Mois: octobre 2017

Saignant pour moi, merci ! #zombie #halloween #whopper

J’ai une pensée pour un autre ami prénommé Philippe qui a importé le concept Halloween en France il y a quelques années. Et si le sang des zombies coulait encore dans les veines des marques en cette veille de jour des morts ? Faire peur est un excellent moyen de créer une attention forte et par réaction de notre cerveau reptilien, de figer sur place ou d’inciter à courir loin. Mais capter les sens d’un consommateur par la peur est-il un moyen de le séduire ? A en croire les statistiques sur Youtube des quelques films référencés cette année par e-marketing (merci pour le sourcing), cela ne semble pas évident ! Je passe sur la pitoyable tentative de Renault via son agence (des films que personne ne verra, fort heureusement), mais je ne suis pas davantage convaincu que le mauvais goût du film de Skittles (groupe Mars) soit à conseiller à nos jeunes marketers. Qu’en pensez-vous ? Jouer avec nos peurs n’est pas forcément ce que l’on peut recommander aux marques. Surtout dans des périodes …

La passion du pitch selon saint Patrice ! #merciPhilippe

Evidemment il n’est pas question ici de prétendre être un saint ! Ce serait au mieux une provocation inutile pour tous mes lecteurs de culture chrétienne et au pire une insulte faite au bon peuple irlandais !  Sans compter que je ne vois pas à quoi cela nous conduirait… A moins que ?! Lors d’une conversation avec Philippe et en écho aux nombreux commentaires que la vidéo du pitch #oupas, a provoqué, nous nous sommes interrogés sur cette notion qui pollue tous les discours marketing : l’authenticité ! Est-ce si rare et surtout est-ce si déterminant ? Lorsque je m’exprime, je le fais avec conviction et le plus souvent avec passion. C’est une évidence pour Philippe et sans doute pour d’autres. Alors comment cette conviction se transforme-t-elle en authenticité ou encore en force de séduction ? « Si tu venais à la messe à Saint-Augustin, le vendredi midi, tu serais sous le charme du prêtre ! Il est d’une éloquence et d’une justesse de propos à rendre jaloux bien des speakers de conférence marketing !« , me …

AXA Believe in you, un film un peu trop émotionnel ?

Quelle n’a pas été ma surprise en découvrant les réactions et les critiques de mes étudiants, ce vendredi ? Dans le cadre de la formation sur le marketing émotionnel que je leur propose, nous travaillons sur la mission de la marque et sa mise en scène dans un format film vidéo, qui raconte une histoire. Or l’exemple d’AXA (assureur de premier rang) me semblait plutôt pertinent dans l’utilisation de l’émotionnel pour redonner une certaine profondeur à la mission de la marque. Voyez la vidéo ci-dessous : Les principales réactions d’un public jeune démontre un réel dégout face à ce trop plein de bons sentiments. Il n’est pas possible qu’une compagnie d’assurance montre un accompagnement de tous les instants, avec une touche d’humanité (ou d’humanitaire) juxtaposée au logo sur le blouson. Pourquoi ? Est-ce aller trop loin ? Le jeune citoyen qui vient de prendre une assurance pour sa voiture, et qui entend par ailleurs des clients souffrir des difficultés use faire entendre puis rembourser par leur assureur, peut-il y croire ? Apparemment non ! Tout …

Votre pitch peut-il être ciblé et émotionnel ? #oupas

En lançant ce sujet via une vidéo / pitch de moins de deux minutes, je ne m’attendais à rien ! Et naturellement, tout ce qui vient en commentaire apporte la preuve que le sujet passionne… au moins les experts. Alors est-ce le concept de l’interpellation qui ouvre la porte à la discussion animée ou est-ce simplement le sujet du pitch ? Nous verrons bien lors des prochains épisodes de la série #oupas… (est-ce un bon teasing ?) Avant de tenter de répondre à tous, je me dois de vous remercier : près de 1300 vues, 20 likes et une douzaine de commentaires en 24 heures. Une visibilité pour 90% hors de mon réseau de premiers contacts, l’impact est non négligeable. Premier constat : si tu pitches sans parler de toi, tu génères un réel intérêt, qui peut se propager bien au-delà de  ceux que tu croyais atteindre. Deux grandes questions semblent se poser pour ceux qui m’ont écouté : existe-t-il un pitch « qualitatif » (interrogation de Olivier Guérin (@GUERIN_OLIVIER) et Olivier Darras) – merci) et faut-il …

Adidas et la stratégie d’influence : #glitch

Le lancement en France du modèle Glitch d’Adidas suscite de nombreux commentaires et j’aimerais y apporter le mien ! La stratégie d’influence développée par la marque aux 3 bandes, nouveau visage du marketing communautaire (photo de Kimpembe joueur du PSG – près de 700 k followsers sur Instagram), pose en effet quelques questions : les marques peuvent-elles s’affranchir des points de vente et de la distribution ? les influenceurs sont-ils un media suffisant pour lancer un produit ? quid de l’émotionnel dans l’influence ? Pour commencer, il est urgent de se rendre compte que les nouvelles générations de consommateurs utilisent essentiellement un device connecté (pour l’instant un smartphone) pour entrer en relation avec les marques mais aussi pour acheter leurs produits préférés (qu’il s’agisse de se faire livrer un repas, de réserver sa place de ciné, ou d’acheter un équipement sportif). Aller en point de vente, n’est alors plus indispensable. Mais surtout, la marque qui s’affranchit du point de vente, change également son modèle économique. Supprimer les intermédiaires permet d’augmenter considérablement les marges. Le monde …

