Intuitions
1 commentaire

Le marketing dont nous sommes le héros : marketing zéro !

Demain matin, on remet les compteurs à zéro ! Promis, nous allons changer en mieux. Nous les marketers ! Hum… Comment réussir ce qui semble impossible (même en s’entrainant pour affronter Mike) ? Comment proposer aux marques un marketing vraiment responsable, au sens du respect des clients, des collaborateurs, de l’environnement, d’une décroissance assumée de la consommation, de la prise en compte réelle des intérêts des fabricants, des artisans, de ceux qui font les objets ou nous rendent service avec passion, avec leurs tripes, tout en racontant une histoire intense, inspirante et que l’on aimerait vivre ensemble ?

Un programme ambitieux qui nous a été suggéré par Philippe et auquel nous vous proposerons de réfléchir (avec Christophe et Gabriel). Nous ne sommes pas des experts du marketing zéro. Mais nous envisageons d’évoluer vers cet objectif sublime de ne produire ou de faire que l’essentiel, le strict minimum afin d’engager nos clients dans une relation durable et équitable. Est-ce possible ? Restons positif et croyons-y avec force et détermination !

La première des questions que j’ai envie de te poser, cher.e lectrice.teur :

Le marketing doit-il être zero bullshit ou zero story ?

Tu seras peut-être tenté de me répondre que c’est blanc bonnet et bonnet blanc. Non ! Zero bullshit devrait être un juge de paix, un réflexe, un filtre obligatoire, lorsque tu publies, lorsque tu communiques, lorsque tu converses avec un client, quel que soit le canal, l’instant, ou les circonstances de l’échange. Zero bullshit ne signifie pas que tu doives renoncer à raconter une histoire. Au contraire, puisque tu le sais bien, les histoires basées sur des faits réels et avérés sont largement plus crédibles et passionnantes pour toute audience. Small stories, au sens des histoires du quotidien, des rencontres, des anecdotes qui ne s’oublient pas. Je crois que tout doit se raconter.

Parler uniquement à ceux qui nous écoutent, est-ce un défi réaliste ?

La peur nous interdit-elle de réduire la voilure en termes de message et de pollution digitale ? Si je ne publie pas, vais-je perdre ma visibilité et, pire encore, mon business ? Tu pourrais me répondre que je n’aurais pas dû publier cet article ; un de plus et bientôt 900 sur ce blog !… Oui mais ! Je ne publie que pour toi ! Je n’arrose pas la terre entière de mails, ni de MP sur ls réseaux, et je suis un minuscule acteur du marketing. N’empêche, ta remarque imaginée est fondée ! Si chacun modifie son comportement, autant que ce soit dans le bon sens. Comme François le propose dans un post très impertinent, pourrions-nous faire un break dans le flot continu de contenus et de messages en direction de clients ou de prospects ? Je crois qu’il faut absolument admettre que nous avons une audience à la taille proportionnelle à l’intérêt de nos propos. Tout ce qui gonfle artificiellement la visibilité, les pods, les likes quémandés, les faux profils, le sponsorisé, le publicitaire, est nuisible et absolument pas zero marketing. Je lis dans un dialogue entre Cyndie et Pascal qui’l conviendra de faire mieux avec moins, et je leur réponds qu’il faudrait faire moins et mieux ! Une seule droite de Mike peut suffire, non ?

Faire confiance au client pour faire le job !

Ce que je comprends le moins dans nos comportements de marketer, c’est le peu de confiance que nous accordons au client. J’en parlais avec Maxime ce matin, en mode déçu par de vieilles batailles perdues, il y a des clients qui ne m’ont pas remercié des idées que je leur ai apportées. Sérieusement ! Quel manque d’humilité de ma part ! Je crois au contraire que ma confiance envers mes clients est et doit toujours être totale. Je les aime. Ils m’aimeront en retour, et il st aussi possible qu’ils m’aimaient avant que nous ne commencions à travailler ensemble. Oui ! Je leur fais confiance. Aussi lorsqu’ils partagent un contenu, une prise de parole, lorsqu’ils en parlent à d’autres, lorsqu’ils propagent un message, réjouissons-nous de cette confiance initiale sans laquelle rien ne se produit jamais. Les marques devraient investir sur la confiance. Les organisateurs d’événement, les commerciaux, les digital marketer, devraient tous accorder leur confiance aux clients, à commencer par les collaborateurs. Pourquoi est-ce si difficile ? Peut-être parce que nous doutons des autres. Parce que le sempiternel : jamais mieux servi que par soi-même, nous renvoie à l’idée que si j’attends que les autres m’aident, je serai mort avant longtemps. Préjugé dirait monsieur Cofidis ! Les clients sont le meilleur moyen de communication depuis toujours, et le resteront. Alors marketing zero s’exprime en 100% confiance au client.

Le marketing zero n’a pas de plan !

Le plan zero c’est quoi ? S’il y a bien un enseignement que tout le monde peut s’approprier après une année 2020 de tous les records, c’est celui-là : les plans sont voués à l’échec ! Et le marketing n’est pas mieux loti que d’autres domaines : prévoir les comportements des consommateurs est très rarement utiles. Depuis Steve, nous savons qu’il est préférable de ne pas étudier le marché. Dit autrement par Simon Sinek, la seule compétition qui vaille à long terme est celle qui nous oblige à donner le meilleur de nous chaque jour pur être meilleur demain. Le seul plan marketing doit consister à faire mieux. Mais mieux devrait désormais être fortement corrélé au moins. Moins de ressources, moins de budgets gaspillés pour rassurer les égos du Comex, moins de messages de bon anniversaire à des gens que nous ne connaissons pas, etc… Mieux mais moins d’abord ! Moins de prévisions, moins d’analyses heure par heure du trafic sur le site internet, qui déboucheraient sur moins d’actions correctives, et moins de benchmark pour s’aligner au moindre battement de cil d’un concurrent. Moins de plan ! Et pourquoi pas, plus de plan du tout !? Ainsi nous serions plus heureux. Nous serions plus créatifs, plus tranchés, plus osés dans nos prises de parole, puisque nous n’avions pas prévu, ni les résultats, ni les inévitables écarts entre objectifs et réalisés. Ne penses-tu pas ? (ah la belle interrogation négative…)

Voilà ! Si toutefois mes camarades passent par ici, ils auront ainsi une idée de ce que j’aimerais discuter avec eux demain ! Et toi, tu le vois comment le marketing zéro ? #onenparle ?

pour nous rejoindre demain c’est par là : https://event.webinarjam.com/register/6/pq1y1b6

#BoxeLikeMike

Cette entrée a été publiée dans : Intuitions

par

CEO Eforbrands Consultant / Speaker / Formateur / Auteur du Marketing Emotionnel Fondateur du Club du Marketing Emotionnel - Intervenant pour l'ESSAC, le MSc MBA Inseec Paris et Sup Career en relation client, inbound marketing et stratégies de fidélisation. Auteur des livres : Tout savoir sur Le Marketing Emotionnel aux Editions Kawa - nov 2013 La Fidélité, du chaos à la zone de confort aux Editions Kawa - Janv 2017 Fondateur de LePartenariat et Eforbrands Rédacteur du blog du partenariat et du blog marketingemotionnel.com

1 commentaire

  1. Pingback: Le marketing dont nous sommes le héros : marketing zéro ! — Marketing Emotionnel – MARKEDINET

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s