Tous les articles taggés : recommandation

Recommandation et réciprocité #loveme

Ce matin, je reçois un message étrange sur LinkedIn et qui fait bizarrement écho à la discussion que nous avons eu autour d’une table avec Philippe (@estocadaPhil) et Jean-Philippe (@jcunniet) lundi dernier. Alors n’étant pas expert de cet outil merveilleusement social et plein de data que Microsoft vient de racheter, j’en appelle à mes lecteurs (et bien entendu à Bruno @brunofridl) : pourriez-vous me recommander ? Ah !… Ou plutôt, si je vous recommande (comme je viens de le faire avec mes 3 amis), allez-vous le faire en retour ? Pourquoi pas, me répondrez-vous, sans engagement de votre part ! Oui, j’ai déjà expliqué à certains que la générosité peut inciter l’autre à se montrer bienveillant de manière réciproque parce que son cerveau social recevra un signal positif et lui indiquera qu’il devrait agir en ce sens. Mais qui aurait l’idée de rendre cela obligatoire ? N’est-ce pas là encore, un ratage de votre éducation cartésienne, qui vous aurait appris que ‘si et seulement si’ A alors B ? Si deviendrait nécessaire et surtout suffisant. C’est exactement …

Les clés de la recommandation (épisode 1)

Bien sur, nous souhaitons tous que quelqu’un nous recommande. Les marques espèrent, elles aussi, que leurs clients le feront. Qu’ils seront gentils et qu’ils diront tout le bien qu’ils pensent d’elles à leurs amis et leur entourage.  A quoi servirait d’investir dans les réseaux sociaux sinon ?… Or recommander, ce n’est pas donner son avis sur Tripadvisor ou noter l’hôtel du week-end dans Booking.com ni même attribuer des étoiles au film vu sur Allociné.fr. Certes donner son avis peut influencer les futurs clients qui hésitent et qui pourraient s’y fier. Tandis que recommander est un engagement bien plus fort et bien plus personnel. Mais la recommandation de quoi, au juste ? Prenons un exemple : hier, vers 14h dans le restaurant de Natalie… 2 hommes d’une trentaine d’années ont fini leur déjeuner, se lèvent pour régler l’addition et sont visiblement satisfaits de cette expérience (nouvelle). Alors que je discute avec Natalie de la fidélisation de la clientèle et de la nécessité de montrer de la générosité envers les clients, je décide de tester en live, …

Ernest fait du marketing !

Au début, je lui ai glissé avec un sourire : « Ah… Ernest comme Hemingway ! ».. Bof ! Et puis il a démarré sa Landrover (qu’il a transformé en son « bureau ») et nous avons mis le cap sur Sandwich Harbour (en Namibie pour les géographes débutants). Après quelques arrêts en cours de route, soit pour ramasser un résidu en plastique (aussitôt rangé dans le bureau) soit pour nous expliquer comment cette plante capture toute l’humidité apportée par l’Océan pour la retenir dans ses minuscules feuilles dont se nourrissent les Springbok (antilopes superbes emblématiques de l’Afrique du Sud et présentes partout en Namibie), on a vite compris qu’Ernest est un guide passionné par son pays, la flore et la faune n’ayant pas plus de secret pour lui que le chemin qu’il suit au coeur des dunes du Namib. Ernest sait transmettre sa passion et on comprend pourquoi il en a fait son métier. Alors pourquoi Ernest ferait-il du marketing ? A la fin de cette magnifique journée qu’il aura nourri de sa connaissance, me faisant vivre une …