Tous les articles classés dans : mes étudiants ont des idées !

Inbound Marketing et marques de luxe : débriefing 2015 !

Ca n’arrive pas assez souvent ! Voilà ! J’adorerai publier davantage d’articles dans ce blog pour mettre en avant la créativité de mes étudiants… Challenge ! Bref ! J’ai vraiment envie de les féliciter, ceux qui ont osé me proposer autre chose qu’un sempiternel résumé de la présence digitale d’une marque dans quelques pages recyclées, et qui, je vous l’avoue ici, m’ont ébloui ! Oui c’est parfaitement possible ! Oui j’aime rire, et m’émerveiller comme un gamin devant des idées et oui je crois avoir une certaine capacité à reconnaitre le talent chez les autres… Mais de quoi parlons-nous ? Inbound Marketing et marques de luxe. Où en sont-elles ces marques qui nous font rêver, qui nous séduisent tant ou si facilement ? Ont-elles recours à ces techniques, comment font-elles venir à elles internautes et consommateurs ? Ont-elles compris tout l’intérêt d’une parfaite maîtrise des canaux digitaux ? A la lecture des dossiers rendus, on serait tenté de répondre positivement à ces questions. En tout cas, l’unanimité se dégage pour faire de Chanel, la marque …

Marque clivante et fidélisation ? #therewillbehaters (for sure)

Un long week-end de Pâques, heureusement fourni en lapin et oeufs en chocolat, s’achève… Je me demande pourquoi mes étudiants ne se sont pas intéressés plus que ça, au sujet « pourquoi être une marque clivante peut favoriser la fidélisation des clients ? »… Oui pourquoi ? Pourquoi tant de légèreté dans les réponses ? Pourquoi se contenter de me résumer bien gentiment les deux articles parus et visibles traitant des avantages pour une marque à diviser l’opinion entre « ambassadeurs » et « détracteurs », entre « fans » et « haineux » ? Pensaient-ils que je n’avais pas lu, ou pas trouvé ces 2 sources (au point que certains n’ont pas eu l’honnêteté de les référencer dans leur maigre dossier) ? Folle erreur de jeunesse de considérer que l’autre (en l’occurrence le prof, moi…) n’y verra rien ! bref ! Oui, il y a des avantages à être une marque qui divise et certains de ces avantages peuvent conduire à la fidélité des clients qui partagent les valeurs de la marque, y compris dans l’extrême. Lesquels ? Non pas de faire du buzz, …

Cédric Villani : rencontre avec un mathématicien émotionnel

De l’audace, toujours de l’audace ! C’était mercredi et j’avais réellement envie de me retrouver en face de ce mathématicien français qui veut redonner le goût des maths à ces concitoyens. Une réunion à l’Institut Henri Poincaré sur les mathématiques de l’émotion, à laquelle m’avait invité un autre Henri (merci mille fois) et qui était présentée par SearchXpr, entreprise qui étudie les comportements des internautes sur les sites e-commerce pour améliorer la recommandation par une offre mieux adaptée. Passionnant ! Comment peut-on réussir à modéliser, à construire des corrélations significatives à partir des clics sur une page, de l’utilisation de la souris ou du temps d’errance de chaque visiteur d’un site ? Les mathématiques permettent non seulement à Google ou Amazon, d’améliorer la réponse à une requête, voire d’anticiper la réponse, mais aussi d’upgrader, d’enrichir le modèle en dynamique, de sorte que son fonctionnement progresse au rythme des expériences interactives avec nous. L’intelligence artificielle aux commandes de notre vie, n’est-ce pas effrayant ? Non, me répondra Cédric, parce que nous ne sommes pas capables de modéliser les interactions humaines …

Pourquoi faut-il être (toujours et encore) debout pour parler aux autres ?

Les étudiants sont un public fascinant (le plus souvent) et je tiens à nouveau à les remercier d’être une source d’inspiration. Dans ma réflexion marketing, j’ai cette semaine eu le plaisir d’entendre Christophe Duhamel, le CEO de Marmiton, me dire que sa mission est depuis l’origine de créer des liens entre les internautes (et aussi lecteurs) clients de Marmiton, entre tous ceux qui partagent la cuisine. Aussi vrai que la mission de Harley Davidson serait de créer des liens entre les passionnés de moto en version freeriders de tous les pays. A peu de chose près, c’est aussi la mission de l’enseignant ou du marketer que je suis : créer du lien, donner envie de partager ! Alors cette semaine, quand je lis dans HBR France que le potentiel est enfin considéré comme primordial au moment de choisir un collaborateur d’une entreprise, que cela prime sur l’intelligence et les compétences, j’ai envie de me lever (et même de bonne heure !). Oui, les qualités que ce potentiel cristallise sont la curiosité, la perspicacité, l’engagement et la détermination. …

Et si vous demandiez à votre client de se déshabiller ? (vive l’été via @Dim_zen)

Ce cher Nedim me renvoie aux années 60 ce matin lorsque je lui fais remarquer que révéler son intimité demande une certaine confiance, à mon sens bien supérieure à celle induite par le partage ! Comme il a raison ! ‘Se mettre à poil’, comme d’ailleurs la libéralisation des moeurs, remonte en effet à cette folle période qui ont vu les USA imprimer une réelle révolution dans la relation humaine et particulièrement sur la place de la sexualité et de la relation amoureuse dans la vie quotidienne. Woodstock revival ! L’émancipation des femmes est d’ailleurs à situer post seconde guerre mondiale (on rappellera qu’en France le droit de vote des femmes date de 1945, de 1974 au Portugal et de 1999 au Qatar), comme en atteste le droit de travailler sans avoir à demander l’accord de son mari, acté par la loi française en 1965 seulement ! Alors qu’en est-il de l’effeuillage, du strip-tease ? D’après Wikipédia, cette parade ou danse langoureuse, apparaît en France au tout début du 20ème siècle et investit rapidement les cabarets parisiens, s’attirant les …