L’homme est-il encore le seigneur des robots ? #IA #BotshoreTrainer

Le HubForum n’est pas seulement une belle scène sur laquelle se succède experts et grands témoins d’entreprise, tels Guillaume Pepy (@SNCF_Digital), Gilles Pelisson(@gillespelisson ‏) ou Jean-Marc Janaillac (@Jmjanaillac ‏). Il y a aussi de très beaux sponsors ! Ils ont payé leur place et on leu a donné un stand et une prise de parole (comme c’est la cas dans à peu près tous les événements du genre). Mais si l’on prend le temps de les écouter et donc de les rencontrer, on découvre de réels trésor d’innovation issus des visions prospectives de certains entrepreneurs armés d’audace et de convictions. Et puis je revois avec bonheur Vanessa (@V_BLestienne), DG de The Social Client, groupe Acticall, qui m’explique après quelques minutes que l’humain peut améliorer les Intelligences Artificielles (ou les robots). En effet, sa société développe un programme d’entrainement des Bots conversationnels par des humains spécialistes de la relation client. Développés pour de nombreux grands acteurs, les bots intelligents répondent et interagissent directement avec les consommateurs, comme par exemple pour Parions Sport de la FDJ. Soudainement les marketers …

Chéri, le baby est devenu digital !

Les objets connectés nous ont-ils envahis ? Bof ! Seulement 4 à 5% des français en possèdent un qui ne soit pas partagé ni un Smartphone. On est loin de l’emballement. Mais dans une entreprise, est-ce que le babyfoot connecté pourrait créer de la valeur ? C’est en tout cas ce que croit Jérôme, le CEO de Foosball Society, qui présente à l’occasion du HubForum de cette année, son concept en insistant sur le fait que le jeu reste exactement le même (on joue vraiment). Il y a bien des capteurs et une caméra pour tout enregistrer mais c’est surtout pour fournir les scores et des séquences vidéo au ralenti (par exemple). En fait, c’est le volet data qui va intéresser l’entreprise. Récolter les données des joueurs permet plusieurs choses : comme la création d’un tournoi, et donc d’une communauté de joueurs qui peut se défier, se rencontrer autour d’une activité détente au sein de la boite. Je trouve l’idée très sympathique. Recréer du social comme dans le temps où l’on faisait un « baby » au …

Quand Gaylord fait son Meccano au Warm Up ! #SOMDIG18

Annecy et son lac turquoise. Le High Five Festival avec le Sosh Big Air dans le parc Paquier ou s’envoient en l’air les stars mondiales du ski et du snow. Bref un décor de rêve ! Si vous n’êtes pas venu… bref ! Mais depuis que je bosse sur cet event aux côtés de mon ami Xavier et de toute la team, nous avons construit les Sommets du Digital sur une exigence de contenus exceptionnels. Aussi, au lieu de venir pour profiter du cadre et du soleil des Alpes, les participants ont écouté des interventions de haut niveau ; business as usual. Que voulez-vous que j’en retienne ? Le conteur tourne nous a dit Gaylord ! ok ! Les mots se bousculent dans ma mémoire, et c’est en Samouraï de l’émotionnel (oui cher Cyril alias Vinvin (@Vinvin), je suis un combattant du marketing humain avant tout et je ne me laisserai pas vaincre ni convaincre par une Intelligence Artificielle prenant la voix de Scarlette Johansonn ! Non ! Jamais ! Enfin pas tant qu’elle restera …

Réinventer l’humain dans la relation client ! #AFRC #CX

Est-ce une question ? Est-ce une prédiction ? Quel est l’algorithme qui nous a pondu ça ? « L’articulation humain / digital n’est pas aussi binaire que l’on pourrait l’imaginer : notre étude montre plutôt que l’interaction humaine restera essentielle et se refocalisera sur les dimensions où elle a le plus de valeur ajoutée. Pour la recherche d’informations sommaires ou des actes simples comme l’ouverture d’un compte ou le suivi d’une commande, la technologie sera évidemment plus efficace et satisfera pleinement le client. A contrario, celui-ci s’attendra à pouvoir parler à un être en chair et en os lorsqu’il a besoin des conseils d’un expert, d’écoute,  d’empathie, ou qu’il bénéficie d’un service VIP », explique Karen Lellouche-Tordjman, Directrice associée au Boston Consulting Group. Bonne nouvelle : on aura toujours besoin d’un humain pour comprendre un autre humain et se mettre à sa place dans le ressenti d’une situation unique (comme lui). Et puis, soudainement, je me pose cette question : c’était comment la relation client avant ? Enfin avant l’intelligence artificielle et avant le Big Data, bref avant …

Burn out émotionnel ! #movethisworld

Il fallait bien que ça arrive ! J’ai envie de dire stop ! Stop à tous ceux qui se targuent désormais d’être dans l’émotionnel. Comme à chaque fois, le marketer à l’affut de ce qui pourrait le rendre attractif, s’est emparé de l’émotionnel pour nous vendre tout et n’importe quoi. Vous l’aviez remarque non ?… Alors maintenant, j’ai l’impression de faire une overdose. Je suis saoulé de vos vidéos sirupeuses et de vos déclarations pour plus d’émotion dans la communication, le digital, les échanges sur Linkedin, vos photos de vos assiettes du midi à la cantine, vos placards et surtout vos présentations powerpoint ! Pitié ! Arrêtez le massacre ! Evidemment si j’étais une youtubeuse influente (nota : avec plus de 500 k inscrites sur ma chaîne Youtube), je pourrais lancer ma propre ligne de fringues, une collection capsule « so trendy » et si ridiculement vide de sens… Dieu (ou Amazon) m’en préserve ! Je vous sens un poil stressé là ! Non ?… Vous vous demandez où va cet article qui dénonce la dérive habituelle …