Intuitions
Laisser un commentaire

En marketing, faut-il s’entrainer comme un champion ? #TrainLikeMe

Tu le sais, si tu as pratiqué un sport avec un objectif : le plus difficile c’est l’entrainement sur la durée. La constance et la volonté de ne pas compter tes efforts. Se préparer à atteindre une performance est un travail exigeant et qui fait appel à ta force mentale. Il faut dès le départ accepter de te donner. Souvent ça fait mal. Souvent les résultats ne sont pas immédiats et ton cerveau te hurle de tout arrêter. Pourtant, si tu luttes, c’est aussi pour atteindre ton objectif lointain, ce qui te semble inaccessible dans les premiers temps.

Alors en marketing, tu fais la même chose mais tu oublies de te fixer un objectif à long terme. Tu cours après la récompense de l’instant. Ce qui est formidable, c’est que tu ne sens rien. Aucune douleur, aucun essoufflement, aucune courbature. Et puisque c’est indolore, peu t’importe que le résultat ne soit pas là. Mais pourrais-tu te rendre compte que tes actions à courtes vues font souffrir les autres ? En réalité, lorsque tu envoies tes messages de relance automatisée, certes tu gagnes du temps pour toi, mais où est comptabilisé le temps que tu fais perdre aux autres ? Ta pénibilité augmente-t-elle tout au long de ton tunnel de conversion ?

Une question que tu ne te poses pas. Jamais. En bon coach, je n’aurais pas pour volonté de te faire souffrir davantage. Passons à autre chose. L’objectif est-il suffisamment loin de ton point de départ ?

Voilà une autre question clé dans ta réflexion marketing. « A vaincre sans péril on triomphe sans gloire » aurait pu te dire Henri IV du haut de son cheval blanc, s’il avait lu Cid de Corneille (amusante pirouette culturelle que d’imaginer la noirceur de l’un reliée au panache de l’autre par un saut temporel à l’envers – sans compter qu’Henri IV n’a peut-être jamais eu de cheval blanc). Et si Léonie nous invite à suivre le conseil de la régularité dans la publication de contenus, c’est parce qu’elle a remarqué que plus tu publies et plus tu t’améliores dans ta facilité à publier. Oui l’entrainement, conduit à plus de facilité dans l’exécution. En revanche, est-ce un moyen d’être créatif, ou d’inventer autre chose, de sortir de ta boxe ? (tu ne connais pas encore le magnifique nouveau mot du marketing : unboxer)

Le champion a autre chose en lui que des heures d’entrainement. Evidemment il nourrit l’esprit d’être meilleur que ses adversaires. Le plus souvent, il cherche quelque chose de différent dans sa manière de faire, aussi bien dans la préparation que dans l’exécution. Il vise loin et parfois même tout là-haut dans le ciel, il s’adresse aux étoiles.

Et toi ?

Si ton objectif est de montrer à ton board que tu as fait des choses, que tu t’agites, tu montes et descends les escaliers, que tu bombardes pour être visible, alors tu ne seras sans doute jamais un champion. Tes maigres pourcentages de progression sont trop faciles à atteindre, y compris sur un malentendu (aurais-tu vu tes ventes augmenter sur ton site e-commerce pendant le confinement ? génial !). Tu as commis un article qui dépasse ton score habituel, te voilà certain qu’il faudrait en produire d’autres dans la même lignée. Tu as vu des likes et des commentaires sous la photo de ton équipe de stagiaires joyeux et déjà tu projettes cette croissance sur ton business en proposant à de nouveaux invetisseurs de couvrir tes pertes. Et cela fonctionne aussi dans l’autre sens : le moindre échec (en termes de visibilité ou de création de leads) t’indique qu’il est urgent de stopper ton effort, devenu inutile.

Et si tu remontais sur le ring un instant, qu’y verrais-tu de très très près ? Pan dans ta face !

99% de tes coups n’atteignent aucune cible ! Si tu devais t’en tenir à ce résultat (qui n’en est pas un), tu te relâcherais pile à l’instant où la droite de ton adversaire jaillirait en direction de ta mâchoire. Bim bam boum ! KO !

Lorsque je publie 100 articles par an ici, je sais parfaitement que tu ne les liras pas. Il me suffit que l’un d’eux t’inspire sans que je ne sache lequel et c’est déjà gagné. Je ne compte pas mes efforts parce que j’ai compris que ton attention est précieuse et qu’un seul de tes efforts me comble. Je m’entraine et je ne baisse pas les bras. Comme tout le monde, je suis heureux quand cela fonctionne. Mais comme trop peu de marketers ou même d’entrepreneurs, je crois avoir un objectif situé bien au-delà de mes statistiques.

Aimer ce que je fais pour les autres. Lorsque l’on aime les autres, on s’entraine pour être meilleur et leur donner le meilleur de soi. Rien de plus. Les résultats ? On verra plus tard…

Un jour ou l’autre tu seras fit ! #oupas

#TrainLikeMe #BoxeLikeMike

Et maintenant prépares-toi, ça va cogner fort :

Cette entrée a été publiée dans : Intuitions

par

CEO Eforbrands Consultant / Speaker / Formateur / Auteur du Marketing Emotionnel Fondateur du Club du Marketing Emotionnel - Intervenant pour les MSc MBA Inseec Paris et l'ISCOM en marketing émotionnel, stratégies de fidélisation, relation client... Auteur des livres : Tout savoir sur Le Marketing Emotionnel aux Editions Kawa - nov 2013 La Fidélité, du chaos à la zone de confort aux Editions Kawa - Janv 2017 Marketing ZERO avec Philippe Guiheneuc, chez 1min30 publishing - juin 2021 Fondateur de Eforbrands et de LePartenariat Rédacteur du blog marketingemotionnel.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s