Tous les articles classés dans : Intuitions

Réflexions et idées

Le marketing est dans le fond du bus ! #FlixBus

Posons le contexte : prendre un bus à l’ère du TGV, des débats sur l’empreinte carbone de nos déplacements et du futur taxi volant est-ce bien raisonnable ? Alors Oui répondrait Oui.bus avec malice puisque la filiale de la SNF profite insidieusement des grèves à répétition que subit la même SNCF, pour remplir ces bus à des prix imbattables. Mais quel intérêt pour le voyageur que ce retour vers le futur ? Dans un reportage au ton mi accusateur mi révélateur de scoop défraîchi, les journalistes de M6 nous ont presque tout dit… sur les pratiques : du recrutement au coûts cachés de Ouibus et plus encore de son concurrent FlixBus. Rien de transcendant en réalité, il faut louer (affréter) des bus et naturellement, les remplir au maximum en jouant sur les tarifs au fil dudit remplissage et trouver in fine une rentabilité toute relative puisque Ouibus annonce des pertes chaque année depuis son lancement… Perso, @FlixBus_FR a déjà gagné le combat contre @OUIBUS ! A chaque fois que je prends un FlixBus (même à …

La Tech est-elle l’avenir de l’Afrique ? #Vivatech

J’aime l’Afrique ! C’est sans conteste le continent qui nous a tout appris en terme de culture et que nous avons encore envie de parcourir pour sa beauté et sa diversité, que nous devrions protéger (et non pas exploiter honteusement comme depuis trop longtemps)… Bref ! La bonne nouvelle, c’est que l’Afrique est aussi un territoire d’innovation et d’une énergie créatrice extraordinaire. ce n’est peut-être pas encore la start-up nation vantée par notre président, mais les projets y sont aussi inspirants et nombreux. Dans mon tour organisé par la BNP Paribas Cardif, j’ai eu le plaisir de découvrir plusieurs projets et j’en ai retenu deux qui m’ont particulièrement touché. D’une part, cette société marocaine MedTrucks, dont le responsable du développement nous explique la mission : « transporter les médecins et les médicaments dans les déserts médicaux en optimisant les parcours via des algorithmes et une bonne exploitation de la data en amont ». J’ai cru que l’idée était aussi de rendre les « camions médicaux » autonomes (et donc de ne plus avoir réellement besoin d’un conducteur, mais ce …

Quand nous ne trouvons pas les mots… @Helpicto #Vivatech

Je découvre ce matin un entrepreneur engagé dans un mission sociale forte. A ma grand surprise l’autisme touche près de 650 000 personnes en France, soit environ 1% de la population. Alors, la technologie dont on fait l’éloge à Paris pendant les 3 jours de #Vivatech, peut-elle changer la vie de gens qui sont d’abord des enfants ? La réponse de Helpicto est très positive et inspirante. On peut lier l’intelligence artificielle et la communication pour ceux qui sont en difficulté dans leur relation aux autres. En effet, la relation c’est d’abord le langage. Mais le langage pourrait-il être remplacer par des images et des symboles syntaxiques compréhensibles pour tous ? Anthony qui travaille chez Equadex, nous explique comment Arthur mais aussi sa propre fille utilise Helpicto (@helpicto) pour rester dans notre monde. Le sujet ici est l’inclusion ! Or en France seuls 20% des autistes sont correctement pris en charge vs 80% aux USA ! Ne devrait-on pas faire mieux ? C’est le challenge qu’Anthony relève en investissant une partie de son énergie dans cette start-up …

For the times they are a changin’ #68

50 ans de révolution et peu de changement ? Déjà inspirés par l’amour, nos amis nord-américains partis tout à l’Ouest, dans la baie magique de San Francisco, voulaient changer le monde au milieu des années 60. Ont-ils perdu la partie contre la pensée économique et moralisatrice poussée par les intérêts capitalistes et portée par les gouvernants ? Que reste-t-il de cet esprit de fraternité et de partage ayant fait bougé les lignes partout dans le monde et soulevé les pavés des rues de Paris ? Ont-ils parlé trop tôt eux aussi ? Et si 50 ans après, on comprenait enfin le message ? Et si toutes les prises de parole invitant les marketers et les marques à revenir aux valeurs humaines n’étaient qu’un écho tardif du cri de Bob Dylan et de ses contemporains ? A moins que cet appel à l’amour n’ait été rejeté par les partisans du conflit, du rapport de force et la dictature de la parte de marché. Il y avait à l’époque plus de gens dans les rues que devant …

Désobéir est un impératif du marketing ! Pourquoi ?

Comme souvent je me réveille avec cet esprit de rébellion qui va faire ma journée ! Oui, il m’est indispensable de trouver quelque chose à contester, quelque sujet de révolte ! Alors, je revis cet échange avec un jeune étudiant hier, pour un constat de désolation : le marketing ne fait pas tellement rêver nos futurs héros. Pourquoi ? Certainement parce qu’ils ont l’impression de lire un peu partout que le marketing va disparaitre ou, au mieux, devenir le territoire des robots. Peut-être aussi parce que nous, les soit-disants leaders d’opinion d’un secteur créatif, ne sommes pas capables de les inspirer au changement. Le changement, l’évolution qui est pourtant le propre de l’homme, n’est pas au goût des éditeurs de solution. Au contraire, chaque nouvel acteur qui arrive sur le marché propose une industrialisation d’un outil, d’une technique, voire d’une pseudo méthode. C’est la volonté dictée par la finance de mettre à l’échelle (de devenir scalable diraient nos amis nord-américains) qui induit cette vision systémique. L’emprise de l’algorithme sur nos métiers est un désastre. Reproduire …

Le marketing émotionnel doit-il être mis en veille ?

