Intuitions, l'humain dans le marketing
Laisser un commentaire

Do we really like what our brain likes ?

WOW ! Découverte d’un article sur les neurosciences qui pose des questions incroyables ! Nous savions déjà que notre cerveau ne nous transmet pas tous les signaux mais seulement ceux qu’il considère comme « intéressant » à traiter et à faire émerger dans notre conscience. c’est ainsi que nous n’avons conscience que d’une partie de nos réactions (y compris émotionnelles).

Des chercheurs américains vont plus loin dans l’analyse et se demande donc si notre cerveau aime des objets, des marques, sans que nous n’en ayons pleinement conscience ! Quelle idée ! Et la réponse est oui ! Pire encore, sommes-nous capable d’aimer une marque plus qu’une personne ? Dans ce cas précis on imagine qu’aucun individu sain d’esprit oserait l’affirmer. Or les tests révèlent parfois ce que nous ne pourrions affirmer raisonnablement…

what do you love

Uwe Gutschow, managing director and creative director of Innocean, says the study came from a desire to connect with consumers on a deeper level. “We started thinking about how we do that as agencies and marketers and what that means. For us, it means how do you connect more on an emotional level, which is a common thing. We tell stories and create experiences that connect with people emotionally. But then there’s another aspect of connecting with people on an unconscious level. We threw out this thought: do we, as people, actually know what we like? And is what we like really what we like. Sometimes the brain responds without us even knowing it.” This subconscious response is what prompted them to test brands against people, because it’s safe to assume that precisely no one would openly admit to loving a thing more than a human

As ad science evolves and as the measurement gets better there’ll be more information that will give us a better understanding of what people react to. For us it’s an ongoing series of learnings and getting better at it. But the end goal is how do we create better moments that connect with people and the blurring of art and science. Finding out more and more about what those magical moments are could inform the types of stories that we tell and how we tell those stories.”

Lire la suite de cet article extraordinaire sur : Fast Company

Cette entrée a été publiée dans : Intuitions, l'humain dans le marketing
Avec les tags : , ,

par

Consultant / Speaker / Formateur / Auteur du Marketing Emotionnel Fondateur du Club du Marketing Emotionnel - Intervenant pour l'ESSAC, le MSc MBA Inseec Paris et Sup Career en relation client, inbound marketing et stratégies de fidélisation. Auteur du livre Le Marketing Emotionnel aux Editions Kawa Fondateur de LePartenariat Rédacteur du blog du partenariat et du blog marketingemotionnel.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s