l'humain dans le marketing, vive les marques !
Laisser un commentaire

Le patron et la brique de lait : la fin du prix

le-cul-des-vaches

Quand je pense que j’explique depuis longtemps que le prix n’existe pas ! Oui le client n’achète pas un prix. Jamais ! Il achète soit une expérience (d’où la ruée vers l’expérience client) soit une histoire en laquelle il croit (d’où une autre ruée vers le storytelling), soit enfin, un engagement, une mission sociale (et là il n’y a pas grand monde pour suivre…).

Alors quand on interroge les français au sujet du prix du litre de lait, ce produit devenu symbole de la disparition de nos agriculteurs et de l’indécence doublée d’incompétence des commissions européennes ou gouvernementales, ils répondent joyeusement : on veut payer 99 centimes dès lors que l’éleveur de nos vaches en retire 39 centimes pour lui. Et en bonus, on voudrait ajouter 2 centimes pour lui payer des vacances ! Incroyable non ? 12 centimes de plus que l’accord obtenu après des luttes d’un autre siècle avec le numéro un mondial Lactalis ! Oui cela fait près de 40% d’augmentation sur le revenu !

unknown

Alors pourquoi ça marche ? Simplement parce qu’on explique la mission de cette brique de lait inventée par « C’est qui le patron »(@C_qui_le_Patron), la marque du consommateur. On est transparent à la fois sur les conditions de production mais aussi sur les rémunérations des uns et des autres. Il n’y a aucune espèce de philanthropie derrière cette invention, pas plus qu’un appel au secours sou à la fameuse charité chrétienne ! Non rien de tout cela ! Juste la volonté d’être juste et de payer le fair price (prix équitable).

Oui le pouvoir est au consommateur ! Oui il suffirait de lui demander gentiment et de montrer quels efforts on réalise pour lui, pour qu’il accepte de payer plus cher. Il n’y a que les « gens de la distribution » pour continuer à croire que le prix bas est la solution ou que celui qui sera le moins cher gagnera. Le pays tout entier est contre ce système qui a conduit à la ruine son industrie, et désormais ses agriculteurs. La création de valeur ne peut venir de la baisse des prix, ni de la réduction des coûts de production. Au contraire, elle survient lorsque le client comprend pourquoi il doit payer et quel bénéfice il en retire.

Merci à Alexandre Jardin d’envoyer des briques à la face des politiques ! Et merci à tous ceux qui souhaitent remettre de l’humain dans le marketing.

Cette entrée a été publiée dans : l'humain dans le marketing, vive les marques !

par

Consultant / Speaker / Formateur / Auteur du Marketing Emotionnel Fondateur du Club du Marketing Emotionnel - Intervenant pour l'ESSAC, le MSc MBA Inseec Paris et Sup Career en relation client, inbound marketing et stratégies de fidélisation. Auteur du livre Le Marketing Emotionnel aux Editions Kawa Fondateur de LePartenariat Rédacteur du blog du partenariat et du blog marketingemotionnel.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s