Intuitions
Laisser un commentaire

C’était mieux la première fois non ? #nostalgie #confinement

En y repensant, je me demande si je n’ai pas préféré la première fois ! Toujours ? Ce moment où tu te souviens de ce que tu a fait hier, il y a quelques semaines ou 10 ans plus tôt, et où tu ressens une émotion qui fait chaud au coeur, est-il réel ?… La nostalgie de nos souvenirs d’automne, serait un bon conseil pour créer plus d’engagement autour de vos communications, de vos contenus de marque. Pourquoi pas ! Ça nous permet en effet, d’imaginer ce que l’autre a vécu hier, et de se remémorer ce que nous faisions au même moment de notre vie. Où étions-nous, qui était là avec nous, que reste-t-il de ces instants passés ?

Et dans ces premiers jours d’un nouveau confinement, il semble impossible (à nouveau) de ne pas jouer à cette comparaison temporelle. Etait-ce mieux la première fois ? Pourquoi pensons-nous que ce sera différent cette fois-ci et surtout que cela sera pire (ou moins bien selon notre degré de positivisme résolu) ? Alors si tu en es là, toi (ou dois-je t’écrire toi aussi), cher.e lectrice.teur, je vais te raconter une histoire. Veux-tu ?

Depuis hier, j’ai redécouvert un talk absolument génial de Seth Godin. Il date de 2017, d’un temps déjà lointain, mais le revoir aujourd’hui me procure un plaisir extraordinaire. Et surtout il me semble tellement adapté à la situation et à la journée qui voit les USA au bord du changement, et nous au bord de sombrer dans le déni alors que nous devrions célébrer la gentillesse. Ecouter Seth est un réel bonheur. Il est incroyablement pertinent dans ses mots comme dans ses choix d’image, et son talk est empli d’une telle énergie qu’il nous transporte ; bref c’est un vrai leader !

Que faut-il en retenir pour se préparer à demain ? Make art est le mot d’ordre de Seth en direction de tous et particulièrement de ceux qui font du marketing. Or être un artiste, ce n’est pas copier ce qui a déjà été fait par d’autres. Un message clair pour contrer l’effet nostalgique qui s’empare de nous un peu trop souvent, comme la madeleine de Proust nous renvoie à la tendresse enfouie dans nos mémoires. Je souscris depuis longtemps à cette philosophie, en ce sens que je tente de produire et de proposer une vision différente, souvent impertinente des marques et de leur actions. Pour quel bénéfice ? Et là, tu comprends que ta seule motivation est de faire en sorte que tes actions, tes prises de parole puissent changer en mieux la vie des gens (à qui tu t’adresses – et non pas pour tout le monde, restons humbles). Or justement, il arrive que cela marche et il arrive parfois aussi, que ton client revienne en arrière, comme avant, là où il était tranquille pas forcément épanoui ni heureux mais rassuré par ce qu’il connaissait hier.

Leçon 1 : Ne pas écouter ceux qui vous disent que vous n’êtes pas assez bon pour être un artiste (du marketing) !

Combien de fois, on m’a répondu, « oui mais ça c’est bon pour Décathlon ; nous sommes une petite marque et notre business est très différent »… Ah bon ?Crois-tu vraiment que ta marque, ta boite ne pourrait pas devenir « préférée » par ses clients et ses collaborateurs ? Et qu’elle ne pourra pas, n’osera pas proposer une expérience client hors norme, et une récompense de la fidélité inédite et incroyablement généreuse, sans lien avec leurs achats ? Je crois que tout comme on devrait s’inspirer d’Apple, on doit revendiquer la capacité à innover et à surprendre, y compris lorsque nous sommes des nains au milieux des géants.

Leçon 2 : Imaginer et créer le marketing de demain en étant présents ensemble.

C’est la clé de la réussite : l’intelligence collective. Sans audience, sans co-équipier, sans inspiration venant de l’extérieur, sans observation continue des comportements et des conversations des clients, il sera très compliqué d’être innovant. En réalité, et je pense ici en particulier à Alexandre qui s’interroge sur la stratégie à suivre pour mener à bien un programme ambassadeur pour une entreprise (BtoB #oupas), il faut accepter d’être inspiré par les autres. C’est crucial et contre intuitif dans le mode actuel où chacun prétend savoir ce que les autres devraient faire. Je ne présente pas de recommandation, j’élabore une proposition issue (engendrée) des échanges et des insights partagés avec mon (mes) client(s). C’est un autre état d’esprit. Celui de ses peintres qui se côtoyaient tous les jours, qui s’admiraient, qui se respectaient pour leurs talents, et qui pour autant, proposaient tous quelque chose de totalement différent. Au lieu d’exiger des autres qu’ils fassent ce que vous souhaitez, peut-être est-il temps de tenter de les inspirer à faire ce qu’ils veulent…

Leçon 3 : Partez à la recherche de votre tribu.

