l'humain dans le marketing
Laisser un commentaire

Retour sur le #G20Summit : rencontre avec des start-upeurs en costume !

G20Summit

C’était le 29 juin et le pavillon d’Armenonville nous accueillait avec ses couleurs estivales pour une journée complète consacrée à la disruption, aux nouveaux acteurs d’un monde économique secoué par les machines. Le Hashtag du jour #sommetsdecideurs faisant quant à lui référence à Décideurs Magazine (@MagDecideurs), publication de notre hôte, le groupe Leaders League (@Leaders_league). 600 participants, un vrai succès pour ce meeting point, placé juste avant le rassemblement géant du Viva Technology d’Orange et de Publicis sur lequel se sont massés près de 5000 start-ups. Trop à mon goût !

Bref pourquoi, comment et qui allais-je rencontrer au fil de la journée ?

start-up corner

Pour commencer il suffisait de se rendre devant l’écran géant installé par BliWe (@bliwe4youet de demander à Naïma une démonstration ! Facile puisque tu peux jouer avec l’écran tactile, ouvrir et déplacer les cartes de visite de chaque start-up présentée ! Cool !

Ensuite, il serait de bon ton d’assister à quelques débats passionnants autour de l’innovation et d’y surprendre une ou deux phrases à tweeter. Hum !.. Quand j’entends Ilan Benhaim, le co-founder de Vente Privée (@venteprivee_frdire que les seuls clients qui contactent le service client de ce géant de E-Commerce, sont ceux qui ne sont pas contents, j’ai un peu de mal à le croire. Alors je vérifie sur mon smartphone (au lieu d’écouter… ou en même temps non ?) et je découvre en trois clics que sur Twitter, la charmante Cécile de Rostand  (répond aussi à des clients qui félicitent la marque pour la qualité de son service et sa fidélité ! Ah !

Ilan Benhaim ventes-privées

Une occasion de nouer une conversation rapide et impertinente avec ce dirigeant surbooké. D’autres rencontres encore, se produiront autour de la table. Plus tard, j’irai écouter Eric Charpentier (@EricCharpentier), le co-fondateur de Morning (@morning_com – ex Payname) qui expose en toute décontraction le projet de recruter 150 personnes pour son campus (et non son siège) implanté dans la campagne toulousaine, et où le babyfoot et le terrain de beach volley sont au moins aussi importants que la fibre optique. Oui on peut être le prochain acteur du monde bancaire, et porter un tee-shirt ! Bravo Eric !

eric charpentier morning

Et puis un sommet consacré à l’innovation peut-il vraiment se tenir sans l’intervention de Gilles Babinet (@babgi? Toujours entrepreneur, Gilles succède sur la scène à Denis Jacquet (@DenisJacquet), fondateur de l’observatoire de l’ubérisation et président de parrainer la croissance, qui hésite entre optimisme et vision noire de la suppression massive des emplois dues à l’invasion des machines. Gilles est à la fois plus prudent et plus volontaire : il est temps de tout changer y compris nos hommes politiques qui ne comprennent pas grand chose, et qui ne parleront pas de la transformation digitale dans les prochaines échéances. Que faire ? Sire, c’est une révolution !

gilles babinet.jpg

Heureusement les jeunes sont là ! Ils vont nous sauver en imaginant les emplois de demain, en créant de belles start-ups qui vont nous disrupter comme jamais. Oui j’aime bien croire en l’humain. Alors quand je rencontre deux jeunes aventuriers tout juste sortis de leur école, porteurs d’une entreprise plateforme de mises à disposition de ressources, je me demande pourquoi ce costume bleu marine tout frais. Mieux, je leur demande pourquoi ? Pourquoi s’habiller comme un investisseur, comme tous ces gens si sérieux qui peuplent la salle, lorsqu’on prétend être résolument autre ? D’où leur vient cette idée saugrenue que pour séduire leurs futurs partenaires financiers (qu’ils croient indispensables au succès de leur innovation), il faudrait porter un costume bleu ?

Faire la différence, ce n’est certainement pas faire comme tout le monde, ni même ce que les autres attendent de vous ! Etre dans la disruption exige aussi d’être différent à l’intérieur, par simple authenticité. Hélas, trop de personnes sont convaincues d’être des innovateurs, alors que leurs inventions n’intéressent que très peu de gens, voire aucun. Sans un sens social fort, innover ne nous fera pas progresser, comme nous le confiait Denis Jacquet. Sans une valeur créée pour les autres, et non pour les intérêts financiers de quelques uns, l’économie risque de s’écrouler et de mettre tout ce joli monde sur la paille.

les startupeurs.jpg

Mais restons optimistes et célébrons la disruption positive ! Les femmes osent ne pas mettre un costume bleu ! Merci à elles !

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s