Mois: janvier 2020

Le talent et les followers ? #influence #IMF20

Tu sais le talent, c’est le plus important ! Le succès ??… Ouais bien sûr mais tu es jeune, tu as le temps ! #ahahah Voilà ce qu’un ami a reçu comme message, comme une réponse à la fois dégoulinante de bons sentiments et ridicule d’arrogance. Car qui sommes-nous pour juger du succès des autres ? et pire encore pour décider que le temps passera et que le succès sera au bout du chemin, tout n’étant qu’une question de patience ? As-tu déjà entendu cette phrase, toi qui me lit ici, en imaginant que le succès (plus que relatif de ce blog) tiendrait soit au talent soit au temps passé ? J’espère sincèrement et avec empathie que non… Mais dans cet échange étrange entre deux twittos, ce qui me fascine c’est davantage la métrique, la mesure du succès qui sert semble-t-il de référence à celui qui se montre supérieur : le nombre de followers ! Et pour éviter toute méprise, oui je sais comme toi cher.e lectrice.teur, que l’engagement est plus représentatif d’une quelconque influence …

Avec De Funes et Zapata, vol au-dessus d’un nid de HEROs ! #EDFutur

Nous étions là dans une salle amphithéâtre bien remplie, un peu en surplomb d’une immense scène, sur laquelle se sont succédés des humains petits face à la technologie mais grands par le talent et le discours humaniste. Des héro.s nous avait-on prévenu, à l’image de ce que les chefs d’entreprise d’aujourd’hui et de demain sont et devront être, pour affronter la vraie vie et le reste… C’était beau ! C’était fort ! Etes-vous un HERO (Humain -Engagé – Révolutionnaire – Orchestrateur) ? Aussi, après un court passage du charismatique Olivier Mathiot, président de The Camp, après avoir été patron de PriceMinister, venu nous avouer qu’il y a un moment où l’entrepreneur doit se pencher sur la question du sens, nous avions hâte d’entendre Julia de Funès, et Franky Zapata (sans oublier le génial Garry Kasparov pour ceux qui ont cru savoir jouer aux échecs..). Je t’avoue cher.e lectrice.teur (et peut-être t’en souviens-tu ?) que je n’étais pas conquis d’emblée. Ni par l’un, ni par l’autre. J’avais envie qu’elle et il me prouvent que leur présence …

Influenceur tu seras ! #diplome #oupas

Hier vous n’avez pas pu ou pas voulu assister à un débat passionnant et totalement Out of Control comme dirait mon ami #Cyrille ! Tant pis pour vous ! Mais d’une part, il y a moyen de revoir l’intervention des quatre mousquetaires de cet #AfterEmotionnel S4E5 sur la page Facebook du marketing émotionnel (ici), et d’autre part, le débat qui avait débuté bien avant se poursuit aujourd’hui sur les réseaux… Alors première question,  avons-nous répondu à la question : faut-il créer un diplôme d’influenceur ? A la fois oui et non ! Car non, nous ne pensons pas que ce soit un métier pérenne et surtout très peu appuyé sur des compétences mesurables. C’est davantage un talent et c’est aux audiences de considérer que tel ou telle mérite davantage notre attention, à l’image des artistes ou des footballeurs professionnels. Le public décide de qui est un influenceur et se laisse #oupas influencer en conséquence…  Mais il est également probable que dans la foulée des formations « diplomantes » pour Community Manager, la tendance est à ce que …

Haribo contre Carambar ! Le marketing, ce n’est pas que pour les enfants !

Si comme beaucoup tu penses encore que les bonbons c’est mal, alors tu dois lutter en permanence contre l’incroyable arsenal de séduction que les géants de la friandise déploient partout où tu passes (avec tes enfants). Or ce matin dans Les Echos, je réalise (enfin) que Carambar a quitté depuis belle lurette la maison de Mondelez, faute de rentabilité et d’image mondiale, pour être reprise par un fonds d’investissement et donc à terme être revendu. Mais pas seulement ce caramel mou mythique et ses blagues à deux balles, puisque Krema et d’autres sont dans le même panier. Et puis forcément tu penses à ta fraise Tagada ! Ou encore aux crocos de toutes les couleurs, bref à tous ses sachets en plastique contenant de bonbons acidulés plutôt goût produits chimiques qui ont fait ton bonheur après tant de revers d’infortune dans ta vie de gosse. Comme c’était bon d’être irresponsable ! Bonnes résolutions obligent, c’est terminé ! Depuis l’an dernier le marché français de la confiserie est (enfin) en recul ! Haribo est allemand ! …

