Tous les articles classés dans : les livres qui m’inspirent

Experience client : pourquoi l’espace ancre le temps dans la mémoire ?

« L’espace ancre le temps dans la mémoire. » Page 199 de Que sommes-nous, un essai sur la condition humaine signé par l’immense Siri Hustvedt. Au-delà de la compréhension de ce que l’imaginaire et la mémoire sont différents bien que très étroitement liés, au-delà du fait établi par la science que l’expérience imaginaire demeure une expérience, il y a la temps et l’espace. Or si le temps est une dimension que l’humain a beaucoup de mal à appréhender tant elle est variable, extensible, diluée, déformée, insaisissable, et culturelle, l’espace est sans aucun doute plus concret. Où sommes-nous est une question nettement plus facile que que ferons-nous demain ou même dans 5 minutes. Les pieds dans la terre, la tête dans les nuages. Le sol. La gravité. Nous sommes là où trainent nos pieds, où nous ramènent sans cesse nos pas. Quand ? Quand sommes-nous allés dans ce restaurant la dernière fois ? Quand nous sommes-nous rencontrés ? Ces dates, ces repères dans nos calendriers affectifs sont marquées par l’espace, au sens du lieu. Nous nous souvenons parce …

La rencontre 10 ans après ça donne quoi Martin ?

Comment ça Martin ? Oui Buber. Le philosophe de la rencontre avant Charles Pépin, qui d’ailleurs le cite en majeur dans l’introduction de son livre sur ce sujet crucial. Et là, comme un flash, me revient les longues analyses de la rencontre que je proposais à mes étudiants à partir d’une web série rarement égalée (et d’ailleurs primée aux Amy Awards). The Beauty Inside. Un exercice magnifique autour de notre volonté de rencontrer l’inconnu(e) face à la complexité de nos préjugés, de nos perceptions erronées de la personnalité, de l’oubli définitif de la bonne première impression. Alors j’y reviens maintenant, et c’est trop tard. En effet, j’aurais dû échanger sur Buber avec François, au cours d’un podcast sur ce thème qui sera disponible très prochainement (me dit-il). J’aurais dû évoquer à quel point nous souffrons de nos propres interdits, de nos biais cognitifs, de nos exigences extravagantes, de nos passés décevants ou évaporés, au moment de rencontrer l’autre. Sans filtre. Sans attente non plus. Rencontrer c’est aller bien plus loin qu’un échange poli de banalités …

Delphine et les grands mots, sans nuance

Comment te le dire d’un coeur brulant, chère Delphine ? Je n’envisage plus la fin d’une année sans lire tes mots. Certes, je pourrais modérer mon propos ici, afin d’éviter à mes lecteurs.trices d’imaginer un début d’histoire entre nous. Mais je tiens, une nouvelle fois, à souligner à leur attention, la qualité du travail que tu accomplis avec « Un bien grand mot« , recueil des mots d’une année comme nous n’en vivrons plus. Ainsi tu nous fait voyager entre la décroissance, la culture woke (au passage merci de citer Barak Obama pour son analyse plus que pertinente de ce phénomène social), passant de la crise d’identité à la solastalgie comme on vogue du nucléaire à la décroissance. Vraiment, le parcours d’un mot à l’autre, d’un mois à l’émoi d’une année enfouie par la vacuité de nos conversations quotidiennes, me laisse ébloui. Quel talent inouï pour contracter ce temps de bavardage en quelques pages essentielles ! Merci ! J’aurais pu te l’écrire de façon plus nuancée. Sans doute. Aurait-ce été plus doux, plus élégant ? Alors se …

Marketing ZERO : un manifeste pour tout reprendre à zéro ! #teaser

Huit années (ou presque) séparent cet article du lancement du blog, qui lui-même annonçait la parution de mon premier livre : « Tout savoir sur la marketing émotionnel – aux éditions Kawa, que certains n’ont pas encore lu… (tu notes qu’il faudrait sans doute mettre plusieurs s à certains tant le pluriel s’apparente dans ce cas à la multitude !..). Bref ! Aujourd’hui, encore plus qu’hier, l’humain continue de croire qu’il faut faire du fric lorsqu’on parle de marketing. Et si la seule solution pour en sortir, était de tout reprendre à zéro ? Après avoir tenté d’expliquer qu’il serait intéressant d’oser le punk marketing, j’ai finalement opté pour la remise à zéro. Une sorte de punk minimaliste plutôt qu’outrancier ! Pourquoi pas ?! D’ailleurs, je n’y suis pas allé tout seul. En réalité, j’ai rejoint le projet mené dans la réflexion par un marketer actif, au sens du service dévoué à l’entreprise qui le rémunère pour diriger des actions, un plan, voire une stratégie, pour de vrai, avec de nombreux et réels clients. Philippe Guiheneuc, …

Emotions dans l’expérience client chez #Free

Ah, la belle histoire ! Quand tu portes le prénom d’Angélique, tu es probablement orientée vers la bienveillance et la volonté de servir les autres. Alors, 20 ans de défis et de challenges passés chez l’opérateur de téléphonie qui a bouleversé le marché français, ont certainement constitué une somme de très belles expériences et cela méritait bien un livre ! Merci Angélique Gérard (@angelique75008) de nous faire vivre cette folle aventure de l’intérieur dans un ouvrage à la fois introspectif et inspirant pour tous ceux qui travaillent sur le sujet de la relation ou de l’expérience client. Humilité, conviction et bienveillance, sont les trois mots qui résument sans doute le mieux, le portrait de la manager de près de 7000 personnes impliquées chez Free, et que l’on aimerait rencontrer plus souvent. Ce sont ces choix, ces valeurs, ces étendards qui vous donneront envie de la suivre au fil des pages, pour mieux comprendre comment on en arrive à installer Othello au bureau ! Inutile d’insister, je ne vais pas te révéler l’identité réelle de ce …

