Intuitions
Laisser un commentaire

La philosophie du marketing #tasdisquoi #saison2

Je m’en suis souvenu ! C’était il y a un an déjà ! Et puis lundi, oui il y a 4 jours, j’ai entendu le sujet de philo du bac de cette année :

Est-il possible d’échapper au temps ?

J’ai envie de répondre non ! Non si je m’en tiens au fait : j’ai pris le temps d’écrire et j’en ai gardé la trace ici, dans le cloud. Sans le temps qui m’a filé entre les doigts, je n’aurais sans doute pas eu l’idée d’une saison 2 sur les sujets de philo appliqués au marketing. Mais au-delà de constat primaire, quel serait le moyen pour l’Homme d’échapper au temps ? Quel serait l’objectif d’une entreprise face à ses clients sans aucune notion de ce temps qui, d’une part est nécessaire à toute transaction économique, et d’autre part, construit la relation entre les deux partis ?

 temps d'ormesson.jpeg

Or le temps est une invention de l’Homme. Sans lui, impossible de distinguer ce qui est aujourd’hui de ce qui était hier et même d’imaginer ce que sera demain ? Au passage, sans la conjugaison de nos verbes, nous serions en difficulté pour nous comprendre et pour dialoguer (cela dit, tu le sais sans doute, cher.e lecteur.trice, il y a des langues dans lesquelles les verbes ne sont pas conjugués et où la notion de temps est ignorée). Alors si le langage est témoin de l’importance du temps, est-ce parce que nous croyons que notre temps n’est pas infini ? Si au contraire, nous croyons à la vie après la mort, si nous croyons à la réincarnation par exemple, la durée de notre séjour sur la terre dans notre enveloppe physique actuelle a-t-elle la moindre importance ? De même, ce que nous avons fait aujourd’hui n’est-il pas ridiculement insignifiant au regard de l’infini de ce qui nous reste à accomplir et que nous ne parviendrons jamais à terminer ? Quand je lis partout que la bonne gestion du temps est un indicateur de performance, je suis ébahi de me rendre compte à quel point je suis loin du compte…

Mais je crois aussi que nous avons besoin du temps pour comprendre la nature dans laquelle nous vivons, pour comprendre la nuit et le jour, et pour nous situer, nous retrouver, entre humains, pour réaliser ensemble ce que nous appelons des projets. En fait la causalité est dans le temps. Si nous n’avions pas fait quelque chose hier, nous n’en serions pas là aujourd’hui. Comment envisager demain, sans se soucier du moment présent ? Si nous nous entrainons à courir avec régularité (cette idée de répétition dans le temps), n’est-ce pas pour progresser ou plus simplement pour atteindre un futur agréable ? Sans le temps comment pourrions-nous mesurer nos progrès ?

Le temps est aussi fluide et impalpable que nos humeurs et nos liens affectifs. Ainsi le temps est nécessaire pour mesurer ce qui nous unit comme ce qui nous sépare. Si nous avons des amis, si nous aimons nos proches, c’est évidemment parce qu’à la fois nous prenons le temps de partager des moments de vie avec eux et parce qu’il arrive un point dans l’absence où le manque se compte en jours, en semaines, voire en années. Le temps est une distance ! Tenter d’y échapper, c’est affirmer que nous pourrions vivre en ermite.

A ce propos, le temps est aussi ce qui nourrit l’amour. Donner de son temps à l’autre, c’est l’aimer. Tandis que ne pas avoir de temps pour autrui, c’est ne pas l’aimer. Quand nous proclamons l’amour des clients, nous devrions commencer par leur donner du temps ; prendre le temps de les écouter, de les comprendre et de leur faire vivre de belles expériences. D’ailleurs, ils seraient alors disposés à nous accorder leur confiance, leur amour et peut-être même leur fidélité. Echapper au temps, est-ce renoncer à aimer ?

le temsp d'aimer - Jean d'ormesson.png

 

La fidélité est un concept directement lié au temps. Penser la relation amoureuse comme éternelle, c’est nier l’existence du temps, ou bien c’est imaginer qu’aimer n’est en rien une question de temps. Si j’aime depuis longtemps, depuis le début, puis-je m’interroger sur la durée de cet amour ? J’ai la conviction que non, qu’il me serait impossible d’aimer si je me posais la question, en ressentant ce sentiment puissant, de sa durée. J’aime, a priori, pour une durée indéfinie, voire infinie. Selon que je crois au temps ou pas, j’opte pour l’indéfini ou pour l’infinitude. Je peux plus tard, m’interroger sur la persistance du sentiment. Frédéric Beigbeder, auteur de « l’amour dure trois ans », nous a alerté sur l’existence statistique de bornes temporelles pour nos relations affectives. Mais est-ce vrai ? N’est-ce pas au contraire une manière de nous rassurer, nous les humains, sur la finitude de tout ce qui a trait à nos relations et à nos actions ? Elles s’inscriraient alors dans le temps, devenant ainsi puériles et sans réelle importance à l’échelle de l’univers dans lequel tourne notre planète. Les enfants, eux, aiment tout le monde a priori, et ne se soucient guère du temps qui passe sans qu’ils ne s’en aperçoivent. Nous, les adultes, devons sans cesse leur expliquer pourquoi tout n’est pas accessible tout le temps, pourquoi aller chez mamie est si long que l’on pourrait dormir dans la voiture ou compter les vaches qui nous regardent passer. Les enfants échappent au temps !

Sont-ils fidèles pour autant ? Je crois que la fidélité n’est qu’une expression du temps de l’amour. Aimer est probablement la meilleure escapade hors du temps. Si nous nous aimions tout le temps, si nous passions tout notre temps à nous aimer, le temps aurait-il encore un sens ?

Le marketing ne dit pas assez combien il est essentiel d’aimer tout le temps les clients. De leur prouver à chaque moment, à chaque instant qu’ils veulent bien nous accorder. Si vous avez lu cet article jusqu’au bout, je vous aime d’autant plus que cela vous aura pris du temps. Aimer est ce qui nous maintient en vie, nous donne envie de vivre plus longtemps, toujours plus longtemps.

Jean d’Ormesson, a sans doute eu les mots les plus forts pour exprimer ces notions humaines et universelles. Aimer est ce que l’Homme sait faire de mieux.

 

Cette entrée a été publiée dans : Intuitions

par

CEO Eforbrands Consultant / Speaker / Formateur / Auteur du Marketing Emotionnel Fondateur du Club du Marketing Emotionnel - Intervenant pour l'ESSAC, le MSc MBA Inseec Paris et Sup Career en relation client, inbound marketing et stratégies de fidélisation. Auteur des livres : Tout savoir sur Le Marketing Emotionnel aux Editions Kawa - nov 2013 La Fidélité, du chaos à la zone de confort aux Editions Kawa - Janv 2017 Fondateur de LePartenariat et Eforbrands Rédacteur du blog du partenariat et du blog marketingemotionnel.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s