Jour: 18 juin 2013

Perception et connaissance

C’est un sujet de philo non ?.. oui en fait, c’était même celui du Bac dans la section ES cette année. Mais c’est un sujet crucial dans la relation client et j’ai eu le plaisir de partager quelques idées avec mes étudiants. Oui c’était une forme de partage, la seule qui puisse éventuellement rendre le débat comme mes propos intéressants. Pourquoi ? Percevoir un client, c’est faire appel à ses sens, à son intuition, au courant qui passe, au feeling (cf la traduction de ce mot anglais). Le connaître, c’est autre chose ; c’est avoir compilé des informations, enregistré des données plus ou moins personnelles et professionnelles, des « caractéristiques » dont nous aimerions qu’elles soient quantifiables (c’est tellement plus facile pour notre ordinateur d’avoir à travailler sur des chiffres). Il se trouve que lorsque nous partageons, lorsqu’une relation est harmonieuse, c’est sans nul doute que notre perception complète notre connaissance ou l’inverse (à propos d’harmonie, pour ceux qui font de la musique, vous conviendrez que si la structure musicale est connaissance et mathématique – donc scientifique, …