Intuitions
Laisser un commentaire

Tagge moi ou je te quitte ! #lovefirst!

Je me rends compte à l’instant que je suis taggé dans un post produit par l’intrépide et malicieux Philippe ! Qui lance d’ailleurs le sujet en se taggant lui-même puis en prenant à parti son compère Loïc et à sa suite une ribambelle de personnes sociales et engagées dans le Social Selling ou le Professional Branding… Excellente démonstration de l’efficacité du tag bien pensé et finement dissimulé sous une dose d’humour belge que l’on pourrait qualifier de second degré.

Comme ils sont tous nominés en puissance pour les prochains César que le duo sus-cité produit régulièrement, toutes ces gentilles personnes ont d’un seul élan, pris soin de tagger d’autres camarades. Une chaîne de tag est en cours de propagation… Jusqu’où s’arrêtera-t-elle, comme diraient les Nuls ?

Tagger semble donc une forme de générosité sociale. C’est, après étude des algorithmes des réseaux sociaux, une excellente tactique pour déclencher l’engagement et le partage des contenus. J’en conviens et je ne rechigne pas à employer la méthode.

Pour autant, il y a un moment où la « popularité relative » fait que nous frisons l’overdose de tags. Non ? Mais surtout, il me semble que le taggeur choisissant forcément dans son premier cercle (c’est d’ailleurs indispensable dans le dispositif tactique évoqué), et qu’il y a là un risque de consanguinité. N’est-ce pas cher Philippe ?

Alors, allons-nous succomber à la tendance du tag ? Devrons-nous bientôt sortir de nos cercles ceux qui ne nous taggent pas en retour, à la manière du follow / unfollow, le tag / no tag deviendra-t-il un outil de croissance de communauté ? Pourquoi pas !? Il me semble que si je tagge une personne, j’aimerais aussi qu’elle le fasse au moins de temps en temps…

NON ! Après réflexion, ne rien attendre en retour est la seule éthique tenable ! Je tagge pour signaler un contenu qui peut intéresser la personne et lui apprendre quelque chose. Si elle me répond, si elle sort de son silence d’observation, je lui exprimerait toute ma gratitude. C’est elle qui en s’exprimant, fera preuve de générosité. Après tout, le taggé ne sous a rien demandé ! Il ne vous a jamais autorisé à mentionner son nom, son compte social dans vos propres contenus. Sur Twitter par exemple, la pratique devient vite insupportable… Faut-il en conséquence, interdire aux autres la possibilité de nous mentionner ? La liberté et les respect de l’autre devraient nous guider et nous inciter à la modération… Question de bienveillance.

Alors agissez ! #ahahah ! Tagger qui vous voulez mais surtout n’exigez rien de ceux que vous aurez ainsi mis en lumière sans leur demander leur autorisation.

Et sinon, suivez Philippe ! un jour il vous taggera peut-être ! #oupas

Cette entrée a été publiée dans : Intuitions

par

CEO Eforbrands Consultant / Speaker / Formateur / Auteur du Marketing Emotionnel Fondateur du Club du Marketing Emotionnel - Intervenant pour l'ESSAC, le MSc MBA Inseec Paris et Sup Career en relation client, inbound marketing et stratégies de fidélisation. Auteur des livres : Tout savoir sur Le Marketing Emotionnel aux Editions Kawa - nov 2013 La Fidélité, du chaos à la zone de confort aux Editions Kawa - Janv 2017 Fondateur de LePartenariat et Eforbrands Rédacteur du blog du partenariat et du blog marketingemotionnel.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s