expérience client
1 commentaire

La stratégie marketing pour Cookin’theworld

Comment faire preuve d’originalité et surtout de pertinence en présentant une stratégie marketing (y compris lorsqu’on répond à des questions annoncées comme indépendantes les unes des autres et pourtant non dénuée d’une certaine logique) ?

Comment proposer des promesses et des messages à la fois aux futurs clients (les prospects) et à nos clients fidèles voir à nos ambassadeurs ?

Après une analyse du concept Cookin’theworld, que nous avons essayé de centrer sur le « Why » cad la raison d’être de cette société pure player, il fallait imaginer une campagne de recrutement via emailing puis une action de parrainage. Naturellement les promesses les plus évidentes ont remporté les suffrages des étudiants, encore dans le réflexe d’aller au plus simple : la réduction, la promotion par le prix. Erreur !

Alors que mes clients ne peuvent être que des gens qui osent faire l’essai d’une autre cuisine, de recettes exotiques autant qu’inédites, qui invitent leurs proches ou leurs amis à les partager dans un moment de partage et donc de générosité, pourquoi seraient-ils sensibles à une baisse du prix des paniers dîners ou apéro ? C’est très peu probable et si, d’aventure, on constatait un retour positif sur une telle promesse, cela ne signifierait nullement que sans réduction, mais avec une autre proposition, nous n’aurions pas eu les mêmes résultats. Ceci est d’ailleurs encore plus vrai à l’heure de s’adresser à nos clients pour leur demander de parrainer de nouveaux entrants.

Oui mais que pourrait offrir Cookin’theworld ?

La réponse est à chercher dans la question 5 : et si l’on ouvrait un lieu physique ?…

Or l’étudiant stressé par le format habituel de l’interrogation / du partiel, n’a pas vu que cette question permettait de répondre à la recherche de promesses basées sur l’expérience. Dommage non ?

En effet, si Cookin’theworld ouvre un popup store, une lieu éphémère, cela lui permettra de rencontrer ses clients, de les inviter à des cours de cuisine exotique avec un chef différent et originaire du pays choisi pour le mois, d’initier les prospects,d e démontrer ses valeurs de partage et de convivialité, etc… bref de répondre à toues les questions que nous nous posions sur sa stratégie et son développement !

Et oui cela peut coûter un peu trop cher, engendrer des budgets que la start-up ne pourrait se permettre de dépense. Mais la parade à ce contre argument majeur, auquel s’ajoute d’ailleurs le classique absence de rentabilité d’un lieu éphémère, réside dans l’idée de ne l’ouvrir que pendant une très courte période : soit chaque week-end du début de mois (excellente proposition étudiante pour le coup).

Ainsi je peux jouer sur la surprise, annoncer en réel ce que seront les recettes du mois et donc du pays, inviter journalistes et meilleurs clients en avant première, récompenser les parrains, rencontrer les filleuls et les prospects autour d’un apéro, d’un test de recette, d’une démonstration produit, que sais-je encore.

Comme quoi il est essentiel d’envisager l’expérience vécue par nos clients dans son ensemble de comprendre pourquoi il deviendra client, et de travailler sur tous les moyens d’action ou points de contact en harmonie, de manière transversale. Chaque étape du parcours client, parfaitement illustré sur le site Cookin’theworld, a son importance et doit être valorisée, confortée, racontée par la marque, à chaque occasion, pour chaque prise de parole. C’est parce que les clients partagent les mêmes valeurs, le même Why que nous, qu’ils deviendront fidèles si nous leur démontrons qu’en toute circonstance, que chacune de nos actions, justifie et renforce notre raison d’être, et leur raison d’être client.

Etre créatif n’est pas facile ! Le marketing aujourd’hui n’est pas simple à imaginer. Il faut creuser un peu et ne pas se satisfaire des recettes toutes faites et des techniques basiques. Le client, le consommateur est un peu plus exigeant chaque jour ; il attend autre chose des marques et donc des marketeurs. A vous de relever ce défi !

Cette entrée a été publiée dans : expérience client
Avec les tags :

par

CEO Eforbrands Consultant / Speaker / Formateur / Auteur du Marketing Emotionnel Fondateur du Club du Marketing Emotionnel - Intervenant pour l'ESSAC, le MSc MBA Inseec Paris et Sup Career en relation client, inbound marketing et stratégies de fidélisation. Auteur des livres : Tout savoir sur Le Marketing Emotionnel aux Editions Kawa - nov 2013 La Fidélité, du chaos à la zone de confort aux Editions Kawa - Janv 2017 Fondateur de LePartenariat et Eforbrands Rédacteur du blog du partenariat et du blog marketingemotionnel.com

1 commentaire

  1. SNDT dit

    Je trouve cette analyse très intéressante dans le sens ou elle me remet en question sur  » le conditionnement » de mes analyses au quotidien. Mais je reconnais qu’il est encors difficile de bien disctinguer le « what » et le « why ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s