Afterwork Emotionnel
Laisser un commentaire

Pourrait-on se passer de data pour communiquer ? #oupas

Hier soir le débat a été animé. Hier soir, nous étions à l’écoute de deux spécialistes du numérique et des contenus, à la croisée de l’information et de la communication. Hier soir, nous avons réagi et conversé autour des propos exposés brillamment par David Lacombled et Fabrice Frossard.

David est le patron de la Villa Numeris, un think tank, dédié au numérique mais c’est aussi un ancien dirigeant d’Orange, chez qui il a développé différentes plateformes de contenus, du site à la chaine tv. Alors quand il nous rappelle d’où nous venons : »tu te souviens de Netscape ? » et où nous en sommes « peut-on vraiment se passer de Google ? », il évoque à la fois émerveillement nostalgique et acceptation de notre futur. Nous les humains munis de smartphone, nous avons très vite modifié nos habitudes, nos comportements et nous sommes devenus émetteurs de Data en continu. Nous la consommons tout aussi goulument à chaque instant. Ce qui perturbe nos relations sociales, impacte notre vision du monde, quand désormais, nous attendons de tout et de tout le monde qu’ils soient aussi performant dans l’expérience et dans l’usage de nos données que l’est Amazon.

Se pose ainsi le problème de l’accès à la data, et par conséquent de la gratuité de nos informations personnelles. Surveiller nos moindres faits et gestes, détecter nos visites sur tel ou tel site internet, stocker nos paramètres vitaux ou nos itinéraires, a-t-il un sens ? Si la gratuité de la data est un enjeu, il y a de l’autre côté de la balance note aversion à payer pour obtenir une information de qualité. Durant nos promenades en forêt, comprendre ici notre lecture d’un journal (oui il est encore possible de tourner des pages et de tomber sur un magnifique article explorant auprès de passionnés les techniques de la chasse au papillon en Ardèche – n’imagine pas me demander pourquoi c’est l’Ardèche que j’ai choisie au fond de mon cerveau pour t’emmener quelque part sans que tu ne t’en rendes compte… secret de conteur d’histoire), nous sommes sélectifs et imprévisibles. Or le journal, comme la forêt, est peuplé de ces bosquets romantiques où tu irais bien gambader par hasard, mais aussi d’une allée fréquentée traversant de la Une à la météo du jour ces informations que tu aurais pu trouver ailleurs et qui se ressemblent un peu trop. Note que c’est ce courant principal que l’on discute dans les chaumières, alors que la beauté de la vie tient au désir de l’égarement, de la découverte de ces endroits qui auraient pu rester inconnus pour toujours.

Oui David croit en un avenir ouvert. Je dois te dire que j’aime le suivre sur ce chemin. Il est convaincant lorsqu’il explique à nos invités perplexes que si nous avons abandonné certains acteurs pourtant incontournables du digital, c’est pour aller vers des propositions plus ouvertes, moins balisées et sans doute aussi moins enfermantes.

Ah non ! Fabrice en revanche n’est pas séduit par cette analyse. Lui qui voyage dans l’univers du digital et de la technologie depuis 30 ans (en tant que journaliste puis de conseil), n’y croit pas. Tout ce qui a voulu être ouvert, nous a en réalité, enfermé dans des univers dont nous ne pouvons plus sortir. Pourrions-nous sortir des GAFAM ? Pas évident. Mais si nous n’étions pas subjugués par les outils qui utilisent la data, si nous n’étions pas tant portés par une obligation de résultat lorsque nous communiquons, sans doute pourrions-nous retrouver une liberté, une créativité humaine qui semblent hors de portée aujourd’hui. Plus de 8000 outils consacrés à la data à l’usage des marketers, donne le tournis à toute l’assistance bien au chaud dans ce joli bistrot parisien. Pour quoi faire ? Pour savoir quoi ? La connaissance client, érigée en graal du marketer du 21ème siècle, en quête impossible à la limite de l’imposture, peut-elle justifier ce délire collectif ?

Après tout, c’est de notre responsabilité de communicant, nous rappelle Fabrice le sceptique. La communication d’aujourd’hui, n’est autre que la propagande d’hier ! Storytelling, influenceurs, social selling, data driven marketing, ne sont que des mots créés pour propulser de nouveaux outils et des marchés de solutions à destination d’une population à court d’idée. Ouille ça pique ! Et finalement, la Data est exploitée davantage pour tenter désespérément de prouver une efficacité dans nos communications que pour comprendre la nature ou la qualité de nos relations, de nos actions d’humains consommateurs et acteurs du monde.

Je ne vais pas tout te dire ici. Mais la question se posait hier soir de trouver la ligne de crête entre data pour savoir et data pour comprendre. Communiquer pour faire savoir ou communiquer pour se faire comprendre ?

Tu imagines que nous avons continué à tanguer d’un bord à l’autre tard dans la soirée, chauds comme des Data Lake amazoniens, à peine rafraîchis par un verre de Saint Amour ou de Côte Mâconnaise.

Tu pourrais trouver quelques traces numériques de cet #AfterEmotionnel ici ou là. Je t’invite à commenter nos échanges et à entrer en contact avec nos intervenants inspirés. C’est une communication qui se veut ouverte par nature. Profite !

Merci à vous toutes et tous !

PS : si tu souhaites rejoindre les prochains #AfterEmotionnel, c’est par là : https://marketingemotionnel.com/le-club/

PS2 : à peine avions-nous écouté les propos éclairés de David et Fabrice, que nous échangions nos données joyeusement d’un Scan de compte Linkedin à un tweet amusé ! Viva la Data ! 😉

Cette entrée a été publiée dans : Afterwork Emotionnel

par

CEO Eforbrands Consultant / Speaker / Formateur / Auteur du Marketing Emotionnel Fondateur du Club du Marketing Emotionnel - Intervenant pour les MSc MBA Inseec Paris et l'ISCOM en marketing émotionnel, stratégies de fidélisation, relation client... Auteur des livres : Tout savoir sur Le Marketing Emotionnel aux Editions Kawa - nov 2013 La Fidélité, du chaos à la zone de confort aux Editions Kawa - Janv 2017 Marketing ZERO avec Philippe Guiheneuc, chez 1min30 publishing - juin 2021 Fondateur de Eforbrands et de LePartenariat Rédacteur du blog marketingemotionnel.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s