Faut-il réviser ce que l’on a déjà vu ?…

Une question d’actualité en ce dimanche gris et humide (dans le région parisienne) que j’aimerai aborder avec tous ceux qui espèrent découvrir ici les réponses à leurs interrogations à venir. Pourquoi réviser ce que l’on sait déjà ? Réviser, c’est envoyer une deuxième fois (ou une multitude de fois) la même information à notre cerveau. N’est-ce pas étrange sachant qu’il est parfaitement capable de l’enregistrer, et qu’il l’a d’ailleurs forcément fait, sans quoi il ne nous aurait pas renvoyé la conscience de cette information… Autrement dit, si j’ai fait attention la première fois que j’ai été soumis à une information, celle-ci est enregistrée dans ma mémoire. Tout le problème alors, est de la retrouver plus tard ! Comment aller chercher la bonne information, dans un magma de données ? Fatiguant non ? On dirait une question de Big Data… L’idée principale est que nous pourrions accéder aux informations rangées quelque part au fond de notre cerveau, en ayant associé cet enregistrement (cette data) à une émotion (si possible positive mais pas essentiellement). Ainsi je n’ai …

Happy Chandara : quand les marques s’engagent pour l’éducation des jeunes filles

Tout commence toujours par une rencontre ! Vous le savez tous… Je reçois aujourd’hui un communiqué de presse pour annoncer un partenariat entre Chantal Thomass et Delacre (une belle marque de biscuits) au profit d’une ONG lancée par la journaliste Tina Kieffer et dénommée : toutes à l’école. Inspiré par cet engagement fort d’une marque alimentaire qui tient à démontrer des valeurs humaines que nous partageons, et à expliquer pourquoi l’accès à l’éducation est essentiel à l’épanouissement des femmes mais aussi à l’amélioration des sociétés en général, je décide d’y consacrer un article sur le blog du partenariat. Or il se trouve que dans le même temps, je lance (en partenariat) avec certains étudiants un blog destiné à promouvoir des conférences pour une école dans laquelle j’interviens (Sup Career); et surprise, magie de la rencontre, l’un d’entre eux est allé sur place, au Cambodge, et a réalisé un très joli reportage vidéo que j’ai adoré !… Alors regardez vite sa vidéo et vous comprendrez pourquoi l’engagement est indispensable aux humains  d’abord, et donc aux marques qui …

L’émotion et l’attention au coeur de la stratégie digitale : retour sur la conférence Sup Career

Quelle belle conférence ! et surtout quel public attentif et même participatif ! Il est urgent de remercier tous les participants à cet échange entre professionnels du marketing interactif et étudiants du master 1 Communication de Sup Career : merci donc à Fabien Denais et Christophe Bléret venus nous expliquer la stratégie digitale et le community management de la banque Crédit Agricole, merci à Alexandre Le Texier et Nicolas Delattre, de Perception Média, qui nous ont fait la démonstration de l’importance de l’attention et de l’émotion dans la perception d’un message ou d’un contenu, enfin merci à Anaïs Bon, Community Manager free-lance qui présentait le principe du partage comme lien social dans une communauté qu’elle soit inspirée par le co-voiturage ou le prêt d’objets, ou animée par l’engagement des fans ou des followers sur les réseaux sociaux . Mais de quoi avons-nous parlé hier et encore aujourd’hui ? Quels contenus resteront dans les esprits, quels ressentis seront exprimés par les uns et les autres ? Sur quoi s’est portée notre attention au fil des présentations …

Second lives : et si les marques nous aidaient à être responsable ?

Décidément les initiatives de Coca-Cola sont des sources d’inspiration pour beaucoup de marketers. Aujourd’hui, je vais d’ailleurs chez eux pour un gros projet de partenariat… Et hier, Romain m’a fait découvrir cette vidéo diffusée pour l’Asie par la marque la plus aimée au monde. « La société propose une panoplie de 16 accessoires qui se vissent sur le goulot d’une bouteille en plastique Coca-Cola et qui permet d’obtenir un objet ludique et amusant. Il est ainsi possible de créer un pinceau de peinture, un spray pour arroser ses plantes, un pistolet à eau, une haltère, une lumière, un pote à sauce, etc… Il s’agit d’une campagne publicitaire lancée au Vietnam (Asie). » Une belle idée non ? Merci Romain !

Personal branding : parler de soi est-il intéressant ?

Suggestion (de Joy) retenue pour cette 200 ème note sur le blog, je reviens ici sur quelques idées clés dans ma vision d’un marketing centré sur les autres, en la transposant au projet de construire sa propre marque sur sa personnalité, sa personne. Est-ce indispensable de se transformer soi-même en marque ? Pourquoi le faire ? L’idée de départ est d’affirmer la différence, de revendiquer une originalité ou a minima une individualité, des valeurs qui pourraient se révéler décisives dans l’opportunité d’une collaboration professionnelle. Ce principe est également une réponse à la situation de l’emploi, puisque 80% des postes sont pourvus sans qu’aucune annonce ne paraisse, chiffre qui devrait d’ailleurs continuer à progresser tant les réseaux fonctionnent bien. Tout le monde vous l’a déjà dit : il faut impérativement se construire un réseau ! Ca commence dès les bancs de l’école ! Oui mais comment se développe les connexions et qui accepterait d’être une relation (professionnelle), voire de vous recommander. Comment obtenir qu’on vous ouvre des portes si souvent fermer pour les autres ? 1) La …