Intuitions, vive les marques !
Laisser un commentaire

Rencontres aux D’Days : la créativité du design doit-elle transgresser les codes de la marque ?

bosch diamond

Ce matin, j’ai eu le plaisir extraordinaire de rencontrer le futur du designer ! Des personnalités formidables mises en valeur dans une exposition qui a pris pour quartier général les D’Days (@DDAYS_Paris) à la galerie Joseph, 116 rue de Turenne à Paris (). Un partenariat entre la marque de bricolage Bosch (@Bosch_bricolage) et l’école de design Duperré a donné naissance aux Bosch Design Awards ! Très bel événement créatif et très belles rencontres aussi ! Faisons honneur « en coeur à l’ouvrage » (« … sidérante également la capacité des outils Bosch à se transformer et à se métamorphoser sous le regard de jeunes designers pour se projeter dans des mondes improbables…« ).

bosch design awards 2015

Je commence une conversation avec Manuel Volmar (@VolmarManuel), prix des internautes, qui expose ses créations en bois et cuivre, directement inspirées par les artisans marocains et bien sûr réalisées avec les mains et les outils Bosch. je suis tout de suite impressionné par sa maturité et l’aisance qu’il a à raconter l’histoire de son projet. Accéder aux matières étaient une opportunité mais rencontrer les artisans, mais les voir contraints de réaliser des milliers de fois des motifs identiques pour des commanditaires sans ambition créative, semble avoir donner à Manuel l’énergie nécessaire pour libérer sa créativité, son envie d’innover. Comme je l’interroge sur sa popularité illustrée par le prix des internautes, il me répond que « c’est certainement un projet de design plus accessible au public, mettant en valeur des matériaux nobles mais aussi les capacités des outils de la marque avec une finalité palpable« .

Je pars alors voir cet étrange personnage tout de jaune vêtu, qui, moins grand que certains de ses camarades, n’en émerge pas moins par un projet extravagant (et j’emploie ici ces propres mots). Adel Fecih nous propose Bosch Beauty, qui nous fera voir la vie (et le bricolage) en rose et qui a reçu l’émotionnel prix coup de coeur du jury ! « Le rose n’est pas une couleur c’est une histoire » me confie Adel (voir aussi son compte Instagram). Belle idée mais pourquoi ? Adel souhaite « dépasser l’image rigide et froide de la marque et jouer avec des coffrets d’accessoires comme on jouerait à la poupée« . Une marque doit savoir se réinventer, casser les codes, sortir d’un discours pédagogique et amuser, réveiller l’envie de jouer chez ses consommateurs. je partage évidemment ce point de vue et j’admire la liberté que Bosch a laissé à ces jeunes talents : « je pensais que nous aurions des retours de la marque sur nos projets mais en fait, ils ne nous ont donné aucune indication. Alors je suis allez au bout de mon concept et j’ai pris plaisir à exprimer pleinement ma vision des choses« .

Est-ce ainsi que l’on trouve l’inspiration ? Ne faut-il pas pour autant lutter avec les fondamentaux des outils pour les sublimer ? Je me tourne vers le duo qui a remporté le prix de la communication et qui expose à la fois des tenues pour améliorer la performance des sportifs et des vidéos démontrant cette performance. Oui ! Parce que le design c’est bien beau, mais les outils doivent aussi être performants (avant tout même) ! Fabrice Tayeau (le plus grand des deux – @Dj_Fafah voir son compte instagram) et Maxime Drula (le sportif de haut niveau) ont imaginé un concept « pour doper la performance du corps humain ». Un pari relevé par la création de vêtements futuristes reprenant les caractéristiques ou les points clés des outillages Bosch et proposant une sur valorisation de l’humain. Une véritable fusion entre la machine et l’homme pour exprimer force et volonté de se dépasser ! Ce qui retient l’attention (au-delà des vêtements plutôt sombres), c’est bien sûr le triptyque vidéo et en particulier les masques ou l’absence de visage des personnages mis en scène. A nouveau, pourquoi ? « il nous semble que la performance est d’abord celle du corps, de la peau aux muscles, du mouvement maitrisé. Elle nécessite une parfaite alliance de la force physique et de la technicité. Nous ne voulions pas que notre effort perde de son efficacité. Un visage aurait incarné une personne et non l’outil. »

Ces jeunes designers ont un talent énorme mais pas seulement. Ils ont aussi des convictions, des visions futuristes. Pour autant, comme Adel me le disait fort justement, « on pourrait croire que tout existe déjà, que tout a été inventé en termes d’outils, mais notre rôle c’est d’aller au-delà de l’existant, de trouver autre chose à raconter, à faire avec ces outils, et de créer leur avenir ».La créativité c’est certainement un peu cela. Dépasser, sublimer l’existant et proposer autre chose. Merci à Manuel, Adel, Fabrice et Maxime pour ce moment unique…

Enfin, ce reportage ne serait pas complet sans une évocation d’un autre concept, salué par le prix du design, et qui m’a bluffé par cette ville imaginaire sortant littéralement en 3D de la coque d’une perceuse. Comment Iris a-t-elle eu cette idée ? Un vrai mystère du génie créatif !..

« Nous le nommons « l’Inventif », ainsi qu’Homère nommait Ulysse, l’homme subtile, aux milles ruses, un bricoleur héroïque somme toute. »

Et merci à Chloé pour l’invitation !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s