Mois: juin 2013

Why do we need to share our differences ?

« Lets share what makes us different because everyone can already see what makes us the same », wrote Simon Sinek yesterday. And that is certainly inspiring to me. Yes I agree that what makes us different is what we seek in each other, as a human been. But more connected to marketing goals, we should realize that the reason why a customer is buying any kind of product or service, is precisely because he thinks it is different ! So why would he share anything but the very different product he has founded ? Why would he even talk about (or write) something we all know to be common ? In the « Purple Cow » Seth Godin explained in 2002 (ten years already !) the your brand, your product need to be remarkable to survive, to exist and to be loved by consumers. He told us that to be successful we had to be remarkable ! How would we do that, by the way ? « Remarkable has nothing to do with the marketer. Remarkable is in the …

Pourquoi faut-il analyser les conversations de vos clients pour valider vos intuitions ?

Peut-on et doit-on vérifier nos intuitions marketing ?  Certes ce n’était pas le titre exact de la conférence Web Social organisée conjointement par Spikly et Crimson Hexagon, mais c’est l’interrogation qu’il m’en reste quelques heures après… Mais qui sont ces gens ? Une agence digitale qui nous explique par la voix de son DGA Thierry Picard, arrivé à peine en retard par la faute de la SNCF (tiens un sujet d’étude !…), que tout est devenu social sur le web (et même dans la vraie vie), et un bureau en phase d’ouverture à Paris d’une société américaine qui exploite un algorythme breveté, créé par des gens d’Harvard, et déjà commercialisé aux USA.  Le sujet est passionnant puisqu’il s’agit d’extraire enfin des informations exploitables d’une analyse des conversations (publiques) émises par la population concernée sur les réseaux sociaux. Un logiciel pour le Big Data ? Faut-il être expert de l’informatique pour y comprendre quelque chose ? Non, nous assure Philippe Pertin, qui a testé et configuré plusieurs requêtes sur des axes d’investigation totalement différents. Pour nous …

Le pouvoir de la vidéo dans le marketing

Instagram passe à la vidéo. Tout va-t-il changer à nouveau dans le marketing ? Faut-il repenser l’usage de la vidéo qui a pourtant abouti à la création de chaînes Youtube avec une réelle efficacité pour les marques, et à l’émergence de nouveaux acteurs dénommés les Youtubeurs ? Ainsi on constate depuis un mois environ que Vine a supplanté Instagram dans les tweets ; de là à en conclure que nous préférons la vidéo à la photo il n’y a qu’un instantané (cf les stats publiées ici). A ce propos faut-il vraiment s’extasier sur les créations artistiques des « amateurs » comme le font certains de mes confrères en ce moment ?… voir le blog du modérateur pour une sélection iconoclaste. Mais pourquoi somme-nous tellement « addict » de l’image ? Pourquoi les consommateurs sont-ils devenus multi-écrans ? Pourquoi partagent-ils plus facilement des images que des mots ? Par exemple, ceci est l’image qui a été la plus twettée à l’occasion du superbowl cette année… Une extraordinaire réactivité de la marque que les fans ont partagé dans leur tribu. Parce …

Why am I inspired by Simon Sinek ?

Jeudi dernier, j’ai terminé une session de cours avec des étudiants qui ont bien travaillé ! Oui, c’est possible de l’affirmer avant même que ne survienne l’heure du partiel. Pourquoi ? Parce que nous avons partagé des réflexions et des idées sur bien des sujets abordés autour du marketing client. Nous avons aussi réfléchi sur des problématiques d’annonceurs, des moyens de séduire les clients, de les amener à rencontrer la marque ou l’entreprise étudiée. Un cours interactif et vivant grâce à eux, appuyé par de nombreux exemples, des vidéos, des interventions de conférenciers TEdX et aussi quelques belles présentations de dossier !… Rien d’extraordinaire, me direz-vous ?… Et pourtant, ce cours est comme ce blog qui me permet d’exprimer ma « vision romantique du marketing » et qu’ils m’ont encouragé à publier, une source d’inspiration pour moi aussi. Il est d’ailleurs devenu une source de business, depuis que Max a repris un des articles sur son propre blog, m’incitant à prendre contact puis à le rencontrer, et à convenir ensemble que nous pourrions trouver des axes de …

Perception et connaissance

C’est un sujet de philo non ?.. oui en fait, c’était même celui du Bac dans la section ES cette année. Mais c’est un sujet crucial dans la relation client et j’ai eu le plaisir de partager quelques idées avec mes étudiants. Oui c’était une forme de partage, la seule qui puisse éventuellement rendre le débat comme mes propos intéressants. Pourquoi ? Percevoir un client, c’est faire appel à ses sens, à son intuition, au courant qui passe, au feeling (cf la traduction de ce mot anglais). Le connaître, c’est autre chose ; c’est avoir compilé des informations, enregistré des données plus ou moins personnelles et professionnelles, des « caractéristiques » dont nous aimerions qu’elles soient quantifiables (c’est tellement plus facile pour notre ordinateur d’avoir à travailler sur des chiffres). Il se trouve que lorsque nous partageons, lorsqu’une relation est harmonieuse, c’est sans nul doute que notre perception complète notre connaissance ou l’inverse (à propos d’harmonie, pour ceux qui font de la musique, vous conviendrez que si la structure musicale est connaissance et mathématique – donc scientifique, …

Send me a kiss…

Is that all we need ? Well, probably being able to send a kiss to someone we love anywere in the world would be a very sweet experience we’d love to share… So there it is with the help of Burberry and Google : introducing Burberry Kisses ! Now you just have to give your best kiss and be ready to receive kisses from people you might not hug at the moment but you’d wish to. What a romantic experience even if digital… Thanks to Burberry’s english way of sharing love. Emotional, personal and sharable !

