Intuitions
Laisser un commentaire

Faut-il en finir avec les calendriers ? #oupas

Hier. Aujourd’hui. Bof ! Demain ? Pourquoi pas…

J’en suis là. Une réflexion sur les dates à venir, les fêtes à célébrer, les minutes à oublier et les agendas qu’on ne m’offre plus. Ouf !

Alors j’imagine la photo qui illustrera le prochain calendrier que les éboueurs, la Poste ou les pompiers tenteront de me vendre. En passant par là. Faut-il vraiment que nous ayons le choix de l’image, pour un texte convenu et manquant cruellement d’inspiration ?

A près tout, si l’on me propose un calendrier de mes prochains rendez-vous surprenants, de ceux qui vont très certainement modifier ma trajectoire, j’en serai preneur. Mais si c’est pour me rappeler la chandeleur ou la fête du travail, en complément de la journée internationale des calendriers de l’Avent, je t’avoue, Karine, que cela ne me motive guère. Et toi ?

En marketing aussi, nous avions des calendriers. D’ailleurs, en ce moment, c’est le temps d’envoyer des chocolats, avant que ne vienne, telle une valse de Vienne, la période des cartes de vœux. Le moment de dire merci à nos clients. Au moins une fois par an. Un rythme lancinant, qui nous entraine dans le tourbillon des mots glissés à la va vite dans une enveloppe (tu visualise encore ce qu’est une enveloppe ?), au cas où le mail clignotant et sa vidéo joyeuse ne te soient devenus insupportables.

Ecrire un mot pour se tenir à jour dans le calendrier de publication. Tu crois ?

Si l’image du pompier qui sauve femme et enfant des flammes, nous ferait pleurer comme les vaches qui pissent dans un champs bio, un texte le remerciant de ses efforts, louant sa détermination au service des autres, serait de meilleur goût.

Mais écrire quelque chose pour Noël, qui ne serait pas joyeuses fêtes, est-ce vraiment possible ? Les lutins, les père Noëls, les images réchauffées de nous, assis autour du sapin, tellement heureux d’ouvrir des jolis paquets, tout cela mérite sans doute un discours d’introduction. Puisque nous n’écrivons pratiquement plus rien qui ne soit SEO bancable, je crois que le calendrier SEO devrait être inventé (il l’est certainement quelque part). Un calendrier rempli de mots clés, de mots que tout le monde recherche en espérant tomber pile sur toi. C’est quoi ton mot ?

Un calendrier pour y. noter les jours qui passent. Amusant non ? Comme le témoignage glauque de notre immobilité intellectuelle. Regarde la date, et dis-moi quelque chose ! Tu faisais quoi le 17 juin 2021 ? Tu feras quoi le 14 mai prochain ? Tu pars en vacances quel jour déjà ?

Je ne vois aucune poésie dans le calendrier. Il n’y a que des pages molles et bientôt grises. Des dates et des numéros d’urgence. Des annonces désespérantes pour des commerçants sans imaginaire. Non vraiment.

Alors pourquoi insister ? Pourquoi chaque année ? Pourquoi cédons-nous à ce chantage affectif ?

Avons-nous peur de ne plus savoir comment se prépare une année de plus ? Tu as fait ton plan d’actions pour 2023 ? Tu as vérifié que Paulette ne sera pas en vacances pour le prochain séminaire sur l’hybridation des modes de travail ?

Je ne sais pas. Je ne sais pas si je serai là, demain, ni plus tard. A quoi bon le vérifier dans un calendrier de papier, caché par des chatons adorables ? Le temps d’y penser et nous serons déjà rentrés des fêtes, le nez à nouveau dans le guidon, le cœur serré par les journées qui défilent déjà sans nous laisser l’occasion de contempler celles que l’on a traversées sans rien voir.

Quand j’étais petit, je n’attachais pas d’importance au temps perdu. C’était le bon temps. Je cherchais la pièce qui manquait à mon puzzle et la journée était terminée. Je pensais, heureux, que je pourrais le terminer demain. Ou un autre jour. Plus tard.

Et puis, on m’a vendu l’idée que je n’avais plus de temps à perdre. Et j’ai commencé à acheter des calendriers. On m’a aussi appris à établir des plans. Que le temps ne m’a jamais permis d’accomplir…

Si tu as le temps, envoie-moi une carte ! Sans en chercher la raison dans un calendrier. Tu verras, c’est difficile, de penser aux gens, sans penser au temps perdu.

A très vite à la saint…

Cette entrée a été publiée dans : Intuitions

par

CEO Eforbrands Consultant / Speaker / Formateur / Auteur du Marketing Emotionnel Fondateur du Club du Marketing Emotionnel - Intervenant pour les MSc MBA Inseec Paris et l'ISCOM en marketing émotionnel, stratégies de fidélisation, relation client... Auteur des livres : Tout savoir sur Le Marketing Emotionnel aux Editions Kawa - nov 2013 La Fidélité, du chaos à la zone de confort aux Editions Kawa - Janv 2017 Marketing ZERO avec Philippe Guiheneuc, chez 1min30 publishing - juin 2021 Fondateur de Eforbrands et de LePartenariat Rédacteur du blog marketingemotionnel.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s