Tous les articles taggés : beyond philosophy

Si toi aussi tu fais le mouton du marketing… #BeYou

Depuis longtemps, je me balade dans ce métier en pensant à l’envers. Tout petit déjà, mon esprit de contradiction m’a permis de trouver des solutions que les autres n’envisagent pas. Ayant lu, il y a longtemps « Whatever you Think, Think the Opposite » de l’indispensable Paul Arden, je continue de croire que faire du marketing n’est possible que pour ceux qui ne souhaitent ni ne veulent faire comme les autres, ni comme avant. Mais ce n’est pas si facile, me répondras-tu cher.e lectrice.teur et je suis d’accord avec toi ! Dans un excellent article paru en octobre, le très inspirant Colin Shaw, CEO de Beyond Philosophy, une agence de marketing résolument différente, expose les avantages de la preuve sociale. Amazon et tant d’autres ont capitalisé sur ce comportement moutonnier que nous adoptons avec aisance et qui m’a souvent laissé penser que la médiocrité est le refuge de ceux qui ne veulent pas être rejeté ou repéré par la majorité bien-pensante. Comment fonctionne ce réflexe social de conformité ? Comment pouvons résister à la faiblesse comportementale qui …

La fidélité est-elle seulement émotionnelle ?

Dans une étude passionnante, Cap Gemini, nous donne (enfin) des chiffres montrant l’évidence « perçue » que notre fidélité est essentiellement liée à nos émotions (à notre ressenti lors d’une expérience). Mais est-ce acceptable pour les tenants des comportements rationnels ou des incitations matérielles comme base d’une répétition d’achat ou d’une fréquence de visite accrue en magasin ? « Many organizations do not consider that loyalty is an emotional attachment. The reason customers return is not just a rational perspective but an emotional perspective. » Colin Shaw, CEO de Beyond Philosophy. Pourtant le rapport publié est clair sur au moins un point : la corrélation la plus forte est établie entre notre ressenti émotionnel et notre fidélité à la marque. C’est aussi ce que tendent à montrer les neurosciences, lorsque l’on met en lumière certaine zones activées dans notre cerveau par une intense émotion et lorsqu’on identifie certaines hormones comme les marqueurs physiologiques d’une expérience réussie.   Alors pourquoi cette gène à admettre, chez nous, en France, que notre fidélité est affective ? Peut-être parce que nous manquions d’indicateurs …