L’avenir du marketing est-il scientifique ?

Après 2 jours passés sur le salon Time 2 Marketing 2013, après avoir assisté à quelques interventions sur le marketing du futur, le marketing digital, je m’interroge sur l’incertaine efficacité de la plupart des démonstrations. Disons tout d’abord que la foule n’était pas franchement au rendez-vous même si certains protagonistes ont fortement contribué à attirer un public pour le moins inégal. Mais tout de même… Soit les intervenants présentent leurs success story, le cas client qui donne des idées à l’audience sur ce qu’il faudrait faire, à condition de pouvoir appliquer la recette de cuisine à sa propre entreprise ou marque, soit ils tentent de nous projeter dans le marketing futuriste et technologique dont parait-il les consommateurs raffolent déjà. Dans le premier cas, je serai tenté de comprendre leur tentation; après tout puisqu’ils payent pour tenir une conférence, autant « vendre » leur prestation et donc raconter comment ils ont réussi avec leurs clients. Rentabiliser l’investissement, c’est l’objectif de tout prestataire ou exposant. Mais est-ce aussi le but du visiteur, de celui qui s’est déplacé pour apprendre …

Pourquoi les boss tweetent-ils ?

C’était une conférence formidable avec des gens formidables et même connus pour certains. C’était ce matin à l’Ecole des Mines de Paris, la salle se remplissait doucement d’un public fourni en devices (smartphone et tablette), prêts à tweeter le moindre propos, la plus originale des paroles que les grands patrons glisseraient dans leur intervention. A la tribune, des passionnés, des ambassadeurs du média social sur lequel tout le monde prend la parole, mais aussi des résistants, de ceux qui estiment ne pas avoir de temps à perdre dans des conversations ou avec des informations dont ils prendront connaissance si et quand cela vaudra le coup (et donc par d’autres moyens). Il faut souligner ici l’excellent travail des organisateurs et partenaires de cette conférence : Média Aces, Ipsos (pour l’étude quali) et Les Echos (pour l’animation de la table ronde par Nicolas Rauline). Alors pourquoi twetter ? Et aussi comment font-ils, comment ont-ils investis ce média, eux les patrons éclairés ? Pour y trouver de l’information, tout le monde en convient : Twitter est un outil …

Le Marketing disparaîtra-t-il au profit de la Relation Client ?

C’est une bonne question non ?.. Posé par Aurélien Cunin dans un article posté ce vendredi sur le blog Orange consacré à la relation client (à lire ici). Le on-line a modifié énormément de choses et les professionnels s’inquiètent de cette révolution, qui disent-ils, aurait désenchanté le consommateur dans sa relation à la marque mais aussi au magasin (au point de vente physique). Alors il deviendrait inutile de faire du marketing, de créer de la différence positive pour votre marque, si vous pensiez que le prix constitue le seul repère de vos clients… Vraiment ? Ce n’est pas ce que croit Aurélien Cunin, bien sûr, qui veut crier l’urgence de la situation, l’urgence de remettre de l’humain dans la marketing ! Comment ne pas le féliciter d’essayer d’ouvrir les yeux (et les consciences) des responsables marketing sur cette évidence que l’humain cherche de l’humain dans sa relation à tout ce qui l’entoure, de près ou de loin, et donc dans sa relation aux marques – témoin de son quotidien ? Afin d’éclairer sa réflexion sur …

FDJ : une entreprise qui partage son WHY

Charles Lantieri, président de la Fondation FDJ, le rappelle en ouverture du mag « Engagés » publié pour célébrer « 20 ans de partage », : « Aujourd’hui 9 français sur 10 considèrent que la mission des entreprises ne doit pas se limiter aux profits. 80% d’entre eux sont en effet convaincus que les entreprises doivent porter la responsabilité du progrès social, au même titre que les pouvoirs publics. La resonsabilité sociale est dans notre ADN. » Quelle plus belle illustration de ce principe érigé en manifeste que la journée « Mets tes baskets en entreprise » pour ELA (association européenne contre les Leucodystrophies) organisée jeudi dernier sur les 3 sites de l’entreprise FDJ ? L’année dernière les salariés porteurs d’un podomètre avaient fait quelques 6 millions de pas, qui s’étaient transformés en 40 000 euros de dons à ELA. Ont-ils fait mieux cette année ? Avec le soleil de retour à Paris cette semaine, ils étaient nombreux et joyeux sur la terrasse de l’immeuble de la FDJ à Boulogne-Billancourt, à s’essayer à différents sports. Athlétisme, ping-pong et aviron étaient à leur programme. …