Tous les articles taggés : future of business

Pourquoi allez-vous échouer dans le futur ? #OnenParle

Refaire la même chose en mieux, est une option facile en théorie. L’objectif sous-tendu par le mieux est celui du plus profitable, plus rentable encore. Faire mieux qu’hier pour gagner plus ! Normal non ? Mais cette vision là est basée sur une théorie du temps dictée par la renaissance et les développements économiques successifs de nos nations. Une théorie dans laquelle le temps est vu comme linéaire, impliquant que demain est nécessairement mieux qu’hier, une théorie sans mémoire et qui fait la part belle à la technologie, salvatrice en toute circonstance. Il suffit d’un peut de temps et de technologie et nous trouverons une solution à tout ! N’est-ce pas cet espoir qui nous porte vers un futur pourtant très incertain ? Mais pourquoi est-ce que ce temps linéaire a un tel impact sur nos business ? C’est là que je découvre le bentoisme inventé par Yancey Strickler ! Wahou ! Je dois t’avouer cher Yancey que je ne suis pas du tout un bento lover. Mais alors pas du tout ! Manger dans …

Vivement demain ! (why I love tomorrow even more now than yesterday…)

Vivement demain ! (est-ce qu’on pourrait écrire vivement Dimanche ? est-ce daté ? ou inspiré ?…) Une semaine à parler de l’humain dans le marketing, du futur, de l’urgence de regarder devant soi et de ne plus vouloir faire comme avant, comme on a toujours fait. Le futur fait peur, demain a été effrayant depuis mercredi et la mise à mort des symboles de l’impertinence absolue. Et nous entendons aujourd’hui qu’après le rassemblement massif des français (mais pas qu’eux) autour des valeurs humanistes, libertaires et républicaines, rien ne sera plus jamais comme avant… Il y aura eu un avant Charlie, c’est évident… Mais que ferons-nous après ? Et serions-nous pertinents ? A l’heure où l’on évoque des failles, des erreurs pour répondre à l’angoissante question du pourquoi n’a-t-on pas pu prévoir ce drame, j’ai entendu une explication pertinente : « nous avions les informations, beaucoup d’informations, toute la data, mais nous avons certainement fait une erreur d’analyse ». La data n’est pas l’intelligence ! Si seulement les marketers pouvaient prendre exemple sur le peuple et son bon sens : rien …