vive les marques !
Laisser un commentaire

Tout doit disparaître ! #vivementdemain

Dans une interview donnée à e-marketing, le toujours stimulant Jacques Séguéla, nous annonce que « 80% des agences pourraient disparaitre dans l’indifférence générale » ! Ça c’est de la punchline Jacques ! Tu envoie du gros, du très lourd dans la marre au canards des agences de publicité, de communication, de marketing et sans doute aussi dans celle qui réunit tous les consultants conseils nés du décès massif des agences à la fin du siècle dernier (80% encore !)…

Et moi ? Et nous ? Allons-nous disparaître ? Quelle cruauté !!!

Quand je vois le nombre de mes confrères qui annoncent déjà un changement de monde, un monde meilleur évidemment plus juste, plus altruiste, plus généreux, plus respectueux de l’humain et de la planète, je me dis que : « c’est de la com » !… Oui, moi aussi, je veux y croire, et même je crois que le monde changera parce qu’il est en perpétuel mouvement, et que l’Homme s’adapte ou meurt. Mais je ne sais pas du tout si ma ridicule minuscule contribution à l’évolution de la relation marque / clients aura un impact mesurable. Avoue cher.e lectrice.teur que ce serait d’une prétention extrême !

Aussi je préfère la posture socratique de Jacques qui annonce qu’il ne sait rien ou pas grand chose en somme, à celle de tous les prédicateurs d’aujourd’hui qui pourraient bien être dans le prochaine charrette demain. Comme lui, je prends le pari que le « c’était mieux avant » et le « on fait comme d’habitude et on ne change rien » seront omniprésents dans les prochaines conversations que nous aurons les annonceurs et moi, et pourquoi pas, vous et moi.

poulehouse_oeuf_ethiques-1020x512

Ah non ! Vive le changement ! Oui mais avec quels moyens ? Oui mais avec quel courage ? Tu veux un exemple ? Allez c’est cadeau !

Quelles seront les marques du retail à admettre que leurs cartes de fidélité à points sont bonnes à jeter à la poubelle (pour ce qu’elles obligent les consommateurs à acheter toujours plus au moment même où cela n’a plus aucun sens) et qu’il faudrait désormais se concentrer sur une réelle reconnaissance et récompense immatérielle de la fidélité (affective) des clients ?… tic-tac tic-tac, je te laisse y réfléchir… Mon avis ? Aucune ! Rien ! Nada ! Zéro ! (pourtant c’est écrit dans un livre paru en 2017, que tu n’as pas encore lu : la Fidélité du chaos à la zone de confort… dont le titre me parait tout à coup moins tiré par les cheveux qu’on a bien voulu me le faire croire). Pourtant c’est aussi ce qu’a osé Decathlon, tu sais la marque qui offre des masques pour sauver des vies, un peu partout dans le monde…

Bref ! J’enjoins mes camarades à davantage d’humilité tout en conservant leur âme d’enfant optimiste et rêveur. Car oui, nous devons évoluer, donner tout ce que nous avons pour le bien de nos clients, des marques, afin de les aider à survivre et/ou à se développer, mais aucun changement ne viendra de nous, ne se fera sans elles et encore moins sans les clients / les consommateurs qui décident de tout. La tendance à s’attribuer les résultats des autres m’exaspère, cher.e lectrice.teur, et tu voudras bien m’en excuser. Bientôt je vais participer en spectateur à nombre de webinaires, de forum virtuel où l’on va m’expliquer comment changer le monde. Pendant ce temps là, de très nombreuses organisations de toutes tailles luttent et lutteront jusqu’au bout pour sauver ce qui peut l’être. Comment allons-nous gérer ces deux urgences ? Tout porte à croire que nous applaudirons plus volontiers ceux qui sauveront des vies (et c’est déjà ce que nous faisons dans la vraie vie) plutôt que ceux qui réfléchissent (avec l’argent des autres) à ce que nous pourrions bien faire demain…

Je ne sais pas qui aura raison, je n’ai aucune envie de choisir entre ces deux options. Si toutefois mes clients me le demandaient, je serai plus que motivé à tenir mon engagement éthique et moral de sauver leur marque. Parler du monde de demain à des malades placés sous assistance respiratoire me semble légèrement indécent… non ?

Marques, nous vous aimons !

 

PS : le lien vers l’interview de Jacques (qui ne prédit pas l’avenir…) : https://bit.ly/34qLxDY

PS2 : l’illustration des poules provient de la marque française poulehouse, l’oeuf qui ne tue pas la poule… une start-up qui, je l’espère, survivra à cette crise

 

 

Cette entrée a été publiée dans : vive les marques !

par

CEO Eforbrands Consultant / Speaker / Formateur / Auteur du Marketing Emotionnel Fondateur du Club du Marketing Emotionnel - Intervenant pour l'ESSAC, le MSc MBA Inseec Paris et Sup Career en relation client, inbound marketing et stratégies de fidélisation. Auteur des livres : Tout savoir sur Le Marketing Emotionnel aux Editions Kawa - nov 2013 La Fidélité, du chaos à la zone de confort aux Editions Kawa - Janv 2017 Fondateur de LePartenariat et Eforbrands Rédacteur du blog du partenariat et du blog marketingemotionnel.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s