Tous les articles taggés : street marketing

Street marketing pour Lancôme : the winner is…

Il ne m’appartient pas de jouer les juges ou les jurés pour cet exercice mais j’avais promis de mettre en avant l’opération de street marketing qui aurait obtenu les suffrages du public… Aussi, ce n’est pas « sans une certaine émotion » que je vous propose de découvrir « le réveil du prince charmant » qui a séduit de nombreuses passantes avec une promesse ultra romantique : un baiser qui change tout et une rose remise par le prince sorti de son sommeil ! Plus de 2000 vues sur Youtube mais… la magie du produit pourra-t-elle opérer ?.. En tout cas les participantes, celles qui ont osé s’approcher du bel endormi, auront vécu une expérience à partager. Elles en garderont le souvenir et ce cadeau inattendu leur donnera l’occasion de raconter une très belle histoire ! Bravo !

Fantôme Paris : feel young and happier !

Là, franchement je suis bluffé ! A Maximilienne et son équipe : bravo ! C’est une très belle campagne de street marketing imaginée autour d’une nouvelle marque de cosmétique : Fantôme, et qui proposait aux passants dans le quartier de la Madeleine de découvrir la crème pour les mains et de déguster un cupcake tendre !  Un moment de convivialité, de sourire et d’émotions partagées, une envie de rencontrer des femmes et de leur montrer un peu d’attention au coeur de la grisaille hivernale… Outre que l’idée est séduisante, c’est évidemment l’esprit de la campagne que je tiens à souligner ici… et pour cause ! Dans un très bon communiqué de presse, je lis cette déclaration : « This event aimed to offer an unprecedented experience to women – an ode to thier skin and foremost, to their inner beauty.Our wish was to honor creativity and the human encounter » – explains Ana Clara Soares – CEO. « Today more than ever, ultra-femininity, emotion, joie-de-vivre, happiness and beauty are at the very heart of FANTÔME’S DNA. » Un blog, une …

De la love mark à la love ville : faites l’amour, pas le buzz !

Oh oui ! Encore une très belle campagne lancée par Durex en Italie et qui aura fait parler d’elle et surtout de la marque. Les italiens ont aimé la proposition indécente de Durex : la ville qui aura la plus grande consommation de préservatifs et de sex-toys de la marque sera déclarée loveville 2013. Un très beau défi pour 15 villes italiennes pendant deux mois ! Tous les (bons) coups étaient permis et les latin lovers (et Durex) ont utilisé toutes les techniques pour atteindre le Nirvana. Vidéo virale, campagne presse de recrutement, et street marketing pour prendre position et engager le mouvement puis la marque a investi le web avec un jeu vidéo online, du chat et bien entendu le relais des médias sociaux. Résultat de cette rude bataille de l’amour à l’italienne : 70 millions d’impression en Earn Media ! WOW !.. et aussi +46% de ventes… Quelle différence entre le Earn Media et le buzz ? Ici le bouche à oreille devrait être entendu comme la propagation du « message » de la marque …

Allez reviens, c’est Tati !

Ah oui !? bof ?… Un vrai sujet pour jeunes marketeurs : comment faire revenir une clientèle dans cette enseigne historique de l’habillement en France, encore présente avec plus de cent points de vente dont seulement un quart auront été rénovés jusqu’ici ? Comment et surtout pourquoi les femmes, les jeunes femmes même, iraient à nouveau fréquenter ce symbole du low cost avant l’heure, tandis que des concurrents comme H&M (par exemple) ont réussi leur implantation avec des gammes accessibles mais très nettement plus « mode », plus vite renouvelées et parfois signées par des icônes ou des stars mondiales (Beckham, Lana del Rey, etc..) ? Un lifting complet pour Tati ! Oui, on est d’accord, c’est bien le minimum que l’on puisse faire pour relancer une marque connue de 90% de la population mais non fréquentée par 90% également ! Fini les grands bacs à n’importe quoi, et retour à une présentation de collection plus structurée. Ca, c’est fait ! Tati surfe sur les réseaux sociaux ! Là aussi, un passage obligé dans le 21ème siècle, …