Evasion : un bien grand mot pour sortir de 2020 ! #courage

Après le surprenant succès du mot #cufinement (cf l’article précédent), revenons à ce qui aura marqué une année pas comme les autres, grâce au travail formidable de Delphine (dont on a déjà parlé ici) rassemblé dans un ouvrage essentiel : Un Bien Grand Mot (#UBGM). Et tout d’abord, affirmons ensemble qu’il nous faut « redonner le goût de ces nuances qui permettent de traduire la subtilité de la pensée, et surtout ne pas gommer la complexité de la langue française ». Car « les mots ne feront chair qu’au moment où ils seront réciproques, c’est-à-dire lorsqu’ils seront entendus de tous. Sans compréhension mutuelle, il subsistera toujours une fracture, celle qui met à mal l’unité et la construction d’un avenir commun« . Et quel plus joli mot pour ouvrir cette réflexion sur notre langue que cette évasion dont nous rêvons tous ! Certes, il est loin ce moment où nous fûmes subjugué par les images de Carlos Gohsn jouant les filles de l’air, se faisant la malle, prenant la fuite provoquant le désarroi risible chez ses ennemis japonais. Mais avouons-nous …

Et si la méditation nous permettait de fluidifier nos histoires ? #Yoga

Tu te doutes en lisant ce titre que je ne vais pas te parler de marketing. Et pourtant, qui sait, je pourrais bien prendre ce chemin de traverse pour y parvenir malgré toi. Alors, avant d’en tirer la moindre leçon susceptible d’infléchir notre stratégie, avant même d’entendre notre président nous inviter (le mot est-il juste ?) à de nouvelles privations, je voudrais te motiver à méditer quelques minutes, assis là où tu le veux, sans autre mouvement que celui de ta respiration. Suis-je devenu un maitre yoga ? Non bien sûr ! J’aime la lecture et surtout celle qui place le lecteur dans le confort de tout oublier de l’effervescence du monde qui l’entoure. Sortir ma.mon lecterice.teur de son tsunami quotidien d’alertes et de notifications est un enchantement personnel. Contrairement à Emmanuel, je n’écris pas pour être soudainement reconnu par le plus grand nombre, adulé ou simplement liké à chacun de mes écrits. D’une part, ce serait réellement de la folie, au-delà même de la prétention d’être un écrivain que je ne suis pas, mais …

Expérience clients : quand Céline rencontre mamie Zazou ! #CX

Céline Forest est une personnalité de l’Expérience Clients ! Elle a écrit un livre pour nous inspirer à être meilleur dans ce domaine et c’est une bonne nouvelle. Enjoy ! Mais Céline a aussi fait paraitre ce livre chez Editions Kawa avec une préface de l’ami David Abiker. Et là, je dois te dire cher.e lectrice.teur, que je trouve ça un peu limite ! Pas toi ? Non je plaisante.. Tout de même, ça me rappelle mon livre sur la fidélité préfacé par le même David et publié par la même maison ! Ah ! Alors quand le tendre et joliment plumé David, nous raconte comment il était accueilli par Mame Zazou, cela me renvoie à son cher (hélas disparu depuis) et fidèle chien, toujours présent à ses cotés. Et figurez-vous que Mamie Zazou était déjà un personnage de la Fidélité, du chaos à la zone de confort ! Surprise ? Révélation ? Oui Céline, si David est resté fidèle aux boulettes de Mamie, ce n’est pas seulement pour leurs qualités gustatives, ni en hommage …

4 leçons sur le lien entre la culture et nos émotions #Damasio

Toi aussi, hélas, tu lis des tas d’âneries sur l’émotionnel, qu’il agisse de notre intelligence ou plus prosaïquement de marketing, voir de communication. J’en suis navré pour toi, cher.e lectrice.teur mais tu te doutes que ma bienveillance naturelle m’interdit de balancer ici, ceux qui propagent ce genre de virus sans aucunement être inquiété ni’ mis en quarantaine. Jusque là rien de neuf malheureusement. C’est un peu comme si ceux qui se font payer pour faire des tweets se mettaient à protester de l’influence grandissante des instagrameuses non ? #ahahah Le vrai sujet est ailleurs : quel est le rôle de nos émotions dans l’émergence de la culture ? Les humains sont les êtres vivants sur cette planète les plus évolués pour une raison particulière : la capacité à ressentir des émotions, mais aussi à en tirer parti pour progresser au sens de l’espèce. Lire Antonio Damasio a permis à la plupart des marketers « modernes » de comprendre pourquoi Descartes s’est trompé et pour les plus audacieux pourquoi Spinoza avait raison (un titre particulièrement bien choisi par …

Les 5 trucs gagnants du small business

C’est curieux mais je sens que le débat sur la taille n’est pas clos. Non pas en terme de choix, mais en terme de performance, il y a beaucoup à dire. Et j’ai découvert grâce à mon robot Flint un article du formidable auteur de Marketing Rebellion, Mark Schaefer, que les entreprises de petite taille, ont des avantages certains, dans le monde féroce de demain. Je vous laisse découvrir l’article dans sa version originale, et je vous propose mon analyse des 5 points clés évoqués par Mark : 1 – Le marketing est réalisé par le client J’y vois l’éloge du bouche à oreille et de la création de contenus à l’initiative du client, ou de l’ambassadeur de votre marque ou entreprise. Et je crois en effet, que rien ne vaudra jamais un contenu produit par un tiers et faisant la démonstration de vos talents, forces et valeurs ajoutées. L’interview, le portrait du dirigeant, en media (presse, radio, tv et bien entendu web) n’a pas d’équivalent en impact. A condition que la prise de parole …