Lorsque je décide de m’y coller, je sais à l’avance que je vais découvrir des publications dont la pertinence est très relative et qui vont provoquer en moi quelques émotions négatives. Mais puisqu’il faut vivre sous l’imposante cascade des alertes (qu’elles viennent de Google ou d’ailleurs), je me résigne à l’exercice. Et si je mettais les mots clés de mon activité champ d’écriture, d’intervention en public, du périmètre de mes conseils stratégiques ou marketing, bref de mon métier, sous surveillance ? L’idée est-elle saugrenue ? Non, mais les résultats peuvent l’être. A vouloir scruter l’horizon (en regardant ce qui est déjà référencé par Google, n’est-on pas en réalité orienté vers le passé ?), vais-je prendre une averse de mauvaises surprises ? Je n’ai pas particulièrement à craindre que d’autres écrivent ou parlent de marketing émotionnel. J’aimerais au contraire que nous soyons plus nombreux à en vanter les mérites et la philosophie toute entière tournée vers et pour l’humain. Et puis, quels moyens seraient les miens, si toutefois je venais à surprendre ici ou là des …

Les risques du Je ? #cavabiensepasser

Stéphane m’interpelle dans un commentaire sur Linkedin et souhaite m’expliquer mon comportement de star !? Oh my god ! Non je ne suis pas une star ! Tu le sais, toi qui me lis épisodiquement ici ou là. Ce n’est ni mon objectif ni même le début d’une improbable réalité. Mes prises de parole ont un seul but : tenter de rendre les autres meilleurs, principalement dans leur vision ou leur stratégie marketing pour le plus grand bénéfice de leurs clients. C’est donc pour toi, cher lecteur.trice, que je sors de ma réserve initiale et grâce à toi, que j’y prends plaisir. Et il en va de même avec mes clients ou tous ceux que je rencontre lors d’interventions ou lors d’événements sur lesquels je suis tour à tour speaker ou simple participant. Je donne ce que j’ai. Et c’est tout ! Ce que j’explique dans une « clinique » sur le « personal branding » se résume clairement à cette posture qui peut pourtant donner l’impression qu’il y a un enjeu business dissimulé. Il n’en est rien. Le …

Like what you hate ! #BeYou #oupas

Je prends souvent la parole pour ne pas dire la même chose, et selon l’humeur de celui qui m’écoute, il me trouve impertinent, empêcheur de tourner en rond ou chiant ! La bonne nouvelle, c’est que cela me réjouit dans tous les cas ! Et je ne suis plus le seul ! 😉 Enfin un site (certes il s’agit d’une démo – version alpha, je pense…) qui me propose de liker ce que je déteste (a priori) ! Pourquoi ? Parce qu’à force de like sur des publications, des pages, ou des personnes vues et appréciées par la majorité, par la masse et justement parce que l’algorithme me les a proposées pour cette popularité du moment, je ne vais plus chercher autre chose ! Je ne verrai bientôt plus que les photos et les smileys de mes camarades, de ma communauté et mon champ d’investigation, mon envie (dois-je vous avouer que c’est passionnel) de critiquer, vont se rétrécir à la vitesse d’un calculateur dopé. Aller vers l’autre suppose de dépasser ses propres préjugés Or la …

Le marketing a-t-il encore un avenir ?

Quand je lis certains articles ou certains commentaires, j’ai un peu trop souvent l’impression que ceux qui jouent les Cassandre sont de loin les plus lus. Ce manque d’optimisme pour une discipline essentielle au business et aux marques, est-il lié au vieillissement de notre population ou au culte du ROI ? Non sérieusement !?… L’avenir est incertain. Il n’existe pas encore et nous tentons de l’imaginer, de nous en approcher pour être enfin dans le présent avant de le voir disparaître à l’instant dans le rétroviseur de ce qui n’est déjà plus. Une intervention de Kristine de Google, nous interpelle sur le pouvoir des micro moments ; ces étincelles émotionnelles qui allument chez nous l’envie, le désir de quelque chose, d’une expérience à découvrir ou à vivre. Elle redit que nos décisions sont quasi instantanées puisque dirigées par nos émotions. Or la question est de savoir si elles sont aussi dictées par nos souvenirs ? #oupas… « Chacun d’entre nous jouit d’un pouvoir fabuleux : se souvenir de ce qui n’est plus. Nous pouvons nous rappeler …

Le temps d’être un social seller ! #oupas

Aviez-vous le temps ? Aurez-vous le temps ? Et puis ce temps qui nous sépare déjà de ces beaux moments de partage, lors d’un Social Selling Forum à Aix en Provence, et qui nous invite à aimer ou commenter des témoignages du passé… Forcément, ce temps que nous prenons à nous remémorer le temps passé ensemble est un temps social. Non ? Et surtout cette notion humaine mais impalpable qu’est le temps dépend-elle dans son appréciation de notre état émotionnel ? Sommes-nous tournés vers le temps passé ou davantage enclin à imaginer le temps avenir ? Ce temps devant nous, ne nous incite-t-il pas à l’action, au mouvement ? Ou alors cette perception n’est-elle pas le fruit des signaux électriques qui nous parcourent, qui nous transportent d’une émotion à l’autre vers une décision, vers un être ou un faire dans le présent ? Sandrine s’interroge, et nous interroge tous sur Linkedin, en qualifiant de « toxique » cet état émotionnel qui nous pousserait à l’action. Je lui réponds ici que nos actions s’inscrivent dans le temps. Particulièrement …