Jour: 12 mai 2013

Le plaisir et la fidélité

Il est important de comprendre que le plaisir est éphémère. Ainsi lorsqu’on doit évaluer si le plaisir est essentiel à la fidélisation, on affirmera que le plaisir du client est un moteur de décision, un sentiment fugitif qu’il éprouve dans la réponse à une envie, un désir le plus souvent irrationnel. Naturellement, il éprouvera plus de plaisir à l’achat d’un pot de Nutella que pour celui d’un paquet de lessive ou de son pass Navigo ! La question n’est pas là. Elle se situe autour du pourquoi le client renouvelle le même achat, et s’il le fait avec envie, par préférence pour une marque (ou un produit) ou par simple habitude. Bref, ressent-il ce plaisir dans sa fidélité ou est-il victime du marketing ? La fidélisation est un moyen marketing et un objectif majeur pour l’entreprise. La fidélité est un sentiment et une attitude, elle est décidée par le client ; elle est d’ailleurs exprimée et vécue différemment par chacun d’entre nous, ce qui peut donner matière à débat sur sa nature profonde oscillant entre …

Etre créatif, est-ce bien raisonnable ?

Il revient souvent dans les analyses a posteriori d’une stratégie marketing, que le ROI de telle ou telle action n’était pas évident et qu’il était encore plus difficile de prévoir son succès. Qui pour prévoir que les Tee-Shirt Evian Baby provoqueraient un tel engouement du public, au point que la marque lance cette semaine une application Smartphone qui permet de se projeter en arrière et de faire notre propre visuel (adulte-bébé) ? Qui pour nous expliquer la véritable ferveur créée autour des Oréo, biscuitas américains relancés par Kraft Foods en France en 2010 ? Qui pour justifier financièrement l’ouverture de boutiques éphémères à l’impact pourtant incontestable, comme celles de UGG aux Halles ou de Uniqlo lors de son arrivée en France il y a 4 ans à peine ? Tout le monde s’extasie de conférence en success story décortiquée par des experts, sur la folle créativité du marketing d’Oasis ou Michel et Augustin ? Parce que ces succès défient la logique, parce que les mêmes experts n’auraient sans doute pas parié un euro sur la réussite de concepts …