Mois: mars 2019

Boeing ou le crash de la confiance ? #737Max

Evidemment la chute est brutale ! Par respect pour tous ceux qui sont victimes d’un accident d’avion, il convient d’être prudent avec les mots qu’on emploie… Pour autant, ce matin, un monsieur racontait comment son avion avait été secoué dans le ciel, ce qui lui avait réellement fait peur. L’anecdote repris un peu de légèreté lorsqu’il ajouta que l’on ne pouvait rien y faire, il faut bien garder confiance dans les capacités de l’équipage à maintenir l’avion en vol, et attendre que cela passe. Coïncidence aggravante, ce monsieur  a découvert à peine posé sur la piste, une vidéo fake news tournée dans un avion en plein crash, et présentée comme celui du malheureux Boeing éthiopien. De quoi ressentir comme un frisson mortel coulant lentement le long de son cou serré par le col de sa chemise… bref ! Dimanche, je prends un avion qui aurait tout à fait pu être un 737 Max… Dois-je douter de la confiance que j’ai toujours eu en parcourant le monde entre les nuages ? Comment ne pas penser que …

Alerte ! Des algorithmes prétendent lire mes émotions sur mon visage ! #ausecours #AI

Mon ami Jean-Philippe (@jcunniet ) me signale un excellent  article (merci !) paru dans The Guardian, a propos des développements de la reconnaissance faciale, et du traitement par des algorithmes des expressions sur notre visage. Sans surprise, nous avons là, la confirmation qu’à force de scruter des millions de visages dans le monde, une machine pourrait reconnaître, voire détecter les humeurs basiques de passants ou de clients. La peur, la colère, peut-être aussi le dégout ou la tristesse seraient bien lisibles quant nous les ressentons. Des chercheurs, une entreprise spécialisée (Affectiva), publient de nombreux messages pour promouvoir leurs avancées et clament une amélioration décisive de la pertinence des machines, après un long apprentissage. Or, le médicament britannique nous prévient, il n’en est rien, ou presque ! En effet, les biais cognitifs sont encore énormes, les différences culturelles également et au final, appliqué à un individu unique, la performance de la machine reste très aléatoire. De mon côté, je m’étonne que l’on ne puisse analyser les deux émotions positives basiques que sont la joie et la surprise. …

Quand des marques italiennes nous prennent pour des jambons ! #mochemarketing

Comme beaucoup d’entre vous, je prends le métro plus souvent que je ne suis invité à une party avec Roger Federer ! C’est dommage peut-être, même si j’aime bien l’idée qu’il y aurait plus de gens intéressants à rencontrer dans les rames RATP traversant Paris que dans un villa suisse. Mais Roger, que j’admire depuis quelques années déjà comme phare incontestable du tennis mondial, nous invite à découvrir sa cuisine, celle où il s’est mis en tête de réaliser pour ses convives un plat de pâtes. Sympathique non ? Oui Roger est un influenceur du monde du tennis, une icône célébrée dans le monde entier et qui refuse de s’arrêter de jouer, attisant les regrets et la jalousie de tous ces jeunes besogneux qui n’ont pas le début d’une once de son talent. Mais peut-il nous aire aimer les pâtes ? Quand aurions-nous vu un type élégant comme un suisse bien élevé, sortir de la poche intérieure de sa veste un paquet de Barilla ? Je ne sais pas si tu sais cuisiner, cher Roger, …

Et si demain il vous manquait une page ? #8mars

Anticipation de la Journée Internationale consacrée aux droits des femmes, les communiqués de presse de marques arrivent en masse et certains me laissent songeur. Comme tous les ans, je m’interroge sur la sincérité d’une marque ou d’un homme qui consacrerait une journée sur 365 pour s’émouvoir du droit des femmes. Est-ce cela l’engagement ? Et puis je découvre une marque, résolument féminine, qui a préparé une campagne instructive et plutôt bien racontée : Saforelle. Alors, est-ce vrai ce discours sur l’ignorance partielle ou totale du sexe féminin ? A notre époque ou tout le monde se rue sur le porno dès la puberté, les femmes sont-elles dans la méconnaissance de leur propre anatomie ? (je m’abstiens de poser la question aux hommes… dont je suis… ce serait par trop imprudent !)… Je crois qu’un contenu de marque doit être engagé et raconté. Tu le sais, cher.e lecteur.trice. Mais je crois aussi qu’un contenu doit nous apprendre quelque chose et nous émouvoir, afin de provoquer chez nous deux réactions émotionnelles : l’envie d’en savoir davantage et …

Tagge moi ou je te quitte ! #lovefirst!

Je me rends compte à l’instant que je suis taggé dans un post produit par l’intrépide et malicieux Philippe ! Qui lance d’ailleurs le sujet en se taggant lui-même puis en prenant à parti son compère Loïc et à sa suite une ribambelle de personnes sociales et engagées dans le Social Selling ou le Professional Branding… Excellente démonstration de l’efficacité du tag bien pensé et finement dissimulé sous une dose d’humour belge que l’on pourrait qualifier de second degré. Comme ils sont tous nominés en puissance pour les prochains César que le duo sus-cité produit régulièrement, toutes ces gentilles personnes ont d’un seul élan, pris soin de tagger d’autres camarades. Une chaîne de tag est en cours de propagation… Jusqu’où s’arrêtera-t-elle, comme diraient les Nuls ? Tagger semble donc une forme de générosité sociale. C’est, après étude des algorithmes des réseaux sociaux, une excellente tactique pour déclencher l’engagement et le partage des contenus. J’en conviens et je ne rechigne pas à employer la méthode. Pour autant, il y a un moment où la « popularité relative » …