Jour: 26 janvier 2021

Faut-il être bon pour faire le bien ? #marketing4good #Oé

Du bio, du beau, du bien, du bon vin ! Oui ça m’envoie une image noir et blanc d’un métro parisien filant dans des sous-terrains sombres et qui m’a fait découvrir la force d’un message répétitif et aisément mémorisé… Mais nous sommes désormais dans l’ère de la digitalisation des entreprises et parallèlement de leur responsabilité sociale. A l’instant, on parle ailleurs du nudge comme d’une science de l’influence non manipulatoire (est-ce possible ?), et je me demande si le pouvoir percutant d’un bon c’est bien n’est pas en soi, une incantation à la positive attitude ? Oé Oé, me répondra-t-on ! En lisant l’interview du co-fondateur de Oé, une DNVB (non je ne vais pas t’expliquer cet acronyme so trendy dans le marketing et les fonds d’investissements), j’apprends qu’il ne fait pas de marketing et que le bouche à oreille suffit lorsqu’on est labellisé BCorp. Ah ? Bon d’accord, Oé à investi sur une marque, souligne ses engagements pour nous fournir du vin qui ne nuise pas à la planète, ni à notre santé, et …