l'humain dans le marketing
Laisser un commentaire

L’optimiste et l’imprévu

Regarder les interventions des TedX est toujours passionnant. Si ce n’est par le sujet qui est exposé en quelques minutes et la réflexion qu’il génère en nous, je suis à chaque fois admiratif de la capacité qu’ont les speakers à raconter une histoire, souvent personnelle, pour mieux nous toucher. C’est le pouvoir de l’anecdote. Humaine, nécessairement humble, l’anecdote est facile à partager. Elle se communique bien.

Pour illustrer la force émotionnelle de l’histoire vécue, nous pouvons nous référer à l’émergence des réseaux sociaux, de Snapchat à Twitter, Instagram ou Facebook. Penser que c’est à ces outils que nous devons l’envie de partager nos instants de vie ou nos rencontres, est une erreur. Nous le faisions avant. L’homme l’a toujours fait, les grottes de Lascaux en témoignent…

NIOanecdote

Mais pourquoi racontons-nous précisément telle anecdote à telle personne assise en face de nous ? Serait-ce pour lui faire comprendre qui nous sommes ? Pour lui montrer notre humanité ? Ou pour établir un lien avec ce que nous voudrions lui démontrer ?…

Je suis optimiste ! J’ai confiance en l’humain. J’ai confiance en l’autre. Quelle que soit la situation, je m’efforce d’être optimiste. Vision romantique… Ce qui m’interpelle parfois, c’est qu’on me le dise… Et vous ?

Devrai-je tenter de vous convaincre, chers lecteurs ?… Et si je vous racontais une anecdote ?…

Dimanche dernier, j’ai pris un TGV pour Pornichet. J’y suis arrivé vers 12h30 avec quelques minutes de retard, parce que des moutons avaient eu l’idée malicieuse de traverser les voies ! Avis aux râleurs, même à l’heure technologique de trains les plus rapides du monde, nos campagnes sont encore habitées par des moutons, qui n’ont aucun respect pour l’horaire. Imprévu !

La_Baule-Escoublac_gare_1

Arrivé à la gare de La Baule Escoubiac, je me demande si mon hôte a envoyé une voiture me chercher. Et pourquoi pas ? Constatant qu’il n’en est rien, je me dirige sans hâte vers la station de taxis. Deux d’entre eux sont déjà pris d’assaut, deux autres semblent encore disponibles. Mais comme j’approche de l’un d’eux, je me rends soudain à l’évidence : ils sont réservés et seront bientôt partis avec leurs clients prudents. Il n’y a plus de taxi !

Il faudra donc attendre qu’un confrère revienne, ce qui ne devrait pas tarder, m’affirme le dernier à quitter la gare. Alors que j’explique à une autre naufragée des taxis disparus que nous verrons bientôt les secours arriver, une dame assise sur un banc me regarde en rigolant… « Vous êtes optimiste, me dit-elle ». Je lui réponds qu’il faut toujours être optimiste, et qu’attendre 10 minutes n’est rien de plus qu’un imprévu.

Une demie-heure plus tard, nous avons vu deux taxis revenir et nous expliquer qu’ils n’ont pas le temps de nous emmener vers Pornichet (à 7 kms), étant déjà réservés par d’autres clients prudents. La dame rit de nouveau de ma mésaventure et me dit : « je ne sais pas comment vous faites pour rester calme, à votre place j’aurai piqué une crise ! »…

Pendant que je tente vainement de convaincre un taxi appelé sur son numéro de portable de nous rejoindre (je suis à l’aéroport de Nantes à une heure de Pornichet me dit-on), ma collègue d’infortune, apostrophe un monsieur qui passe intrigué et lui demande s’il ne pourrait pas nous dépanner par hasard ! Belle initiative, puisque le voilà qui nous propose de nous emmener avec sa voiture jusqu’à destination. Certes, il ne connait pas vraiment la route de Pornichet, il n’est pas taxi, mais après quelques minutes, nous descendons de sa voiture soulagés et souriants. Totalement imprévu !

Accepterait-il d’être payé pour la course ? Comment pourrions-nous le remercier ?  « Je suis heureux d’avoir pu vous aider, ma journée en sera plus belle », sera sa seule réponse. Imprévisible !

Voilà pourquoi je suis optimiste. Cette attitude me permet de rencontrer des gens formidables. Tous ne sont pas comme ça, me répondrez-vous… Sans doute. Mais tout le monde pourrait l’être. Aider les autres est à portée de chacun… Etre optimiste, c’est avoir envie de l’imprévu !

Mike_Tyson_4

Voilà pourquoi j’aime l’imprévu ! Puisque rien ne se passe jamais comme vous l’aviez prévu, il semble inutile de perdre votre temps à tout prévoir… Comme disait Mike Tyson à propos des stratégies pré-combat de ses adversaires : « ils ont tous un plan jusqu’à ce qu’ils prennent un direct dans les dents ! »

Alors KO ?!…

Réflexion inspirée par l’article de Steve Blank in HBR n°4 -: « les business plan survivent rarement au premier contact avec les clients », et par mes rencontres de la semaine.

 

 

 

 

Cette entrée a été publiée dans : l'humain dans le marketing
Avec les tags : , , ,

par

Consultant / Speaker / Formateur / Auteur du Marketing Emotionnel Fondateur du Club du Marketing Emotionnel - Intervenant pour l'ESSAC, le MSc MBA Inseec Paris et Sup Career en relation client, inbound marketing et stratégies de fidélisation. Auteur du livre Le Marketing Emotionnel aux Editions Kawa Fondateur de LePartenariat Rédacteur du blog du partenariat et du blog marketingemotionnel.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s