Il ne s’agit pas de cibler ou de définir des personae, finalement. Il s’agit d’être le leader d’une tribu (relire Tribes de Seth Godin). Or certaines tribus sont existantes depuis des dizaines d’années. Certaines rassemblent des gens complètement différents, de tous types, de toutes origines ou de niveaux de revenus, bien au-delà de considération de genre et d’âge. Ce n’est pas la nostalgie mais l’amour qui forment les tribus et qui les incitent à partager une culture commune. Or les humains n’aiment pas ce qui tout juste moyen, dans la moyenne, ou. dans la norme. Les humains aiment l’art. Ce qui les surprend, ce qui les choque, ce qui les perturbe, ce qui est extraordinaire. La tribu est un esprit de groupe qui anime tous ceux qui aiment et croient la même chose. IL existe des tribus aussi diverses que celle de Harley Davidson ou du Slip Français. Là encore, la taille ne compte pas vraiment. En tout cas, pas au départ. Votre marque doit créer cette tribu et laisser la force des connexions sociales faire le reste (relire The tipping point de Malcom Gladwell) .

« That thing you are making, does my life get better if I talk other people about it ? Because if it doesn’t, why on earth would I talk to anyone about it ?… Give people a reason to talk about what you do… » Seth Godin

Leçon 4 : Trouvez ces gens qui sont comme vous (et qui aiment ce que vous faites)

En réalité, définir son audience n’est pas vraiment possible. Le pouvoir d’aimer ce que vous faites appartient à chacun ou à personne. Et la force du discours de Seth sur cette vision du monde, est justement dans l’acceptation qu’il est inutile de chercher à convaincre des gens qui ne voient pas le monde comme nous. Il est beaucoup plus efficace de leur montrer ce que nous faisons différemment des autres (marques), en quoi nous sommes remarquables. Etre remarquable c’est entrer dans la conversation de ceux qui vous trouvent remarquable. Mais pas au sens de la bizarrerie, du fun pour le fun, mais davantage dans ce que cela crée comme valeur pour eux. Car lorsque vous partagez quelque chose, c’est parce que vous pensez pouvoir aider autrui. Vous êtes, vous aussi, un animal social. Or si je suis parfois tenté de parler du même sujet (tendance sur twitter) que tout le monde, c’est alors pour être comme tout le monde et donc invisible. Si au contraire, je parle de quelque chose que l’autre ne connait pas, alors je partage avec lui une connaissance, un savoir, une découverte, et je ressens un fort sentiment d’utilité. Bref, je suis social et j’aime ça !

C’est ainsi que vous avez appris quelques trucs du marketing selon Seth. D’ailleurs, le marketing est pour Seth, notre capacité à proposer quelque chose qui change positivement la vie de ceux qui sont comme nous, dès le début de l’histoire. Si vous êtes comme moi, je vous remercie de transmettre le message que le marketing pourrait être romantique (au sens de l’impertinence et de la beauté du geste). Sinon, vous ne m’aurez pas lu, et ce n’est pas grave…

Etes-vous prêts pour changer de marketing ? Pour revoir tout ce qui concerne votre marque, votre expérience client et la force et la qualité de la relation affective que vos clients ont envers elle ? Pas encore ?… Ah !

Alors vous ne serez jamais prêt.e et lire ce blog ne peut pas vous aider. Pas davantage que de travailler avec EforBrands. Vous pensez surement que c’est trop tôt, que ce n’est pas votre priorité, que vous avez d’autres enjeux. Et pourtant d’autres que vous on osé ce changement… Ils ne sont pas nostalgiques pour autant ! Ils aiment penser que demain c’est aujourd’hui.

Demain sera toujours plus beau qu’hier. A tout de suite !

PS : si tu souhaites écouter ce talk sublime de Seth Godin, voici le lien vers Youtube : https://youtu.be/rdUeq09cGJ0

Cette entrée a été publiée dans : Intuitions

par

CEO Eforbrands Consultant / Speaker / Formateur / Auteur du Marketing Emotionnel Fondateur du Club du Marketing Emotionnel - Intervenant pour l'ESSAC, le MSc MBA Inseec Paris et Sup Career en relation client, inbound marketing et stratégies de fidélisation. Auteur des livres : Tout savoir sur Le Marketing Emotionnel aux Editions Kawa - nov 2013 La Fidélité, du chaos à la zone de confort aux Editions Kawa - Janv 2017 Fondateur de LePartenariat et Eforbrands Rédacteur du blog du partenariat et du blog marketingemotionnel.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s