrice poussée par les intérêts capitalistes et portée par les gouvernants ? Que reste-t-il de cet esprit de fraternité et de partage ayant fait bougé les lignes partout dans le monde et soulevé les pavés des rues de Paris ? Ont-ils parlé trop tôt eux aussi ? Et si 50 ans après, on comprenait enfin le message ? Et si toutes les prises de parole invitant les marketers et les marques à revenir aux valeurs humaines n’étaient qu’un écho tardif du cri de Bob Dylan et de ses contemporains ? A moins que cet appel à l’amour n’ait été rejeté par les partisans du conflit, du rapport de force et la dictature de la parte de marché. Il y avait à l’époque plus de gens dans les rues que devant …

Désobéir est un impératif du marketing ! Pourquoi ?

Comme souvent je me réveille avec cet esprit de rébellion qui va faire ma journée ! Oui, il m’est indispensable de trouver quelque chose à contester, quelque sujet de révolte ! Alors, je revis cet échange avec un jeune étudiant hier, pour un constat de désolation : le marketing ne fait pas tellement rêver nos futurs héros. Pourquoi ? Certainement parce qu’ils ont l’impression de lire un peu partout que le marketing va disparaitre ou, au mieux, devenir le territoire des robots. Peut-être aussi parce que nous, les soit-disants leaders d’opinion d’un secteur créatif, ne sommes pas capables de les inspirer au changement. Le changement, l’évolution qui est pourtant le propre de l’homme, n’est pas au goût des éditeurs de solution. Au contraire, chaque nouvel acteur qui arrive sur le marché propose une industrialisation d’un outil, d’une technique, voire d’une pseudo méthode. C’est la volonté dictée par la finance de mettre à l’échelle (de devenir scalable diraient nos amis nord-américains) qui induit cette vision systémique. L’emprise de l’algorithme sur nos métiers est un désastre. Reproduire …