La stratégie marketing sous l’angle du pollueur payeur #courage

En 1972 l’OCDE adopte le principe de « Pollueur payeur » qui sera ensuite repris par des lois européennes sous l’impulsion du commissaire européen et français Michel Barnier en 1995. L’idée est que la prévention, la réduction et la lutte contre la pollution seront désormais à la charge du pollueur. Simple et efficace comme Total s’en souviendra lors du naufrage désastreux de l’Erika au large de nos côtes. Mais peut-on appliquer ce principe au marketing et si oui comment ? Cette question est née d’une discussion avec Damien, qui m’a expliqué comment le service de la relation client, ce centre de coûts pour encore trop d’entreprises, pouvait facturer en interne les erreurs ou les actions du service marketing suscitant des réactions de la part des consommateurs / clients. Lorsqu’une campagne  pour conséquence une forte incompréhension ou une réaction négative face à une offre promotionnelle exclusivement réservée aux nouveaux clients (un exemple très courant chez certains annonceurs comme les assureurs), pourquoi ne pourrait-on pas facturer la suractivité (et donc le surcout) subie par le centre de relation client …

Vos 5 articles préférés en 2019 ! #marketing #mission #valeurs

J’aurais du vous le dire plus tôt ! Comme nous sommes déjà tous entrés en 2020, à quoi bon revenir sur ce que vous avez aimé lire ici en 2019 ?… La nostalgie ? L’envie de mieux comprendre ce que vous aimez donc de mieux vous connaitre mes cher.e.s lectrices.teurs ? La recette de l’article qui fera un succès en 2020 ? #oupas Ce qui m’anime ce soir, c’est surtout votre curiosité pour tout ce qui fait bouger les lignes, et je dois vous confier que je suis très heureux que nous nous retrouvions sur certaines valeurs essentielles. Alors, c’est parti et cela commence par mes plus sincères remerciements pour votre fidélité ! #1 – La contrainte est-elle source de créativité ? #punkmarketing Incroyable mais vrai ! Vous aimez le punk marketing ! Je n’en reviens pas ! Je suis ébahi et excité par cette découverte, au point que l’envie d’en écrire davantage sur ce sujet, de réunir des passionnés de la punk culture et de transposer ce concept à quelques principes du marketing, me …

Notre désir peut-il être responsable ?

Il ne s’agit pas d’un sujet de philosophie que j’aurais piraté quelque part, mais plus modestement d’une interrogation qui m’a traversé ce matin en lisant quelques commentaires sur des tendances marketing pour 2020. Sur le fond, je crois que nous serons d’accord pour dire que créer le désir est une mission essentielle du marketing  de ce siècle. Là où au siècle précédent on pensait répondre à des besoins, nous sommes désormais dans l’ère du surplus, du trop de tout, et en particulier du besoin de rien de plus. Reste que l’homme est mû par ses désirs, comme Spinoza l’annonçait déjà au 17ème siècle (oui nous n’avons pas su le lire ou voulu le comprendre). Le consommateur est également un être de désir, un animal émotionnel, doté d’une raison, d’une intelligence et d’une mémoire cognitive qui instille en lui chaos et contradictions au moment de se décider. Mettez donc de l’émotion dans votre marketing, ne cesse-t-on de vous tancer depuis une petite dizaine d’années. Certes ! Mais le désir ne s’argumente pas. Tout juste pouvons-nous tenter …

2020, c’était bien ! #FutureIsNow

Ah ! J’imagine ta tête cher.e lectrice.teur, quand tu réaliseras que ce texte est un message de bonne année ! Oui, évidemment, je te souhaite de vivre une très belle année et de te retrouver régulièrement ici (ou ailleurs) pour évoquer le marketing émotionnel, ce marketing que je voudrais romantique et peu soumis au dictat des financiers. J’aime l’idée que cette année passera vite. Qu’elle sera intense, émouvante en cela qu’elle nous mettra en mouvement, en fusion, qu’elle nous donnera de la vitesse et de la vigueur pour aborder une décennie de changement, d’incertitude et de challenges humains. En discutant ce matin avec Damien, j’ai ravivé quelques souvenirs de nos expériences communes des difficultés qu’ont les décideurs des grandes entreprises pour accepter de passer à autre chose qu’aux impératifs de résultats immédiats, et je suis surpris naïvement (sans doute) que de très beaux projets, de très belles marques soient englouties sous les exigences des actionnaires à courte vue. Aussi je vous souhaite de prendre du temps pour vous, vos collègues qui bossent dans un bureau …